Mort de Pierre Hassner, spécialiste en relations internationales
Rechercher

Mort de Pierre Hassner, spécialiste en relations internationales

Considéré comme le "meilleur étudiant" de Raymond Aron, l'expert était né de parents juifs roumains

Pierre Hassner en 1969 (Crédit: Fotocollectie Anefo/Wikimedia Commons)
Pierre Hassner en 1969 (Crédit: Fotocollectie Anefo/Wikimedia Commons)

Né le 31 janvier 1933 à Bucarest en Roumanie dans une famille juive originaire de Kichinev, Pierre Hassner, directeur émerite de recherche du Centre d’études et de recherches internationales (CERI), est décédé le 26 mai 2018 à l’âge de 85 ans.

En 1948, les Hassner débarquent à Paris, ayant survécu au régime pro-nazi d’Antonescu, ils fuient la période de terreur infligée par le nouveau régime communiste qui vient de renverser le gouvernement issu de la résistance, et de destituer le roi Michel.

Les Hassner ont survécu au nazisme roumain en se convertissant au catholicisme. Athée, Pierre Hassner ne parlera que rarement de son ascendance juive.

A peine installé à Paris, Pierre Hassner, déjà francophile et francophone se plonge dans le récent livre de Raymond Aron, Le grand schisme, qui le bouleverse.

35 ans plus tard, Raymond Aron, qui fut son professeur écrira de lui dans ses Mémoires : « Dans je ne sais quelles circonstances, Pierre Hassner, qui fréquentait parfois mes cours, fit un exposé brillant, étourdissant sur Thucydide… Je lui dis que jamais, étudiant ou enseignant, je n’avais entendu un discours de qualité comparable. »

Il est « considéré en Europe comme l’un des penseurs les plus brillants dans l’étude de la violence et de la guerre, » rapporte Le Monde qui publie une nécrologie du grand universitaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...