Netanyahu veut une enquête après les propos d’un officier de police
Rechercher

Netanyahu veut une enquête après les propos d’un officier de police

Un haut fonctionnaire aurait, selon Netanyahu, "explicitement menacé" de le faire taire, en réponse à ses attaques contre les forces de l'ordre et le pouvoir judiciaire

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, entouré des députés du Likud, fait une déclaration télévisée avant le début de son procès pour corruption au tribunal de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. Parmi les ministres du Likud photographiés (de gauche à droite) figurent Amir Ohana, Miri Regev, Israel Katz, Tzachi Hangebi, Yoav Gallant et David Amsalam. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, entouré des députés du Likud, fait une déclaration télévisée avant le début de son procès pour corruption au tribunal de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. Parmi les ministres du Likud photographiés (de gauche à droite) figurent Amir Ohana, Miri Regev, Israel Katz, Tzachi Hangebi, Yoav Gallant et David Amsalam. (Yonatan Sindel/Flash90)

Mercredi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exigé une enquête sur un haut fonctionnaire de police anonyme qui a critiqué ses attaques contre les forces de l’ordre et le système judiciaire, et a affirmé que les commentaires de l’officier aux médias étaient assimilables à des menaces.

Le fonctionnaire, qui s’est exprimé anonymement au journal télévisé de la Douzième chaîne lundi, a défendu l’institution contre l’allégation de Netanyahu selon laquelle la police avait conspiré avec d’autres pour fabriquer les affaires de corruption qui ont conduit à son procès, en affirmant que ces remarques étaient infondées.

L’officier a ajouté que si une autre enquête était ouverte concernant Netanyahu à propos d’un achat d’actions lié à un scandale de corruption majeur, le Premier ministre ne serait pas « ménagé ».

« Il n’y a jamais eu un Premier ministre qui ait autant essayé de provoquer et de nuire de manière aussi flagrante au système d’application de la loi », a-t-il déclaré.

Le début du procès du Premier ministre Benjamin Netanyahu au tribunal de Jérusalem. Le Premier ministre Netanyahu est poursuivi pour des accusations criminelles de corruption, fraude et abus de confiance, le 24 mai 2020. (Photo par Amit Shabi / Flash90)

En réponse, l’avocat de Netanyahu, Yossi Cohen, a écrit mercredi au département des enquêtes internes de la police du ministère de la Justice pour demander une enquête sur cette affaire.

L’absence d’action enverrait « un message au public que la chasse au Premier ministre est ouverte », a écrit Cohen, ajoutant que la déclaration de l’officier était « une menace explicite destinée… à faire taire les critiques du Premier ministre sur la corruption de la police ».

« Nous vous demandons d’ouvrir immédiatement une enquête sérieuse afin de découvrir qui est derrière [la déclaration] et de le poursuivre », a écrit M. Cohen.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...