Netanyahu parle avec les PDG de Pfizer et Moderna dans le dos de Bennett
Rechercher

Netanyahu parle avec les PDG de Pfizer et Moderna dans le dos de Bennett

L'ex-PM confirme les appels téléphoniques et affirme que la 3e dose de vaccin "est la seule façon de protéger la population", malgré l'avis divergeant la FDA

Le premier ministre de l'époque, Benjamin Netanyahu, et le ministre de l'éducation de l'époque, Naftali Bennett (à gauche), lors du quiz annuel sur la Bible au théâtre de Jérusalem, le jour de l'indépendance, le 19 avril 2018. (Crédit: Shlomi Cohen/FLASH90)
Le premier ministre de l'époque, Benjamin Netanyahu, et le ministre de l'éducation de l'époque, Naftali Bennett (à gauche), lors du quiz annuel sur la Bible au théâtre de Jérusalem, le jour de l'indépendance, le 19 avril 2018. (Crédit: Shlomi Cohen/FLASH90)

L’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu à plusieurs reprises ces derniers jours avec le PDG de Pfizer Albert Bourla et le PDG de Moderna Stéphane Bancel, apparemment dans le dos de son successeur Naftali Bennett, alors qu’il poursuit ses efforts pour qu’une troisième dose de vaccin contre le coronavirus soit administrée aux Israéliens.

Le parti Likud de M. Netanyahu a initialement divulgué les détails de ces conversations à plusieurs médias hébraïques mercredi, qui ont rapporté que les appels avaient eu lieu à l’insu de M. Bennett. Le bureau de M. Netanyahu a ensuite publié une déclaration indiquant que les responsables pharmaceutiques l’avaient informé de l’état de leur approvisionnement en vaccins et de la propagation du variant Delta.

L’ex-Premier ministre devenu chef de l’opposition a déclaré qu’il avait conclu qu’Israël avait besoin de millions de doses supplémentaires et qu’il devait « immédiatement » commencer à administrer des injections de rappel aux adultes.

« C’est la seule façon de protéger la population, de sauver des vies et de maintenir l’économie ouverte au vu de l’épidémie de variant Delta », a affirmé Netanyahu dans une déclaration vidéo.

Pfizer a demandé l’autorisation de la FDA pour une troisième injection, bien que le régulateur américain et les responsables de la santé israéliens aient déclaré que rien ne prouve que des rappels soient nécessaires pour le moment. Israël offre actuellement une troisième dose aux personnes immuno-déprimées.

Depuis des semaines, M. Netanyahu insiste sur le fait que les troisièmes doses sont nécessaires immédiatement, mais certains analystes se demandent si cette position n’est pas davantage liée à son désir de se distancer des politiques du nouveau gouvernement en matière de pandémie.


Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, parle lors d’une conférence de presse après une visite de supervision de la production du vaccin Pfizer-BioNtech dans l’usine de la société pharmaceutique américaine Pfizer, à Puurs, en Belgique, le 23 avril 2021. (Crédit: JOHN THYS / POOL / AFP)

Dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux le 1er juillet, Netanyahu a déclaré que « d’après les conversations que j’ai eues avec certains des meilleurs experts du monde, je pense que la troisième [dose] de vaccin devrait être administrée à la population de plus de 50 ans à partir du mois d’août, afin de terminer la tâche avant la fin du mois de septembre ».

La campagne de vaccination israélienne a été lancée avec succès pendant le mandat de M. Netanyahu, après qu’il eut conclu des accords qui ont fait d’Israël le premier pays au monde pour la vaccination COVID. L’ex-Premier ministre a été écarté du pouvoir le mois dernier lorsque M. Bennett a réuni une majorité de 60 à 59 à la Knesset pour une coalition de huit partis.

Suite aux révélations de mercredi, certains responsables de la santé ont exprimé leur consternation face à une ingérence politique apparente dans des considérations professionnelles.

« À mon avis, la gestion de [la relation] avec Pfizer doit être assurée par des professionnels du ministère de la Santé qui savent comment travailler avec l’entreprise, avec le soutien du ministre de la Santé et du gouvernement », a déclaré au site d’information Ynet le professeur Nadav Davidovitch, qui conseille le gouvernement sur la pandémie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...