Netanyahu défend son projet d’agrandir le cabinet
Rechercher

Netanyahu défend son projet d’agrandir le cabinet

Un débat marathon est prévu à la Knesset tandis que l'opposition présente de multiples motions 'outrageantes'

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une session du plénum sur l'expansion du nombre de ministres dans la nouvelle coalition le 11 mai 2015. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une session du plénum sur l'expansion du nombre de ministres dans la nouvelle coalition le 11 mai 2015. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu défend un projet de loi de la Knesset qui lui permettrait de nommer plus de 18 ministres – la limite actuelle – dans son cabinet. Les débats sur les amendements sont prévus pour ce mercredi.

La première lecture du projet de loi a été adoptée avec une mince majorité de 61-59 lundi soir. La nouvelle coalition du gouvernement de Netanyahu est composée de 61 membres – Likud (30 sièges), Koulanou (10 sièges), HaBayit HaYehudi (8), Shas (7) et Yahadout HaTorah (6).

Le débat à la Knesset mercredi sur le projet de loi devrait être long, car les membres de l’opposition présenteront des centaines de motions, dans l’espoir de retarder l’adoption du projet de loi.

Certaines des motions se moquent de Netanyahu et de son parti, selon un article de Yediot Ahronot mardi, qui a publié quelques-unes des modifications proposées.

Elles comprennent : une motion visant à remplacer le mot « cabinet » par « l’équipage de Bibi » ; une motion veut ajouter le mot « stam » (pas vraiment ou c’est une blague) à la fin de différentes clauses ; une motion veut faire de Netanyahu le Premier ministre de tout le monde, « sauf ceux qui se pressent aux bureaux de vote en bus » ; et une motion veut remplacer « ministre sans portefeuille » par « un député qui gaspille sciemment des fonds publics ».

Le député Likud Zeev Elkin, président du comité spécial créé lundi pour défendre le projet de loi et le préparer pour une approbation finale, a critiqué certaines des propositions, disant que « les membres de l’opposition rivalisent entre eux pour savoir qui pourrait trouver la motion la plus outrageante ».

Lors d’un débat sur le projet de loi mardi soir, Elkin a déclaré que les « efforts pour constituer le gouvernement actuel ont prouvé que dans le système de coalition israélien, il est presque impossible de se conformer à la loi des 18 ministres ».

Si le projet de loi passe mercredi, comme prévu, la nouvelle coalition gouvernementale doit prêter serment jeudi. Selon certains rapports, cela pourrait être retardé à lundi.

Netanyahu souhaite ajouter au cabinet deux ministres et quatre vice-ministres. Un amendement à une loi constitutionnelle (adopté dans le dernier gouvernement), qui plafonnait le nombre de ministres à 18 et interdisait les ministres sans portefeuille, l’empêchait de le faire.

Les membres du Likud seront en compétition pour au moins 12 portefeuilles, dont les Affaires étrangères, la Sécurité publique, les Communications, la Culture et les Sports, l’Immigration et l’Absorption, les Renseignements, l’Infrastructure nationale, l’Energie et l’Eau, le Tourisme, le Transport et la sécurité routière, le Bien-être et les Services sociaux, les Affaires stratégiques et la Défense passive.

Gilad Erdan (Likud) devrait être nommé ministre de la Sécurité publique, selon NRG, tandis que Haim Katz sera probablement le ministre des Transports, Yariv Levin ministre du Tourisme et Elkin de l’Immigration. Miri Regev, Tzahi Hanegbi, Gila Gamliel et Ofir Akunis devraient également être nommés ministres.

Selon les accords avec ses partenaires respectifs, Netanyahu a accepté de remettre les Finances, la Protection de l’environnement, le Logement et la Construction, ainsi que la direction de l’Administration des Terres d’Israël à Kulanu ; le ministère de l’Economie, du Développement du Néguev et de la Galilée, des Finances et la présidence de la commission de l’éducation de la Knesset au Shas ; le ministère de l’Education, de la Justice, de l’Agriculture à HaBayit HaYehudi ; Yaakov Litzman de Yahadout HaTorah sera ministre de la Santé et nommera son vice-ministre, le député Meir Porush sera nommé vice-ministre de l’Éducation, et Moshe Gafni sera à la tête de la puissante commission des Finances de la Knesset.

Selon l’accord de coalition avec Yahadout HaTorah, plusieurs grandes réformes élaborées par le gouvernement précédent, visant à intégrer la communauté ultra-orthodoxe dans la société israélienne, seront gelées, y compris la législation visant à enrôler les Haredim à l’armée ou au service national.

Il n’y aura, par exemple, pas de sanction pénale pour les étudiants de yeshiva qui refusent de s’enrôler. Les réformes de l’éducation ultra-orthodoxe et le processus des conversions seront également annulées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...