Netanyahu : L’expérience de Kushner dans l’immobilier est un atout pour la paix
Rechercher

Netanyahu : L’expérience de Kushner dans l’immobilier est un atout pour la paix

Dans une interview diffusée dimanche, le Premier ministre a déclaré que les Palestiniens doivent "arrêter de râler" et entamer des pourparlers avec les Etats-Unis

Le président américain Donald Trump s'entretient avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une réunion bilatérale en marge de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, le 25 janvier 2018 (Crédit photo : Amos Ben Gershom / GPO)
Le président américain Donald Trump s'entretient avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une réunion bilatérale en marge de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, le 25 janvier 2018 (Crédit photo : Amos Ben Gershom / GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que le président américain Donald Trump dispose d’une « équipe très compétente » dirigée par Jared Kushner qui travaille sur les pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens, grâce à leur expérience dans les transactions immobilières.

Il a également déclaré que Kushner et son équipe étaient « très créatifs » lors d’un entretien avec Fareed Zakaria de CNN au Forum économique mondial de Davos, en Suisse. L’interview, qui a eu lieu jeudi, a été diffusée dimanche sur CNN.

« Ils ont beaucoup, beaucoup de compétences », a dit Netanyahu à propos de Kushner et de son équipe. Ce que les gens ne réalisent pas, c’est que ces gens ont fait leur preuve sur les marchés, dans l’immobilier. Or, il ne s’agit pas ici d’une transaction immobilière, mais d’un problème de reconnaissance de l’existence d’Israël, le problème de la non-reconnaissance d’un État juif quelles que soient ses frontières. Mais il y a aussi des aspects immobiliers et ils sont, je dois dire, très créatifs. »

Netanyahu a déclaré qu’il attendait de voir ce que l’équipe de l’administration Trump allait trouver et qu’il n’écartera rien d’ici là. Il a également appelé les Palestiniens à « arrêter de faire des vœux pieux ». Allons de l’avant. Asseyons-nous, négocions. »

Le Premier ministre a dit qu’il était « fantaisiste » de penser que n’importe quel autre pays que les États-Unis puisse négocier un accord de paix. En réponse aux allégations des Palestiniens selon lesquelles les États-Unis ne sont plus considérés comme un intermédiaire partial, en partie à cause de la reconnaissance par l’administration Trump de Jérusalem en tant que capitale d’Israël et des menaces ultérieures de couper l’aide aux Palestiniens pour leur refus de négocier, M. Netanyahu a déclaré : « Si vous voulez profiter des avantages d’une grande puissance, ils peuvent également mobiliser des ressources économiques et un soutien politique, je pense que c’est formidable pour un éventuel accord de paix. Il n’y a personne d’autre que les États-Unis, je le dis, et je l’ai toujours dit. Vous le savez, j’ai eu des hauts et des bas avec les administrations américaines. Je n’ai jamais dit, eh bien, je ne vais pas parler avec tel ou tel gouvernement parce que, vous savez, ils sont plus favorables aux Palestiniens qu’à Israël. Vous ne m’avez jamais entendu dire ça. »

« Vous voulez la paix ? Soyez cohérents. Voyez ce qu’offrent les États-Unis, entrez dans la pièce et négociez », a-t-il dit.

Netanyahu a dit à Zakaria que Trump « a rendu un grand service à la paix, parce que la paix ne peut être fondée que sur la vérité, sur la réalité, et nier le simple fait que la capitale d’Israël est Jérusalem fait – reculer la paix en créant une illusion, un fantasme. On ne peut pas construire la paix sur un fantasme. On peut avoir une vision, mais elle doit être ancrée dans la réalité. » Il a déclaré que Jérusalem devait rester unie sous souveraineté israélienne, même dans le cadre d’un accord de paix.

Il a précisé que sa vision d’un accord de paix donnerait aux Palestiniens « tous les pouvoirs pour se gouverner eux-mêmes, mais aucun pouvoirs de nous menacer ». Et d’ajouter : « Israël conservera le contrôle absolu de la sécurité. Mais à part cela, les Palestiniens seront libres de se gouverner eux-mêmes. Et je ne pense pas qu’il y ait de problème avec ça. »

Jared Kushner, à gauche, conseiller du président américain Donald Trump, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Tel Aviv, le 24 août 2017. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Netanyahu a dit à Zakaria que l’accord sur le nucléaire iranien est « profondément dangereux », affirmant qu’il permet à l’Iran d’accéder à un arsenal d’armes nucléaires dès son expiration.

Interrogé par Zakaria sur son avenir politique en raison de plusieurs enquêtes actuelles sur la corruption, Netanyahu a dit que « personne n’est au-dessus de la loi » en Israël et qu’il est « confiant que rien n’en sortira parce qu’il n’y a rien à trouver ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...