Nombre record d’animaux blessés avec le retour des Israéliens dans les parcs
Rechercher

Nombre record d’animaux blessés avec le retour des Israéliens dans les parcs

Selon une clinique vétérinaire spécialisée dans la faune sauvage, 700 animaux sont actuellement soignés en raison de la négligence des visiteurs revenus après le confinement

Photo d'illustration - Un aigle impérial blessé à la clinique vétérinaire du Safari Park de Ramat Gan, le 3 mars 2013 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Photo d'illustration - Un aigle impérial blessé à la clinique vétérinaire du Safari Park de Ramat Gan, le 3 mars 2013 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Les Israéliens ont pris d’assaut les parcs et les réserves naturelles après des semaines où ils sont restés enfermés dans leurs habitations pour cause de confinement et si prendre un peu l’air frais est assurément une bonne chose pour la santé humaine, leurs amis à plumes et à poil, dans les campagnes sauvages, ne s’en portent pas aussi bien.

Depuis sa fondation, il y a quinze ans, la clinique vétérinaire qui prend en charge les animaux sauvages, au sein de l’Etat juif, et qui dépend de l’Autorité de la nature et des parcs israélienne, n’avait jamais eu plus de 450 animaux à soigner au même moment, dans ses locaux du Safari Park de Ramat Gan.

Mais depuis que les Israéliens ont eu l’autorisation de se rendre dans les parcs et dans les réserves naturelles, après le confinement, ce chiffre est grimpé en flèche, passant à environ 700 animaux, a fait savoir le Yedioth Ahronoth.

Le reportage indique que les vétérinaires, au sein de la structure, estiment que la majorité des blessures des animaux ont pour origine la négligence des visiteurs dans les parcs. Il note également que l’augmentation du nombre d’Israéliens sur ces sites signifie qu’un plus grand nombre d’animaux ont pu être amenés à la clinique pour y être pris en charge.

« Nous travaillons 24 heures sur 24 et sept jours sur sept pour nous occuper de ces animaux qui nous ont été amenés pour être soignés », commente le docteur Yigal Horowitz, chef de la clinique vétérinaire. « C’est un travail intense et, sans l’aide des bénévoles, l’équipe ne serait pas en mesure d’assumer la pression ».

Il y a eu, ces derniers jours, des dizaines de milliers de personnes qui se sont rendues dans les réserves, dans les parcs et sur les plages pour profiter d’une météo clémente, alors que les Israéliens souhaitent tourner la page de plusieurs mois de confinement.

Les sites de l’Autorité israélienne de la nature et des parcs ont été fermés pendant des semaines à cause de la pandémie de coronavirus et ils ont obtenu la permission de rouvrir au début du mois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...