Résolution sur Jérusalem : Israël rappelle son ambassadeur à l’Unesco
Rechercher

Résolution sur Jérusalem : Israël rappelle son ambassadeur à l’Unesco

Après le vote à l'UNESCO, le Premier ministre avait en premier lieu salué les progrès réalisés par Israël avant de décider de rappeler Carmel Shama-Hacohen

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux, à Jérusalem, le 9 octobre 2016. (Crédit : Ohad Zwigenberg/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux, à Jérusalem, le 9 octobre 2016. (Crédit : Ohad Zwigenberg/Pool)

Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a d’abord déclaré mercredi que le vote de l’UNESCO de mercredi était un meilleur résultat pour Israël.

La résolution votée mercredi par le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO ignore les liens du judaïsme et du christianisme aux lieux saints de Jérusalem.

Un premier communiqué de son bureau a affirmé que « moins de nations [ont voté] en faveur de la résolution cette année. »

Elle a été votée à une large majorité, avec 10 pays favorables, deux contre, et huit abstentions.

« Plus de nations sont passées cette année du soutien à l’abstention », pouvait-on lire dans ce communiqué, grâce aux « efforts intenses du Premier ministre et du ministère des Affaires étrangères. »

Le Premier ministre israélien a ensuite estimé dans un communiqué que la résolution de la commission de l’Unesco est « la continuation du théâtre de l’absurde. J’ai décidé de rappeler notre ambassadeur à l’Unesco [Carmel Shama-Hacohen] pour consultations et nous allons décider des mesures à prendre face à cette organisation. Les forces islamistes extrémistes détruisent des mosquées, des églises et des sites archéologiques, alors qu’Israël est le seul pays dans la région à les préserver et à assurer la liberté de culte pour toutes les religions. C’est la commission du patrimoine de l’Unesco et non Israël qui devrait être condamnée », a-t-il déclaré.

L’ambassadeur de l’UNESCO, Carmel Shama-Hacohen a déclaré que son rappel en Israël s’avérait être nécessaire pour reconsidérée les liens avec l’organisation onusienne à la lumière de ses déclarations anti-Israël.

« C’est une mesure nécessaire. Nous devons repenser et réévaluer nos relations avec l’UNESCO étant donné la persécution persistante à l’encontre d’Israël et du peuple juif. »

Shama-Hacohen et les chefs des deux groupes pro-israélien StandWithUs et International Legal Forum, avaient soumis une pétitition, signée par plus de 77 000 juifs et chrétiens appelant l’UNESCO a « reconnaître le lien irréfutable, profondément historique, culturel et religieux entre le peuple juif et la Terre d’Israël. »

Son ministre de l’Éducation, Naftali Bennett, a quant à lui confirmé dans l’après-midi, sa décision de suspendre la collaboration avec l’organisme onusien jusqu’à nouvel ordre.

Le chef de l’opposition, Isaac Herzog, député de l’Union sioniste, a déclaré mercredi que l’UNESCO « répand des accusations de meurtre rituel », comparant les résolutions de la branche culturelle des Nations unies aux allégations antisémites utilisées pour persécuter les juifs au Moyen-âge.

« L’UNESCO promulgue des accusations de meurtre ritual et le destin de ces accusations est d’être vaincues », a-t-il écrit sur Facebook après le vote de la deuxième résolution de l’UNESCO en autant de semaines qui ignore les relations du judaïsme aux lieux saints de Jérusalem.

« Depuis l’aube de sa fondation, Israël s’est battu pour protéger les lieux saints de toutes les religions », a écrit Herzog.

Le secrétaire général de l’OLP Saeb Erekat a quant à lui accusé dans un communiqué Israël de mener une « campagne orchestrée » pour « légitimer l’annexion » de Jérusalem-Est. « Contrairement à ce qu’affirme le gouvernement israélien, la résolution votée par l’Unesco vise à réaffirmer l’importance de Jérusalem pour les trois religions monothéistes, christianisme, judaïsme et islam », assure-t-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...