Netanyahu : « Aucun gouvernement israélien n’a fait autant pour les implantations »
Rechercher

Netanyahu : « Aucun gouvernement israélien n’a fait autant pour les implantations »

Le Premier ministre s'est enorgueilli de ses efforts en faveur des habitants de Netiv Haavot et d'Amona durant une cérémonie d'inauguration d'un nouveau quartier de Beitar Illit

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu  lors d'une cérémonie d'inauguration d'un nouveau quartier dans l'implantation de Beitar Illit, le 3 août 2017   (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie d'inauguration d'un nouveau quartier dans l'implantation de Beitar Illit, le 3 août 2017 (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

BEITAR ILLIT, Cisjordanie – S’exprimant lors d’une cérémonie organisée pour la pose de la première pierre d’un nouveau quartier dans une implantation de Cisjordanie, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a clamé jeudi qu’aucun gouvernement n’avait fait autant que le sien pour régler les problèmes rencontrés par les Israéliens vivant au-delà de la ligne Verte.

Le nouveau quartier dont M. Netanyahu a posé la première pierre comptera plus d’un millier de logements.

« Aucun gouvernement n’a fait autant pour le mouvement pro-implantations que celui que je dirige », a déclaré Netanyahu à une assistance de 100 personnes au cours d’une cérémonie organisée à Beitar Illit, une implantation qui abrite une population juive ultra-orthodoxe au sud de Jérusalem. Beitar Illit est l’implantation israélienne la plus peuplée de Cisjordanie avec 50 000 habitants.

Netanyahu a cité son chef de cabinet, Yoav Horowitz, qui se trouvait il y a quelques heures au sein de l’avant-poste illégal de Netiv Haavot et qui a parlé avec les habitants de ce quartier – situé dans l’implantation d’Elazar — où 15 habitations devraient être détruites après que la Haute cour de justice a jugé qu’elles avaient été construites sur des terres privées palestiniennes.

Le Premier ministre a expliqué qu’il chercherait des solutions « dans le cadre de la loi qui permettent de réduire les dégâts » pour les résidents d’Elazar, qui se trouve dans le Gush Etzion, bloc d’implantations situé dans le sud de Jérusalem.

Le Premier ministre  Benjamin Netanyahu, 3ème à partir de la gauche, assis aux côtés des dirigeants ultra-orthodoxes lors d'une cérémonie d'inauguration d'un nouveau quartier au sein de l'implantation de  Beitar Illit le 3 août 2017 (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, 3ème à partir de la gauche, assis aux côtés des dirigeants ultra-orthodoxes lors d’une cérémonie d’inauguration d’un nouveau quartier au sein de l’implantation de Beitar Illit le 3 août 2017 (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Tandis qu’il visitait les maisons condamnées à la démolition, Horowitz a promis dans la matinée de jeudi qu’il « se battra pour Netiv Haavot comme s’il s’agissait de mon propre foyer ».

Des douzaines d’habitants du quartier illégal se sont tenus à l’entrée de Beitar Illit brandissant des pancartes appelant le Premier ministre à empêcher les démolitions à venir alors que son cortège d’automobiles arrivait pour la cérémonie.

Vantant les efforts livrés par son gouvernement en faveur des implantations devant un public amical, Netanyahu a cité la convocation à une réunion, mercredi, des ministres de son cabinet afin agir « rapidement pour créer l’implantation d’Amichaï », destinée à reloger les habitants de l’avant-poste d’Amona, démoli en février sur décision de la justice israélienne.

La construction de la nouvelle implantation israélienne depuis un quart de siècle a été arrêtée la semaine dernière en raison d’un manque de financement. Toutefois, les ministres – dirigés par Yoav Galant, le ministre du Logement – ont convenu de doubler le budget du projet qui passe donc de 60 millions de shekels à 120 millions de shekels pour relancer la construction d’Amichaï, entamée en juin.

La poursuite de la construction d’implantations civiles israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-est est illégale au regard du droit international. Elle est considérée par les Palestiniens et une grande partie de la communauté internationale comme un obstacle majeur à la paix.

