Netanyahu et les kahanistes: Un compromis moral qui pourrait ruiner son héritage
Rechercher
Analyse

Netanyahu et les kahanistes: Un compromis moral qui pourrait ruiner son héritage

Peu de politiciens font passer la morale avant les calculs politiques sauf à craindre l'opprobre. L'accord d'Otzma Yehudit pourrait coûter plus cher que prévu au Premier ministre

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait une déclaration télévisée après une réunion de son parti au pouvoir, le Likud, à Ramat Gan, le 21 février 2019. (Menahem Kahana/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait une déclaration télévisée après une réunion de son parti au pouvoir, le Likud, à Ramat Gan, le 21 février 2019. (Menahem Kahana/AFP)

Le 31 mars, un peu plus d’une semaine avant le jour des élections, Benjamin Netanyahu entamera sa onzième année consécutive en tant que Premier ministre. Au cours de son long mandat, il a laissé une marque indélébile sur l’économie et la sécurité nationale d’Israël, défendant une politique économique libérale axée sur la concurrence et s’efforçant de bloquer les efforts stratégiques des Iraniens dans l’ensemble de la région.

Pourtant, malgré toute son influence et ses réussites, Netanyahu ne se sent pas si puissant. Souvent considéré comme paranoïaque, il a été souvent moqué par son penchant à voir des ennemis à chaque tournant. Sous sa direction, le Likud a plusieurs fois écarté ses personnalités politiques les plus populaires lorsque leur popularité a fini par être perçue comme une menace pour le contrôle du parti par Netanyahu.

Il a mis en garde de façon inquiétante (et ridicule pour beaucoup de gens) à l’approche des primaires du parti le 5 février que son rival Gideon Saar avait conspiré avec le président Reuven Rivlin pour lui ravir le parti après les élections, et a ouvertement cherché à rayer Saar du scrutin, qui était n°5 sur la liste finale, une manœuvre qu’il n’a réussi qu’en partie. Il est facile de se moquer de ce comportement, mais difficile de contester les résultats : ses adversaires sont tous tombés en cours de route, tandis que Netanyahu reste fermement ancré au sommet.

Les politiciens sont rarement en mesure d’établir l’ordre du jour politique. La plupart du temps, sur la plupart des questions, la plupart des politiciens ne peuvent guère faire plus que répondre au débat public qui les dépasse rapidement dans le cycle toujours changeant de l’actualité. Et les politiciens israéliens sont en compétition avec 119 autres députés – certains d’entre eux sont de vieux briscards qui ont de bonnes relations avec les journalistes les plus influents – pour faire entendre leur voix. Les politiciens qui ont réussi apprennent rapidement à capter l’attention du public, à compromettre leur dignité et, lorsque l’humeur du public le justifie, leurs principes moraux, sinon ils risquent de retomber dans l’oubli.

Peu d’Israéliens se sont montrés aussi habiles à ce jeu, à renifler les tendances du débat public et à faire pencher la conscience publique en sa faveur sur le plan politique, que Netanyahu. C’est un talent qui a permis à ce tacticien rusé d’arracher à maintes reprises la victoire politique des mâchoires d’une défaite apparente, de surpasser ses adversaires avec plus de prestige et de notoriété publique, et de rester au pouvoir dans la politique nationale israélienne pendant une demi-génération.

Pourtant, au fur et à mesure que les années passent et que les manœuvres politiques s’accumulent, le jeu devient de plus en plus difficile. Netanyahu se retrouve dans une boue de plus en plus épaisse de compromis antérieurs. Il a déjà ouvertement soutenu l’idée d’un État palestinien dans son discours de Bar-Ilan en 2009 et dans les pourparlers de paix de 2014 – des faits qui forment maintenant le cœur des campagnes à sa droite, dans lesquelles des partis comme HaYamin HaHadash avertissent les électeurs que Netanyahu est un homme inconstant qui succombera aux pressions internationales pour un État palestinien s’il ne fait l’objet de pression de sa coalition pour changer de direction.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec son épouse Sara et le philanthrope sud-africain Morris Kahn assistent au lancement du vaisseau spatial Bereshit depuis le centre de commandement de Yehud, le 22 février 2019. (SpaceIL)

HaYamin HaHadash n’est pas le seul parti à faire campagne sur le postulat largement accepté de l’absence intrinsèque de principes directeurs de Netanyahu et de la vulnérabilité aux pressions qui en découle. Le même argument est avancé par le parti ultra-orthodoxe séfarade Shas, qui avertit ses partisans qu’un Netanyahu sans Shas robuste à ses côtés cédera des principes clés de l’identité juive d’Israël – du moins selon Shas – au premier signe de pression des donateurs étrangers ou des laïcs de son pays.

