Rechercher

New York : Une affiche antivax d’un groupe orthodoxe placardée à un arrêt de bus

Copiant une campagne en faveur de la vaccination, l'affiche du groupe antivax énonçait les "dix meilleures raisons de ne PAS se faire vacciner" ; elle a été rapidement enlevée

L'affiche brièvement placardée à un arrêt de bus de Crown Heights avant d'être enlevée. (Capture d'écran : Twitter)
L'affiche brièvement placardée à un arrêt de bus de Crown Heights avant d'être enlevée. (Capture d'écran : Twitter)

(New York Jewish Week via JTA) — En comparaison avec les autres habitants de la ville de New York, les résidents du quartier Crown Heights, à Brooklyn, ont été durement frappés par le coronavirus et ils s’avèrent être par ailleurs beaucoup plus réticents à l’idée de se faire vacciner contre le virus.

Ces statistiques ont amené un groupe, appelé l’Association médicale des femmes juives orthodoxes, à lancer une campagne d’affichage encourageant les habitants – avec une large présence de Juifs hassidiques – à aller se faire injecter les précieuses doses.

En réponse à cette campagne, jeudi, une affiche similaire à celle mise au point par l’Association a été placardée sur l’affiche originale qui avait été placée à un arrêt de bus. Cette affiche, loin d’encourager la vaccination, la dénonçait en s’appuyant sur des données fausses et trompeuses. A l’origine de ce placardage, un autre groupe juif opposé au vaccin. Cette campagne n’avait pas été approuvée par la MTA, responsable des transports dans la ville, et elle a été rapidement enlevée lorsque des photos ont fait leur apparition sur les réseaux sociaux, a fait savoir le New York Times.

Cette affiche antivax avait adopté le format et l’énoncé de la campagne pro-vaccin, prétendant ainsi présenter « les dix meilleures raisons de ne PAS se faire vacciner ». La première était (encore une fois, de manière mensongère : « Le vaccin peut vous tuer ».

Cette campagne du groupe antivax est entrée dans le cadre d’une initiative de longue haleine entreprise par quelques Juifs haredim déterminés à prôner la non-vaccination – leur combat avait initialement porté sur le vaccin contre la rougeole et, plus récemment, sur celui contre la COVID-19.

De nombreuses autorités orthodoxes connues et organisations-cadres du mouvement orthodoxe au sens large ont vivement recommandé à leurs communautés de se faire immuniser, à l’aide de campagnes publiques ou en émettant des décrets religieux.

Toutefois, le mouvement antivax, aux États-Unis, a des soutiens au sein de la communauté orthodoxe. Au lieu de l’injection, le site internet du groupe antivax fait ainsi la promotion de traitements non-approuvés tels que l’hydroxychloroquine et l’Ivermectine – des traitements qui ont fait l’objet de mises en garde de la FDA.

Le site internet explique que ses membres « défendent la vérité, la liberté médicale, et la connaissance de Dieu ».

Ils ne sont pas les seuls activistes orthodoxes à s’opposer à la vaccination au nom du judaïsme. Au début de l’année, un rabbin de Floride avait proposé de donner des exemptions religieuses à tous ceux qui, Juifs ou non-Juifs, ne souhaitaient pas se faire vacciner.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...