Nahal Tzafit : Le directeur de l’académie et le guide assignés à résidence
Rechercher
Tragédie de Nahal Tzafit

Nahal Tzafit : Le directeur de l’académie et le guide assignés à résidence

Yuval Kahan et Aviv Bardichev de Bnei Zion ont expliqué qu'ils s'adresseraient directement aux familles des 10 jeunes qui ont perdu la vie

Des jeunes Israéliens allument des bougies lors d'une veillée à la place Rabin de Tel Aviv le 28 avril 2018, à la mémoire des 10 victimes tuées dans une crue soudaine lors d'une randonnée dans le désert de Judée. (Capture d'écran / YouTube)
Des jeunes Israéliens allument des bougies lors d'une veillée à la place Rabin de Tel Aviv le 28 avril 2018, à la mémoire des 10 victimes tuées dans une crue soudaine lors d'une randonnée dans le désert de Judée. (Capture d'écran / YouTube)

Le chef d’une académie prémilitaire et un instructeur impliqués dans l’organisation d’une excursion dans le désert la semaine dernière, au cours de laquelle 10 adolescents ont été tués pendant une crue soudaine, ont été assignés à résidence lundi.

Le responsable de l’académie Bnei Zion, Yuval Kahan, et l’instructeur, Aviv Bardichev, ont été arrêtés vendredi, soupçonnés d’homicide par négligence en ignorant les mises en garde contre d’éventuelles inondations. Ils ont été assignés à résidence pour cinq jours et n’ont pas l’autorisation d’entrer dans les bureaux de l’académie ou d’entrer en contact avec les personnes impliquées dans l’enquête.

Après sa libération, Kahan a dit : « J’irai voir personnellement chaque famille. La seule chose à laquelle j’ai pensé ces derniers jours est à cette catastrophe terrible qui a eu lieu sous ma direction et je suis incapable de trouver les mots de souffrance ou de condoléances qui pourraient exprimer ce que je ressens ».

Berdichev a expliqué que « je vais contacter moi-même les parents. Je pense que c’est ça qui aidera – pas les déclarations aux médias ».

Le quotidien Haaretz a cité lundi une source proche du dossier disant que Berdichov devrait potentiellement avoir à répondre de charges plus lourdes d’homicide involontaire parce que les mises en garde météorologiques qui lui avaient été faites étaient apparemment bien plus spécifiques que celles transmises à Kahan.

Yuval Kahan (Crédit : Facebook)

La différence entre les deux chefs d’accusation est que l’homicide involontaire s’accompagne de négligence ou d’indifférence concernant l’issue possible. Le suspect aurait dû avoir conscience que sa décision faisait potentiellement encourir de graves dangers aux lycéens.

La police enquête pour déterminer si les organisateurs de la randonnée ont menti aux participants sur la sécurité de l’itinéraire dans le désert qu’ils prévoyaient d’emprunter, ainsi que leur coordination – ou leur absence de coordination – avec les autorités concernées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...