Netanyahu destitue Shaked et Bennett dans le gouvernement intérimaire
Rechercher

Netanyahu destitue Shaked et Bennett dans le gouvernement intérimaire

Alors que la campagne pour les élections de septembre démarre, le Premier ministre limoge deux ministres de droite, refusant de réserver une place pour Shaked sur la liste du Likud

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le ministre de l'Éducation, Naftali Bennett, arrive à la réunion hebdomadaire du Cabinet, au cabinet du Premier ministre à Jérusalem, le 2 juin 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de l'Éducation, Naftali Bennett, arrive à la réunion hebdomadaire du Cabinet, au cabinet du Premier ministre à Jérusalem, le 2 juin 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a limogé Naftali Bennett, ministre de l’Education et des Affaires de la diaspora, et Ayelet Shaked, ministre de la Justice, lors d’un remaniement de son gouvernement intérimaire, dimanche, alors qu’il se prépare pour les élections de septembre.

Le Cabinet du Premier ministre a confirmé que les deux ministres en exercice avaient été démis de leurs fonctions, sans plus de détails. Expliquant le licenciement soudain, les responsables ont déclaré aux médias israéliens que les deux membres ne pouvaient pas occuper des postes aussi « sensibles » pendant six mois après ne pas avoir été réélus par le public.

Toutefois, cette mesure a été largement perçue comme visant à empêcher les ministres de droite autrefois populaires d’utiliser leur position pour soutenir leur campagne en vue du vote de l’automne.

Le parti HaYamin HaHadash de Bennett et Shaked n’est pas parvenu à franchir le seuil électoral lors des élections du 9 avril, et ils ne sont plus membres de la Knesset, mais sont restés au sein du cabinet pour le moment. On s’attend à ce que les deux candidats se présentent à nouveau en septembre, mais on ne sait pas encore s’ils se présenteront ensemble et, dans l’affirmative, s’ils le feront indépendamment en tant que HaYamin HaHadash ou lors d’une fusion avec d’autres partis de droite.

La ministre de la Justice Ayelet Shaked écoute le rapport annuel du contrôleur de l’Etat au ministère de la Justice de Jérusalem, le 24 mars 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Bennett s’est présenté à la réunion du Cabinet dimanche après-midi, après avoir évité de se présenter à la réunion pendant des semaines après les élections.

Lui et Shaked ont été limogés quelques heures après qu’on a appris que Netanyahu avait refusé de réserver une place pour Shaked sur la liste du Likud.

Bien que Bennett et Netanyahu aient entretenu une longue histoire de coopération politique – et que le Premier ministre, s’il se présentait de nouveau au prochain vote et était chargé de former le gouvernement, pourrait se retrouver dépendant du soutien de Bennett – les deux politiciens se sont aussi souvent affrontés publiquement et parfois violemment.

Dans un communiqué conjoint, Bennett et Shaked ont déclaré qu’ils coopéreraient avec leurs remplaçants pour assurer une transition en douceur.

« Du fond du cœur, nous remercions le peuple d’Israël pour le rare privilège d’avoir pu les servir comme ministres de l’Éducation et de la Justice », ont-ils dit.

« Tout ce que nous avons fait a été pour le bien de l’État d’Israël et de ses citoyens. Nous remettrons les fonctions que nous avons présidées de façon organisée, aux ministres qui nous remplaceront, pour assurer une transition en douceur et pour que la prochaine année scolaire reprenne dans de bonnes conditions. »

Selon un reportage télévisé de samedi, Netanyahu prévoit de remplir les sièges vacants du gouvernement avec des membres de son propre parti, le Likud.

Selon la 13e chaîne, M. Netanyahu et ses conseillers ont discuté de la nomination du ministre de la Protection de l’environnement Zeev Elkin comme ministre de l’Immigration et de l’Intégration pour aider le Likud dans ses efforts de sensibilisation des Israéliens de langue russe durant la campagne électorale de septembre.

En tant que natif de Russie et immigrant de l’ex-Union soviétique, Elkin, selon le Likud, peut aider à détourner les voix du parti Yisrael Beytenu d’Avigdor Liberman, le foyer traditionnel des immigrants russophones.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) en compagnie de Zeev Elkin, ministre du Patrimoine, à la Knesset de Jérusalem, le 3 juillet 2018. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Netanyahu souhaiterait punir Liberman et même le priver du nombre de voix nécessaires pour entrer au Parlement en représailles du refus de ce dernier de rejoindre une coalition selon les conditions proposées, l’empêchant ainsi de former son propre gouvernement.

L’actuel ministre de l’Immigration, Yoav Gallant, serait nommé à un portefeuille ministériel différent, selon le rapport. M. Gallant, qui a été nommé ministre après avoir quitté Koulanou pour le Likud avant les élections d’avril, serait probablement promu à un poste ministériel plus élevé.

Le ministre de l’Immigration, Yoav Gallant, lors d’un événement à Tel Aviv pour les soldats isolés servant dans l’armée israélienne, le 24 janvier 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

La Knesset a voté mercredi soir pour sa dissolution et a convoqué de nouvelles élections pour le 17 septembre, après que Netanyahu n’est pas parvenu à un compromis entre Yisrael Beytenu et les partis ultra-orthodoxes.

Les premiers sondages ont suggéré que Liberman pourrait sortir de l’impasse de la coalition dans une position plus forte et porter les cinq sièges de son parti à la Knesset à huit ou neuf aux élections de septembre. Les sondages publiés jeudi soir prédisaient également que le Likud de Netanyahu resterait en tête avec 35 ou 36 sièges à la Knesset.

La carte politique d’Israël est susceptible de changer dans les semaines qui précèdent les élections de septembre, les médias suggérant que Bennett pourrait diriger une nouvelle alliance de droite, les travaillistes réfléchir à un nouveau dirigeant et peut-être fusionner avec Meretz ou Kakhol lavan, et les partis arabes se présentant sur une liste commune.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...