Ce qui est en jeu

La politique est l’art du possible, a déclaré Otto von Bismarck à un intervieweur en 1867, reflétant l’opinion de tous les hommes politiques qui ont réussi avant ou depuis. Seuls les dirigeants qui comprennent bien les contraintes de leur situation politique peuvent obtenir des résultats durables dans les affaires nationales.

C’est ainsi que Netanyahu justifie les efforts qu’il a déployés ces deux dernières semaines pour faire en sorte que le mouvement politique juif le plus extrémiste et ouvertement raciste d’Israël puisse obtenir un siège à la Knesset.

Le parti en question, Otzma Yehudit, est le fils spirituel du parti Kach du rabbin Meir Kahane, qui a été banni de la Knesset pour son incitation à la violence, puis totalement interdit en Israël. Kahane était le fondateur immigré américain de la Ligue de défense juive qui, avant son assassinat en 1990, avait promu l’annexion immédiate des territoires contestés, l’expulsion par la force des Arabes de Cisjordanie, l’interdiction des relations sexuelles entre ethnies, parmi d’autres politiques.

Rabbi Meir Kahane (photo credit: Yossi Zamir/Flash90)
Le rabbin Meir Kahane. (Crédit photo : Yossi Zamir/Flash90)

Le chef du parti Otzma Yehudit, Michael Ben-Ari, a présenté Kahane comme son rabbin et son professeur. Parmi les autres dirigeants du parti figurent l’ancien assistant de Kahane, Baruch Marzel, qui organise chaque année une fête commémorative sur la tombe de Baruch Goldstein, le médecin d’origine américaine qui, en 1994, a massacré 29 Palestiniens au Tombeau des patriarches ; Bentzi Gopstein, un rabbin qui dirige Lehava, un groupe qui s’oppose entre autres aux mariages entre juifs et non-juifs et qui fait des manifestations lors de mariages interconfessionnels ; et Itamar Ben Gvir, un avocat qui défend des activistes de droite accusés de terrorisme juif.

Le parti ultra-nationaliste soutient la promotion de l’émigration des non-juifs d’Israël et l’expulsion des Palestiniens et des Arabes israéliens qui refusent de déclarer leur loyauté et d’accepter un statut inégalitaire dans un État juif étendu dont la souveraineté s’étend à la Cisjordanie, la Judée et la Samarie bibliques.

Pour Netanyahu, les enjeux de sa tentative d’aider Otzma Yehudit ne se limitent pas à un ou deux sièges que les divers ex-kahanistes et les fiers fanatiques pourraient gagner. Le seuil électoral d’Israël est fixé à 3,25 %, soit 3,9 sièges à la Knesset, les sondages créditent Otzma Yehudit de 1-2 sièges et HaBayit HaYehudi, l’alliance des anciens Parti national religieux et Ihoud Leoumi, de 3-5 sièges, pour les élections. Même HaYamin HaHadash ne dépasse pas 5-6 sièges. Au cours des dernières semaines, Netanyahu a assisté avec effroi à la fragmentation de l’extrême droite, ne s’inquiétant pas de la perte d’un ou deux extrémistes, mais de quatre à huit sièges en dessous du seuil. Dans la Knesset israélienne de 120 sièges, c’est une menace existentielle potentielle pour ses espoirs de fonder une coalition de droite stable. Laissé à lui-même, HaBayit HaYehudi pourrait bien disparaître sous la barre des 3,9 places. Ensemble, HaBayit HaYehudi et Otzma Yehudit pourraient fournir cinq, six, peut-être même sept sièges à une coalition post-électorale.

Netanyahu est un politicien. Il ne se demande pas si une action particulière viole ses principes moraux. Il vérifie seulement si le fait d’éviter une petite brèche dans son sens personnel de l’intégrité morale vaut le risque de perdre l’élection.

Le parti HaBayit HaYehudi vote en faveur d’une alliance préélectorale avec Otzma Yehudit à Petah Tikva, le 20 février 2019. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

Alerte générale : Pour Netanyahu et pour presque tous les autres hommes politiques qui ont jamais vécu, ou pour ceux qui croient que leur camp est dans une large mesure conforme aux grandes questions morales, aucun compromis moral aussi momentané n’a jamais eu d’importance.

Malgré cela, le fait que Netanyahu se batte publiquement pour que des partis ouvertement racistes entrent à la Knesset est un nouveau niveau de compromis dans sa stratégie de longue date pour rester au sommet. Et cela a commencé à se manifester d’une manière que même lui ne peut pas ignorer les limites de tels compromis.

