Netanyahu remplace Katz aux Affaires sociales après sa démission pour corruption
Rechercher

Netanyahu remplace Katz aux Affaires sociales après sa démission pour corruption

Choisissant de ne pas nommer un autre député Likud à ce poste, le Premier ministre détient désormais quatre portefeuilles ministériels en plus de son poste de chef de gouvernement

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de son parti le Likud à Ramat Gan, le 4 mars 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de son parti le Likud à Ramat Gan, le 4 mars 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

Le gouvernement a officiellement informé la Knesset mercredi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est nommé ministre des Affaires sociales à la suite de la démission de Haim Katz le mois dernier pour des accusations de corruption.

Choisissant de ne pas nommer un autre membre de son parti du Likud à ce poste, Netanyahu détient désormais quatre portefeuilles en plus du poste de Premier ministre : Défense, Santé, Social et Diaspora.

Netanyahu avait nommé Yisrael Katz pour le remplacer comme ministre des Affaires étrangères en mai en réponse à une requête déposée à la Haute Cour de justice concernant le nombre de portefeuilles ministériels qu’il détient. Il avait d’abord justifié la conservation du ministère pour lui-même après les élections de 2015 en affirmant qu’il gardait le poste pour Isaac Herzog, alors chef de l’Union sioniste, tentant de l’inciter à rejoindre le gouvernement. Ce n’est pas ce qui s’est passé.

En novembre, Netanyahu a annoncé qu’il garderait pour lui le portefeuille de la Défense suite à la démission d’Avigdor Liberman, leader d’Yisrael Beytenu, déclarant qu’Israël était « en pleine campagne militaire ».

Haïm Katz a démissionné de son poste de ministre des Affaires sociales le mois dernier après que le procureur général Avichai Mandelblit a annoncé son intention de l’inculper pour fraude et abus de confiance.

Le ministre des Affaires sociales Haim Katz prend la parole lors d’une réunion de la commission des finances à la Knesset le 5 mars 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

A la suite de la démission de Katz, la députée Likud Tzipi Hotovely, qui occupe actuellement le poste de vice-ministre des Affaires étrangères, a déclaré qu’elle comptait être nommée à ce poste, ajoutant qu’elle espérait que Katz soit acquitté.

Le procureur général a informé Katz qu’il devrait démissionner en raison de l’acte d’accusation en instance, une pratique établie dans les années 1990 avec la confirmation par la Cour de la démission des membres du cabinet accusés par la justice, Aryeh Deri et Raphael Pinhasi.

Katz, qui restera député, devrait demander l’immunité parlementaire de la Knesset avant les élections du 17 septembre, mais n’est pas certain de l’obtenir. La 21e Knesset actuelle, élue le 9 avril, n’a jamais doté ses commissions de députés et ne dispose donc pas de commission permanente à laquelle Katz pourrait demander l’immunité, comme la loi l’exige.

Katz est l’un des quatre membres du cabinet connus visé par la justice, avec Netanyahu, le vice-ministre de la Santé Yaakov Litzman et le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri. Le député Likud David Bitan fait également l’objet d’une enquête pour des soupçons de corruption.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...