Netanyahu en Lituanie pour rééquilibrer les relations avec l’UE
Rechercher

Netanyahu en Lituanie pour rééquilibrer les relations avec l’UE

"Je souhaite parvenir à un équilibre dans les relations pas toujours amicales de l'UE envers Israël afin d'entretenir des relations plus justes", a déclaré le Premier ministre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) serre la main du ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Linkevicius au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 4 septembre 2017. (Haim Zach / GPO / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) serre la main du ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Linkevicius au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 4 septembre 2017. (Haim Zach / GPO / Flash90)

Benjamin Netanyahu a affirmé jeudi se rendre en Lituanie afin de rééquilibrer « les relations pas toujours amicales » entre Israël et l’Union européenne (UE), avant d’entamer la première visite d’un chef de gouvernement israélien dans ce pays.

« Je souhaite parvenir à un équilibre dans les relations pas toujours amicales de l’Union européenne envers Israël afin d’entretenir des relations plus justes », a affirmé M. Netanyahu à son départ de l’aéroport Ben Gourion, près de Tel-Aviv.

« Je le fais par des contacts avec des blocs de pays de l’Union européenne, des pays d’Europe de l’Est et maintenant avec des pays baltes et d’autres pays bien sûr », a ajouté le Premier ministre qui va effectuer une visite en Lituanie de jeudi à dimanche.

Arrivé à Vilnius, M. Netanyahu a remercié les pays Baltes pour leur « position ferme » dans les forums de l’UE « au nom de la vérité, d’Israël, de la décence ».

« Israël est souvent maltraité par l’UE à Bruxelles », s’est-il plaint lors d’un point de presse commun avec le chef du gouvernement lituanien Saulius Skvernelis.

« Il est réconfortant de voir que vous prenez parti pour la clarté, la vérité et le courage. Nous avons discuté de la manière dont cela pourrait être élargi », a-t-il ajouté.

Devant le siège gouvernemental à Vilnius, quelques dizaines d’activistes ont brandi des drapeaux palestiniens, scandant que M. Netanyahu n’y était « pas le bienvenu ».

Une porte-parole européenne, Maja Kocijancic, a déclaré jeudi l’UE « fermement opposée » à la politique de « colonisation illégale » d’Israël, la qualifiant « d’obstacle à la paix ».

Selon cette déclaration officielle, les nouvelles implantations « compromettraient davantage la perspective d’un futur Etat palestinien contigu et viable ».

Son bureau a annoncé mercredi qu’il allait notamment participer à une réunion à Vilnius avec les dirigeants des trois pays baltes : le Premier ministre de Lituanie Saulius Skvernelis, le Premier ministre de Lettonie Maris Kucinskis et le Premier ministre d’Estonie Jüri Ratas.

« Lors de ce sommet, les quatre dirigeants vont discuter de la coopération entre leurs pays », a ajouté son bureau, sans donner d’autres précisions.

M. Netanyahu impulse depuis des mois une politique de rapprochement avec les pays du groupe dit de Visegrad (Hongrie, Pologne, Slovaquie et République tchèque), dont les positions nationalistes irritent les autres pays de l’Union européenne.

M. Netanyahu tente ainsi de nouer une alliance politique avec les pays qui faisaient partie du bloc soviétique face à la plupart des Etats d’Europe occidentale considérés comme moins favorables à Israël notamment à l’occasion des votes à l’ONU.

Lors d’une visite l’an dernier en Hongrie, M. Netanyahu avait dénoncé les exigences « absolument folles » de l’Union européenne concernant la présence israélienne dans la Cisjordanie, au cours d’une conversation privée enregistrée.

« La Lituanie et les autres pays baltes sont probablement considérés par M. Netanyahu comme des voix qui pourraient jouer le rôle des avocats d’Israël au sein de l’UE », a déclaré à l’AFP Ramunas Vilpisauskas, professeur à l’Université de Vilnius.

Lors de sa visite de quatre jours, M. Netanyahu doit également rendre hommage à la grande communauté juive de cette région anéantie lors de la Shoah. M. Netanyahu, dont la visite en Lituanie doit s’achever dimanche, va également s’entretenir avec des membres de la communauté juive de ce pays qui compte 3 000 personnes sur une population totale de 2,9 millions d’habitants.

Il prendra part à une cérémonie à la mémoire des 141 000 victimes juives des nazis en Lituanie durant la Deuxième Guerre mondiale. Il accordera également à une famille lituanienne le titre de juste parmi les nations pour avoir sauvé leurs voisins juifs.

De nombreux Israéliens sont originaires de Lituanie, dont la grand-mère de M. Netanyahu, née dans la ville de Seduva, dans le nord du pays.

Selon Monika Antanaityte, une porte-parole de la communauté juive lituanienne, le grand-père du Premier ministre israélien était lui originaire de Kreva, aujourd’hui en territoire du Bélarus voisin.

La Lituanie est également un pays client depuis des années des industries militaires israéliennes.

Alors que M. Netanyahu s’est fait l’avocat des succès remportés par les entreprises israéliennes spécialisées dans la cyber-sécurité, neuf pays européens dont la Lituanie ont annoncé récemment leur intention de créer des « équipes de réaction rapide » pour répondre à des cyber-menaces éventuelles, dans le cadre du nouveau pacte de défense de l’UE.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...