Les retombées

Jeudi, l’effet de souffle a commencé à se faire sentir. L’American Jewish Committee a publié un communiqué qualifiant les positions d’Otzma Yehudit de « répréhensibles ».

Il y est dit que, bien qu’il ne fasse pas « normalement de commentaires sur les partis politiques et les candidats pendant une élection », après cette union, il se sent « obligé de s’exprimer ».

De façon diplomatique, l’AJC a souligné le changement que la nouvelle alliance avait révélé de Netanyahu, sa nouvelle volonté apparente, au nom de la nécessité politique, de renoncer temporairement à son image de lui-même, qu’il considérait depuis longtemps comme un champion du libéralisme.

« Historiquement, les points de vue des partis extrémistes, reflétant l’extrême gauche ou l’extrême droite, ont été fermement rejetés par les principaux partis, même si le processus électoral de la robuste démocratie israélienne a permis leur présence, même minime, à la Knesset », a déclaré l’AJC.

Vendredi, cette critique est devenue un problème politique important. L’AIPAC – le plus puissant allié américain de Netanyahu, l’organisation qui s’est tenue à ses côtés dans la lutte contre l’administration Obama au sujet de l’accord avec l’Iran, le plus grand et le plus influent champion à Washington de l’alliance israélo-américaine, un groupe considéré par beaucoup comme le « territoire de Netanyahu » – a fait un reproche public.

Sans nommer Netanyahu (l’AJC non plus), l’AIPAC a partagé le communiqué de l’AJC sur son compte Twitter, ajoutant qu’elle avait « depuis longtemps fait le choix politique de ne pas rencontrer les membres de ce parti raciste et condamnable » en parlant de Otzma Yehudit.

(Il va sans dire que l’AJC et l’AIPAC n’étaient pas les seuls à avoir critiqué, mais leurs déclarations ont suscité un nouveau débat en Israël qui a obligé Netanyahu et son parti le Likud à réagir).

Netanyahu a désormais un problème. Il ne peut pas prétendre que sa campagne pour faire entrer le parti kahaniste à la Knesset n’avait pas eu lieu, ou avait été mal comprise. Après tout, il n’avait pas seulement soutenu l’accord de fusion entre Otzma Yehudit et les listes de la Knesset de HaBayit HaYehudi – il l’avait activement conçu, le forçant contre le désir des propres dirigeants de HaBayit HaYehudi. Il a offert des compensations politiques inouïes à Rafi Peretz, le dirigeant de HaBayit HaYehudi, promettant au parti une place sur la liste de la Knesset du Likud pour compenser la place perdue par Otzma Yehudit, et lui donnant deux postes ministériels importants dans le prochain gouvernement en échange de son union.

De plus, aucun Israélien qui éprouve de la gêne ne pourrait actuellement s’en prendre à certains des partisans les plus influents d’Israël – et de Netanyahu – sur la scène mondiale.

Contre-tactique du Likud : l’AIPAC et l’AJC sont manipulés par « la gauche ».

C’est cette nouvelle situation difficile, née des mesures désespérées que Netanyahu a prises pour se sortir de la situation difficile précédente, qui a conduit à la nouvelle stratégie du Likud ces derniers jours : expliquer tranquillement aux Israéliens, mais jamais publiquement et ouvertement, que les braves gens de l’AIPAC et de l’AJC avaient été manipulés par « la gauche ».

Les responsables du Likud ont offert aux journalistes politiques le scoop qu’un bureau de relations publiques employé par la campagne du parti rival de Benny Gantz, Hossen LeYisrael, est également employé par l’AJC, qui sont les « instigateurs » de la « tempête AIPAC ».

Eli Barak, responsable de l’information pour le journal (et porte-parole de longue date de Netanyahu) Israel Hayom, a été l’un des rares à mordre à l’hameçon, posant cette question sur Facebook dimanche : « À quel point êtes-vous surpris [d’apprendre] que l’AJC, l’organisation à l’origine de l’histoire de l’AIPAC, est un autre client de la société de conseil stratégique qui a créé et qui gère actuellement le parti de Gantz ? »

Le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, lors d’une conférence de presse à Tel Aviv le 19 février 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

Barak a joint une capture d’écran du site Web du cabinet de conseil en relations publiques et en politique Ben Horin & Alexandrovitz montrant AJC dans la liste des clients.

Le discours du Likud aux journalistes israéliens est désormais le suivant : l’AJC a été incitée par les dirigeants politiques de Gantz à se plaindre du soutien de Netanyahu à un parti raciste. L’AIPAC a été à son tour entraînée à prendre position publiquement par un AJJ sous influence.

