Mladenov met en garde contre une « explosion » au camp de réfugiés de Balata
Rechercher

Mladenov met en garde contre une « explosion » au camp de réfugiés de Balata

L'émissaire de l'ONU au Proche-Orient a rencontré des membres de la société civile et des militants lors d'une visite en Cisjordanie

Nickolay Mladenov (Crédit : CC BY-SA 4.0)
Nickolay Mladenov (Crédit : CC BY-SA 4.0)

Nikolay Mladenov, a affirmé lundi être inquiet d’une « explosion » dans le plus grand camp de réfugiés de Cisjordanie, si les violences inter-palestiniennes s’aggravent, lors d’une visite à Balata.

Au cours de cette visite qualifiée par des officiels de la première depuis des années par un responsable de l’ONU à Balata, près de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie, Mladenov a rencontré des membres de la société civile et des militants politiques y compris des opposants au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Balata a connu une hausse de la violence ces dernières semaines, des officiers de la sécurité palestinienne menant une série de raids contre des supposés criminels dans le camp de réfugiés, qui ont engendré des affrontements à balles réelles.

Des analystes disent que M. Abbas voit dans le camp de Balata une base de soutien à son rival politique Mohammed Dahlane, actuellement en exil aux Emirats arabes unis.

M. Mladenov a assuré avoir visité le camp afin d’envoyer le message que « la communauté internationale suivait de près « la situation sur le terrain ».

« Si on oublie ces communautés, elles vont exploser », a-t-il ajouté dans un entretien avec l’AFP.

Balata, où vivent 30 000 personnes sur un quart d’un kilomètre carré est le plus grand camp de réfugiés de Cisjordanie et a joué un rôle clé dans les soulèvements palestiniens contre Israël ces dernières années.

Le niveau de vie de ces habitants s’est détérioré depuis que les camps de réfugiés ont été délaissés sur le plan économique loin derrière les grandes villes palestiniennes, selon Mukhaimer Abusada, professeur de sciences politiques de l’université al-Azhar.

Mohammad Dahlane en 2006. (Crédit : Michal Fattal/Flash90)
Mohammad Dahlane en 2006. (Crédit : Michal Fattal/Flash90)

« Dahlane, principal rival d’Abbas a exploité la situation dans ces camps pour offrir son aide à leurs habitants », ajoute l’universitaire.

Mohammed Dahlane, l’ex-homme fort du Fatah à Gaza désormais en conflit ouvert avec le président Abbas a été expulsé du parti en 2011.

Il serait soutenu par certains pays arabes dans la course à la succession du président de l’AP Abbas, 81 ans, au pouvoir depuis onze ans.

M. Mladenov s’est entretenu en privé avec des responsables locaux et des membres du Comité populaire du camp, une institution politique, dont certains membres sont des proches de Dahlane, selon M. Abusada.

L’émissaire de l’ONU a souligné que l’organisation internationale ne s’ingérait pas dans les affaires internes palestiniennes mais tentait de limiter les dissensions au sein de la société palestinienne.

Il a ajouté que l’ONU soutenait les efforts du président Abbas pour trouver une solution pacifique au conflit israélo-palestinien.

« Abou Mazen est la personne la plus engagée à la non-violence et à une solution pacifique » a affirmé Mladenov, utilisant le nom de guerre du président de l’Autorité palestinienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...