Netanyahu à l’opposition : calmez-vous, je ne vais nulle part
Rechercher

Netanyahu à l’opposition : calmez-vous, je ne vais nulle part

Lapid dit au Premier ministre qu’il ne peut pas noyer l’affaire des sous-marins ; l’Union sioniste promet une enquête de la Knesset

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet, dans ses bureaux, à Jérusalem, le 20 novembre 2016. (Crédit : Emil Salman/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet, dans ses bureaux, à Jérusalem, le 20 novembre 2016. (Crédit : Emil Salman/Pool)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rejeté les accusations formulées contre lui lors d’une réunion du Likud, déclarant à ses députés, à la presse et au public que l’opposition devrait arrêter d’essayer de torpiller son mandat à travers des accusations de conflit d’intérêts concernant un accord d’achat de sous-marins à une entreprises allemande, pour une valeur de plusieurs milliards de shekels.

« Vous pouvez vous calmer, je vais rester ici encore longtemps », a-t-il déclaré, s’adressant apparemment aux membres de l’opposition à la Knesset.

Il a ensuite semblé les mettre au défi du duel démocratique.

« Présentez vos propositions au public, nous présenterons nos positions et réussites et le public tranchera. C’est comme cela que la démocratie fonctionne », a-t-il déclaré.

De nouvelles élections ne sont pas prévues avant trois ans.

Yaïr Lapid, le 27 juillet 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Yaïr Lapid, le 27 juillet 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Pour sa part, Yair Lapid, le chef du parti Yesh Atid, a à nouveau appelé à une « investigation minutieuse » sur les accusations de conflit d’intérêt à l’encontre de Netanyahu et son avocat personnel David Shimron.

« J’ai vu, depuis trois jours déjà, des efforts pour […] étouffer l’affaire des sous-marins, a-t-il déclaré au début de la rencontre hebdomadaire du parti. Cela ne fonctionnera pas. »

Lapid a déclaré que les achats des sous-marins ont été effectués aux dépens d’autres équipements militaires, comme des véhicules blindés renforcés, affirmant qu’il « s’agit du même budget ».

Les achats militaires doivent être « les plus clairs » et « les plus transparents », a-t-il déclaré.

« On ne peut pas nous dire que ‘ça va, le Premier ministre ne savait rien’. Si le Premier ministre ne savait rien, c’est loin d’être acceptable », a-t-il ajouté.

« Il doit y avoir une enquête sur ce sujet. Pourquoi Shimron n’a-t-il rien dit au Premier ministre ? Pourquoi cela a été caché au cabinet et à la commission des Affaires étrangères et de la Défense ? Quelle somme a-t-il perçue ? »

Isaac Herzog, dirigeant du Parti travailliste, pendant une conférence du parti à Tel Aviv, le 31 juillet 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Isaac Herzog, dirigeant du Parti travailliste, pendant une conférence du parti à Tel Aviv, le 31 juillet 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

L’Union Sioniste a elle déclaré vouloir demander une enquête parlementaire spéciale dans cette affaire.

Le chef de l’opposition, Isaac Herzog, a déclaré que le procureur général, le contrôleur de l’état et la Knesset devaient tous mener une enquête sur l’affaire.

« Il n’y a pas d’autre alternative que d’exposer toute l’affaire au grand jour », a déclaré Herzog, qui a ensuite ajouté que « la personne qui a peur de la lumière du jour, c’est Bibi Netanyahu. »

L’affaire « soulève de sérieuses questions », a déclaré Herzog.

« Il est temps de faire face au public et de prendre ses responsabilités », a-t-il déclaré au Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...