Netanyahu a également mis un point d’honneur à saluer ses relations avec les représentants des communautés ultra-orthodoxes au sein de son gouvernement. Il a évoqué les réunions hebdomadaires avec les législateurs haredi [ultra-orthodoxes] qui « ont eu lieu simplement dans la bonne humeur ».

Le ministre de l'Intérieur Arye Deri lors d'une cérémonie d'inauguration d'un nouveau quartier dans l'implantation de Beitar Illit, le 3 août 2017   (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)
Le ministre de l’Intérieur Arye Deri lors d’une cérémonie d’inauguration d’un nouveau quartier dans l’implantation de Beitar Illit, le 3 août 2017 (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Le Premier ministre n’a pas fait néanmoins d’allusions à la Maison machpela à Hébron, où environ 120 partisans du mouvement pro-implantations se sont illégalement installés depuis le 25 juillet, affirmant qu’elles ont acheté le bien immobilier conformément à la loi auprès de ses propriétaires palestiniens.

Le groupe de 15 familles a depuis plus d’une fois fait appel de la décision bloquant cet achat et, le mois dernier, l’Administration civile a accepté de réexaminer leurs revendications de propriété. Toutefois, l’enquête n’a pas encore eu lieu et l’interdiction d’entrée dans le bâtiment, émise par les militaires, est toujours effective.

Par ailleurs, Netanyahu a donné pour instruction au ministère de la Défense Avigdor Liberman de retenir tout plan d’expulsion et des représentants de leurs deux bureaux ont rencontré les leaders des habitants de la maison Machpela pour tenter de trouver une solution. Des sources proches du Premier ministre ont fait savoir que Netanyahu voulait éviter l’évacuation forcée des familles.

A Beitar Illit, chacun des six intervenants qui se sont exprimés devant l’assistance, faite entièrement d’hommes, ont rendu hommage aux efforts menés par Netanyahu et par son gouvernement au nom de la communauté ultra-orthodoxe. A la conclusion de la cérémonie, le maire de Beitar Illit, Meir Rubenstein, a présenté une corne de shofar gravée avant que les deux hommes ne quittent la tente climatisée pour se rendre à un point d’observation du quartier, appelé la « Colline C ».

Parmi les personnalités présentes, le ministre de l’Intérieur issu du parti Shas Aryeh Deri ainsi que quatre législateurs de la faction YaHadout HaTorah. Deri a salué les habitants et la ville de Beitar Illit mais a appelé à ce que davantage d’actions soient entreprises pour s’attaquer aux problèmes de logement dans les secteurs ultra-orthodoxes en général.

« Il y a de nombreux maires qui refusent d’ouvrir leurs quartiers aux Haredim. Nous sommes devenus des demandeurs d’asile », a-t-il dit. « Mais ceux qui ont [ouvert] des quartiers Haredim [dans leurs municipalités] se sont rapidement rendus compte de l’avantage qu’ils représentent ».

M. Netanyahu est soumis aux pressions des avocats du mouvement pro-implantations qui sont présents au sein de son gouvernement.

Le camp israélien pro-implantations a vu dans l’avènement de Donald Trump une aubaine pour accélérer le rythme des constructions. A la différence de l’administration Obama, très critique sur le sujet, l’administration Trump reste discrète.

Le président américain  Donald Trump sur la pelouse de la Maison Blanche, à Washington, D.C., le 17 mai 2017. (Crédit : Olivier Douliery/AFP)
Le président américain Donald Trump sur la pelouse de la Maison Blanche, à Washington, D.C., le 17 mai 2017. (Crédit : Olivier Douliery/AFP)

Le numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erekat, a émis mardi les plus vives critiques à ce jour contre le silence de l’administration américaine sur la question.

Selon le quotidien israélien Jerusalem Post, c’est la première fois que M. Netanyahu participe à une cérémonie pour l’agrandissement d’une implantation depuis son retour au pouvoir en 2009.

« Nous agissons partout avec énergie en faveur des implantations », a-t-il dit.

La construction dans les implantations en Cisjordanie a augmenté de 70 % en un an, selon les données du Bureau central des statistiques en Israël publiées en juin. Ces données n’incluent pas Jérusalem-Est.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...