Netanyahu aux élus hollandais : les Palestiniens n’accepteront jamais l’existence d’Israël
Rechercher

Netanyahu aux élus hollandais : les Palestiniens n’accepteront jamais l’existence d’Israël

Aux Pays-Bas, Netanyahu proclame que l’Europe est protégée par Israël. Il est ignoré par un député pro-palestinien lors de la rencontre

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rencontre la présidente néerlandaise du Sénat Ankie Broekers-Knol (g) et la présidente du Parlement Khadija Arib (d) à La Haye le 7 septembre 2016 (Crédit : Amos Ben Gershom / GPO)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rencontre la présidente néerlandaise du Sénat Ankie Broekers-Knol (g) et la présidente du Parlement Khadija Arib (d) à La Haye le 7 septembre 2016 (Crédit : Amos Ben Gershom / GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fustigé l’Autorité palestinienne, en disant aux journalistes lors d’une visite diplomatique aux Pays-Bas que l’Autorité palestinienne célèbre le terrorisme et refuse de reconnaitre Israël.

« Les Palestiniens veulent Akko, Jaffa et Tel Aviv, » dit-il, selon des propos rapportés par Israel National News et confirmés par le porte-parole de Netanyahu.

« Les Palestiniens et [le président de l’AP Mahmoud] Abbas n’accepteront pas l’existence d’Israël. Les Palestiniens célèbrent le terrorisme meurtrier à travers le monde, et en Israël, ils nomment leurs rues d’après les terroristes, » dit-il.

Tandis qu’Abbas refusait la demande de Netanyahu, à savoir, reconnaitre publiquement Israël comme un État juif, l’AP n’a pas reconnu l’existence d’Israël et soutient un projet de paix par la création de deux États.

Abbas refuse d’entamer des discussions jusqu’à ce qu’Israël arrête de construire derrière la Ligne Verte, y compris à Jérusalem, et procède à la libération du dernier groupe de prisonniers dont la libération avait été évoquée lors des négociations de 2014 entre Israël et l’AP.

Netanyahu a ajouté que les implantations ne sont en aucun cas une cause du conflit ; mais plutôt la réalité qu’Israël existe bel et bien.

« Leur problème, ça n’est pas la Cisjordanie. C’est le fait même que l’on existe », insiste-t-il.

Mercredi, Netanyahu a rencontré des politiques hollandais, notamment, la présidente du Sénat Ankie Broekers-Knol, présidente de la Chambre des représentants, Khadija Arib, et les membres de la Commission des Affaires étrangères à la chambre des représentants.

Il a dit aux députés « qu’à bien des égards », l’auto-défense d’Israël était aussi une défense pour l’Europe.

« Israël ne se protège pas seulement lui-même. Il protège l’Europe. Israël est l’acteur le plus stable du Moyen Orient, de même que sa force stabilisante. »

Selon une déclaration du cabinet de Netanyahu, Angelien Eijsink, présidente de la Commission des Affaires étrangères à la Chambre des représentants a conclu la rencontre en soulignant que les liens étroits qui unissent les deux pays sont basés sur des valeurs partagés.

Netanyahu a salué les députés hollandais au terme de la rencontre. L’un des membres du Parlement a refusé la poignée de main du Premier ministre israélien.

Une vidéo de l’incident montre Tunahan Kuzu, arborant un pins palestinien au passage de Netanyahu. Il le salue tout en ne lui tendant pas la main.

Kuzu, 35 ans, est né à Istanbul. Il est membre du parti pro-immigration DENK (ou Think), composé d’émigrés hollandais.

En 2014, Kuzu a échoué dans sa tentative de reconnaissance de la Palestine par les Pays-Bas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...