Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Netanyahu : Dans une démocratie, le gouvernement doit contrôler la police et l’armée

Le Premier ministre a affirmé qu'une telle hiérarchie "n'est pas seulement ancrée dans la loi, mais aussi dans le bon sens" en réponse à la suspension de la révocation d'Ami Eshed

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, à Jérusalem, le 12 mars 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, à Jérusalem, le 12 mars 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a semblé critiquer dimanche la Procureure générale Gali Baharav Miara après qu’elle a pris des mesures au cours du week-end pour suspendre la révocation du chef de la police du district de Tel-Aviv.

« Dans toute démocratie qui fonctionne, le gouvernement élu est responsable de l’armée, de la police et des autres services de sécurité », a-t-il déclaré au début de la réunion hebdomadaire du cabinet. « C’est ainsi qu’il doit en être – et malheur à nous si ce n’est pas le cas. »

Le Premier ministre a affirmé qu’une telle hiérarchie « n’est pas seulement ancrée dans la loi, mais aussi dans le bon sens ».

Netanyahu a estimé qu’un tel système « est la base de toute démocratie et de toute société, et que si on l’ébranle, on ébranle l’existence même de la démocratie ».

Le Premier ministre a également répondu aux menaces de certains de quitter le pays si le projet de loi est adopté.

« On ne peut pas dire ‘je soutiens le pays’ mais ‘si vous n’acceptez pas ma position, je quitterais le pays' », a-t-il déclaré. « Il n’y a pas de sionisme conditionnel. »

Netanyahu a assuré que lors de ses conversations avec des chefs d’entreprise italiens au cours de son récent voyage à Rome, aucun d’entre eux n’a évoqué le projet largement controversé de réforme du système judiciaire.

« Au cours de mon voyage, j’ai rencontré des dizaines de chefs d’entreprises italiennes de premier plan », a déclaré Netanyahu. « Aucun d’entre eux ne m’a parlé de la réforme du système judiciaire, mais tous – sans exception – m’ont parlé d’investir en Israël, d’augmenter les investissements en Israël et de stimuler la coopération avec l’économie israélienne. » Une remarque déjà faite à son retour de Paris début février.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.