Netanyahu salue devant la Knesset la relation israélo-américaine
Rechercher

Netanyahu salue devant la Knesset la relation israélo-américaine

Le Premier ministre se réjouit que les Etats-Unis et Israël adoptent les mêmes positions sur la réconciliation palestinienne comme sur l’accord nucléaire iranien

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, avec le président de la Knesset Yuli Edelstein, à la Knesset, le 24 avril 2013. (Crédit : Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, avec le président de la Knesset Yuli Edelstein, à la Knesset, le 24 avril 2013. (Crédit : Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ouvert lundi la session hivernale de la Knesset, louant devant la plénière les relations israélo-américaines, sur la même longueur d’ondes concernant la question de la réconciliation palestinienne et de l’accord nucléaire iranien.

« Nous voulons une véritable paix, pas une fausse réconciliation avec ceux qui veulent nous détruire », a dit Netanyahu après la signature ce mois-ci d’un accord d’unité entre le Hamas, groupe terroriste qui gouverne la bande de Gaza, et le Fatah qui contrôle l’Autorité palestinienne.

Il a affirmé qu’Israël allait négocier la paix avec un gouvernement palestinien, mais pas si le Hamas y participe.

« Ce n’est pas seulement notre position ; c’est la position des Etats-Unis, a dit Netanyahu. La réconciliation pour la paix est bonne. La réconciliation pour détruire Israël ne l’est pas. Ce n’est pas si compliqué. »

Le Premier ministre a ajouté qu’Israël tendait une « main pacifique » à tous ses voisins, et qu’il espérait qu’Israël « devienne un lieu de paix et de sécurité. »

Le président américain Donald Trump évoque l'accord sur l'Iran à la Maison Blanche, le 13 octobre 2017. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)
Le président américain Donald Trump évoque l’accord sur l’Iran à la Maison Blanche, le 13 octobre 2017. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Netanyahu a également rendu hommage au président américain Donald Trump, qui a refusé de certifier à nouveau l’accord nucléaire iranien, et qui a choisi de retirer les Etats-Unis de l’UNESCO, affirmant que « nous aussi, nous n’avons rien à espérer de ce théâtre de l’absurde. »

Le Premier ministre a ensuite condamné les médias et les politiciens, accusés de déprimer la population, s’attirant ainsi les huées de l’opposition.

Hilik Bar et Michal Biran, députés de l’Union sioniste, ont été expulsés de la plénière pour avoir affronté Netanyahu pendant son discours.

Au moment où Netanyahu fustigeait les « grincheux », qui ne sont heureux que « quand les implantations sont évacuées », Bar a crié « nous n’avons évacué personne […], vous êtes responsables du désengagement », faisant référence à l’évacuation des implantations juives de la bande de Gaza en 2005.

« Je suis heureux que les préoccupations des implantations aient atteint l’opposition », a plaisanté Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire du Likud à la Knesset, le 19 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire du Likud à la Knesset, le 19 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Avant de prononcer son discours devant la plénière de la Knesset, Netanyahu avait ouvert la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire du Likud sur une plaisanterie au sujet des enquêtes criminelles dont il fait l’objet.

« Je vous ai manqué ? », a demandé Netanyahu à ses collègues du Likud. « Eh bien ne vous y habituez pas », a-t-il plaisanté, en références aux affaires criminelles en cours.

Il a ensuite affirmé que « nous sommes revenus à la Knesset avec des forces renouvelées, et nous sommes prêts à gravir des montagnes. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...