Voici encore une autre innovation dans l’histoire des manœuvres tactiques de Netanyahu : une campagne qui dénigre discrètement l’AIPAC aux yeux des Israéliens.

Par son argumentation, le Likud cherche à jouer sur la profonde ignorance au travers de laquelle de nombreux Israéliens interprètent leurs homologues juifs américains.

Pour diverses raisons, la culture politique israélienne a développé une profonde méfiance à l’égard de l’idéalisme, considérant les politiciens qui s’accrochent exagérément à de nobles arguments avec une suspicion née du récent effondrement traumatique de la politique idéaliste depuis la Seconde Intifada, les guerres et conflits qui en ont résulté. C’est pour cette raison, et pour sa propre longue histoire de compromis, que le soutien à Netanyahu est nécessairement plus ancré dans la conviction générale de sa compétence intrinsèque que dans tout ce qu’il représente, comme l’a fait Menachem Begin, un des fondateurs emblématiques du Likud, avec un ensemble inébranlable de principes nobles.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors de la conférence 2018 de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), au Washington Convention Center, le 6 mars 2018, à Washington. (AP Photo/Jose Luis Magana)

En effet, ce fait est au cœur de la campagne de Gantz visant à le destituer, se concentrant sur l’homme Netanyahu, sa prétendue corruption et ce que Gantz appelle sa « politique d’incitation et de division », plutôt que ses politiques. La campagne de Netanyahu prend la direction opposée ; il accuse Gantz d’idéalisme gauchiste sauvage, présenté sous un vernis de pragmatisme centriste. Dans la mesure où les campagnes politiques israéliennes actuelles font référence à l’idéalisme, c’est le plus souvent un reproche.

Pendant ce temps, aux États-Unis, surtout parmi les Juifs américains, l’idéalisme fait fureur. Un vocabulaire moraliste anime les identités politiques de gauche et de droite.

L’AJC, qui passe ses journées et ses nuits à faire valoir que cette affaire est essentiellement morale, n’avait pas besoin d’une société israélienne de relations publiques pour la convaincre de prendre ses distances avec des racistes soutenus par Netanyahu.

Beaucoup de choses sont dites sur l’AIPAC par ses nombreux partisans et détracteurs, mais très peu ont essayé de la présenter, comme le Likud cherche maintenant à le faire, comme une œuvre d’amateur et susceptible d’être manipulée.

Dans la mesure où les deux organisations ont dû faire face à des pressions significatives pour s’exprimer, il ne s’agissait pas d’une pression exercée par une société de relations publiques israélienne, mais par leurs propres membres et donateurs. Si la pression a motivé les déclarations des deux organisations, c’est le genre de pression qui ne fait que souligner l’authenticité et la profondeur de leur dégoût et de leur inquiétude.

La plupart des porte-parole du Likud sont aussi ignorants de la culture politique juive américaine que leurs compatriotes israéliens. Le rôle puissant que jouent de tels arguments moraux aux États-Unis est largement invisible pour eux. Ils ne s’attendent pas non plus à ce que leur public israélien en sache plus. C’est ainsi qu’est née l’explication de la répulsion morale juive américaine qui n’est rien d’autre qu’un tour de passe-passe de l’opposition dans sa campagne électorale.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (au centre), arrive à la plénière de la Knesset pour un vote sur un projet de loi visant à dissoudre le Parlement, à Jérusalem, le 26 décembre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Netanyahu a résisté à la tempête actuelle et a probablement empêché la disparition de HaBayit HaYehudi le jour des élections, même au prix de la remise en mains propres d’un siège à la Knesset au président raciste d’Otzma Yehudit, Michael Ben-Ari.

Ce que Netanyahu commence peut-être seulement à réaliser, c’est que ces compromis moraux s’additionnent. Les individus peuvent compartimenter leurs défauts et leurs manquements éthiques en les distinguant de leur moi essentiel. L’histoire n’est pas si gentille. Elle ne rappelle pas facilement les succès des Olmert ou des Nixon du monde quand ceux-ci sont éclipsés par la somme de leurs compromis moraux.

Netanyahu a compromis son chemin vers le sommet de la politique israélienne il y a environ 25 ans, et il a fait des compromis féroces pour y rester pendant la plus grande partie des deux dernières décennies. Pourtant, voici un homme qui se soucie profondément de son héritage. Ses réalisations dans la gestion de l’économie et de la position stratégique d’Israël sont, comme il ne cesse de le souligner, nombreuses et significatives. Mais il a maintenant 69 ans. Il pourrait bientôt se retrouver à regretter de favoriser les bénéfices immédiats de ses compromis moraux par rapport à ceux, plus permanents, de la mémoire historique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...