Netanyahu a rencontré Greenblatt pour discuter de l’initiative de paix
Rechercher

Netanyahu a rencontré Greenblatt pour discuter de l’initiative de paix

Le conseiller américain a vu des responsables palestiniens pour discuter des “prochaines étapes potentielles” pour la reprise des négociations ; Kushner arrive mercredi

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Jason Greenblatt, conseiller du président américain Donald Trump, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 13 mars 2017. (Crédit : Matty Stern/ambassade américaine de Tel Aviv)
Jason Greenblatt, conseiller du président américain Donald Trump, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 13 mars 2017. (Crédit : Matty Stern/ambassade américaine de Tel Aviv)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré mardi Jason Greenblatt, envoyé du président américain Donald Trump pour les négociations internationales, pour discuter des efforts de relance du processus de paix israélo-palestinien.

Greenblatt est arrivé lundi à Jérusalem pour rencontrer des responsables israéliens et palestiniens, afin de tenter de faire progresser l’initiative de paix de Trump.

Aucun communiqué officiel sur la rencontre entre Greenblatt et Netanyahu n’a pour l’instant été publié, que ce soit par le bureau du Premier ministre ou par la Maison Blanche.

Mardi, Greenblatt avait rencontré des responsables palestiniens ainsi que l’auteur israélien Yossi Klein Halevi, et le négociateur du Premier ministre, Yitzhak Molcho.

Il sera rejoint mercredi par Jared Kushner, conseiller de Trump chargé du processus de paix.

Kushner, qui est aussi le gendre de Trump, rencontrera Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas, pour discuter de « leurs priorités et des prochaines étapes potentielles », a indiqué cette semaine un responsable de la Maison Blanche au Times of Israël.

Kushner et Greenblatt ont été chargés par Trump de relancer les négociations de paix, qui sont une des priorités majeures de l’administration. Trump a pour sa part souvent qualifié un accord de paix israélo-palestinien d’« accord ultime ».

Depuis que Trump a prêté serment et a indiqué qu’il voulait obtenir un accord, les républicains du Congrès, et quelques démocrates, font pression pour qu’il adopte une position dure sur la pratique de l’AP de payer les terroristes palestiniens et leurs familles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...