Netanyahu: L’accord a ouvert « une autoroute vers un arsenal nucléaire » à l’Iran
Rechercher

Netanyahu: L’accord a ouvert « une autoroute vers un arsenal nucléaire » à l’Iran

Le Premier ministre israélien affirme que l’accord a encouragé la République islamique et qu’il a aidé à remodeler la région

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant à la délégation de la Conférence des présidents des principales organisations juives à Jérusalem le 21 février 2018 (Crédit : Avi Hayoun / Conférence des présidents)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant à la délégation de la Conférence des présidents des principales organisations juives à Jérusalem le 21 février 2018 (Crédit : Avi Hayoun / Conférence des présidents)

L’accord nucléaire iranien confère à la République islamique « une autoroute vers un arsenal nucléaire » et a intensifié son agression à travers le Moyen-Orient, a déclaré mercredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un discours aux dirigeants juifs américains en visite en Israël.

S’exprimant lors de la Conférence des présidents des principales organisations juives à Jérusalem, Netanyahu a profité de cette occasion pour réitérer ses critiques envers l’accord P5 + 1 de 2015 et contre les activités de l’Iran dans la région.

« Cela leur a donné une autoroute vers l’arsenal nucléaire. Pas seulement pour une bombe nucléaire, mais pour un arsenal de bombes nucléaires », a-t-il regretté.

« L’Iran est donc de loin la force la plus dangereuse de la région ».

Netanyahu a déclaré que l’accord, ferait l’opposé de ce qu’il était prévu de faire, et permettrait à l’Iran de créer un arsenal nucléaire avec l’argent qu’il reçoit des sanctions.

« Comprenez que si rien ne se passe et que les sanctions ne cessent d’être levées, des dizaines de milliards de dollars iront dans les coffres de l’Iran chaque année. Nous parlons d’un trillion de dollars supplémentaires pour l’Iran », a-t-il fait valoir.

« Ils seront en mesure d’enrichir de l’uranium et c’est l’élément clé de la fabrication d’une bombe nucléaire ».

Sous les applaudissements de l’audience, Netanyahu a promis qu’Israël « ne permettra jamais à l’Iran de développer des armes nucléaires ».

Le Premier ministre a de manière constante critiqué l’accord de 2015 sur l’Iran, officiellement connu sous le nom du Plan d’action global commun, en partie pour sa « clause de caducité », qui supprimera les restrictions contre le développement nucléaire au bout d’un certain délai.

Netanyahu dénonce par ailleurs les limites qu’il impose à la capacité de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à inspecter les sites militaires iraniens.

L’Iran respecte bien ses engagements dans le cadre de l’accord nucléaire conclu avec les grandes puissances en 2015, selon un rapport trimestriel de l’AIEA rendu public jeudi, alors que le président américain Donald Trump menace de dénoncer le texte en mai.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) atteste notamment que Téhéran n’a pas enrichi d’uranium à des degrés prohibés ni constitué de stocks illégaux d’uranium faiblement enrichi ou d’eau lourde. Ce satisfecit, attendu, intervient à moins de trois mois de la fin d’un ultimatum fixé par M. Trump pour « remédier aux terribles lacunes » de l’accord, qu’il durant sa campagne menacé de « déchirer » au grand dam de ses alliés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...