Monsey : une attaque terroriste pour le gouverneur de New York ; suspect arrêté
Rechercher

Monsey : une attaque terroriste pour le gouverneur de New York ; suspect arrêté

Thomas Grafton, 37 ans, sera accusé de 5 chefs d'accusation de tentative de meurtre ; cette attaque est survenue alors qu'une série de crimes antisémites secoue l'État de New York

Le gouverneur de New York Andrew Cuomo s'adresse aux médias à l'extérieur de la maison du rabbin Chaim Rottenberg après une attaque à la machette qui a eu lieu à l'intérieur de la maison du rabbin pendant la fête juive de Hanoukka à Monsey, New York, le 29 décembre 2019. (Kena Betancur/AFP)
Le gouverneur de New York Andrew Cuomo s'adresse aux médias à l'extérieur de la maison du rabbin Chaim Rottenberg après une attaque à la machette qui a eu lieu à l'intérieur de la maison du rabbin pendant la fête juive de Hanoukka à Monsey, New York, le 29 décembre 2019. (Kena Betancur/AFP)

Un suspect dans l’attaque à la machette de samedi soir dans l’enclave juive de Monsey, dans l’État de New York, a été arrêté à Manhattan juste après minuit, heure locale, après une perquisition de deux heures, a rapporté CBS news.

Le suspect, un homme nommé Thomas Grafton et âgé de 37 ans, selon les médias, a été arrêté au volant d’une Nissan Sentra grise à l’intersection de la rue 144 West Street et du boulevard Adam Clayton à Harlem et conduit au 32e district de la ville pour être interrogé avant d’être ramené dans le comté de Rockland.

La police a refusé de divulguer toute information importante concernant le suspect, mais a annoncé qu’il s’était couvert le visage avec un foulard pendant l’attaque.

Il est accusé de cinq chefs d’accusation de tentative de meurtre.

Samedi soir vers 22 heures, l’agresseur, armé d’une machette, est entré dans la maison du rabbin Chaim Leibish Rottenberg, qui organisait un rassemblement pour Hanoukka. Dans la bousculade qui s’en est suivie, les participants ont lancé des tables et des chaises pour repousser l’intrus, qui a poignardé cinq personnes avant de quitter le bâtiment en direction de la synagogue voisine. Il a fui les lieux après avoir réalisé que le lieu de culte juif était fermé à clé, selon des témoins oculaires.

Thomas Grafton, le suspect de l’attaque à la machette à Monsey, dans l’État de New York, après son arrestation, le 29 décembre 2019. (Capture d’écran : CBS)

L’attaque a laissé au moins deux personnes dans un état critique et ravivé les craintes d’antisémitisme dans la communauté ultra-orthodoxe locale, un mois seulement après un autre attentat à l’arme blanche et au milieu de ce que les responsables ont décrit comme une série d’attaques anti-juives dans la région de New York.

S’exprimant sur les lieux de l’attaque dimanche matin, le gouverneur de New York Andrew Cuomo a qualifié le carnage d’“acte de terrorisme intérieur”, ajoutant que l’Etat était « solidaire de tous les membres de la communauté juive ».

« C’est un acte de terrorisme. Je pense que ce sont des terroristes nationaux. Ils essaient de faire régner la peur », a déclaré M. Cuomo aux journalistes. « Nous allons appliquer les lois et nous assurer que de tels actes ne se reproduisent pas – et s’ils se produisent, ils seront punis avec toute la rigueur de la loi ».

Dans une déclaration publiée sur Twitter, le responsable a indiqué qu’il avait ordonné à la division des crimes haineux de la police « d’enquêter immédiatement et d’utiliser tous les outils disponibles pour rendre l’agresseur responsable dans toute la mesure permise par la loi ». Il a condamné le carnage comme un « acte méprisable et lâche ».

La procureure générale de New York, Letitia James, a également publié une déclaration après l’attaque, promettant « une tolérance zéro envers les actes de haine de toute sorte ».

Le maire de New York, Bill de Blasio, a promis sur Twitter que la ville « ne permettrait pas que cela devienne la nouvelle norme » et « utiliserait tous les outils dont nous disposons pour arrêter ces attaques une fois pour toutes ».

Dans le cadre de cet effort, a-t-il poursuivi, le NYPD [police de New York] a « déployé une présence visible et croissante autour des lieux de culte juifs dans les rues de communautés comme Williamsburg, Crown Heights et Boro Park ».

New York avait déjà renforcé la présence policière à l’extérieur des sites juifs à la suite d’une série d’incidents antisémites survenus pendant la fête de Hanoukka, notamment plusieurs agressions et un incident au cours duquel un homme est entré dans le siège mondial du mouvement Habad Loubavitch situé au 770 Eastern Parkway à Brooklyn et a menacé de faire un carnage.

Des membres de la communauté juive se rassemblent devant la maison du rabbin Chaim Rottenberg à Monsey, à New York, le 29 décembre 2019, après une attaque à la machette qui a eu lieu la nuit précédente à l’intérieur de la maison du rabbin pendant la fête juive de Hanoukka. (Kena Betancur/AFP)

Au début du mois, un homme armé lié au mouvement Black Hebrew Israelites, qui avait abattu un policier quelques minutes auparavant, est entré dans une épicerie casher à Jersey City, de l’autre côté de la rivière Hudson, en face de Manhattan, et a tué trois personnes, dont deux Juifs hassidiques.

Les autorités ont déclaré qu’il était motivé par la haine des Juifs et des forces de l’ordre.

Les incidents antisémites ont considérablement augmenté cette année dans l’État, selon les données du département de la police de New York. En septembre, 163 incidents ont été signalés, contre 108 à la même période l’an dernier, soit une augmentation de 50 %. Les incidents antisémites constituent la majorité des crimes haineux signalés dans la ville de New York.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...