Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Nomination des juges : Elharrar approuvée, méfiance de l’opposition

Un nouveau vote est nécessaire dans les 30 jours pour nommer l'autre membre de la commission ; l'opposition boycottera les négociations tant que la composition du comité ne sera pas connue

La députée de Yesh Atid Karine Elharrar, à la Knesset, le 29 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La députée de Yesh Atid Karine Elharrar, à la Knesset, le 29 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La Knesset a voté mercredi pour approuver la candidature de la députée de l’opposition Karine Elharrar (Yesh Atid) à la commission de sélection des juges, tout en rejetant la candidature de la députée Tally Gotliv (Likud), qui a refusé les appels de la coalition à se retirer de la course dans le cadre d’un effort du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour retarder la sélection des deux représentants de la commission.

Après un décompte des voix qui a duré deux heures, Elharrar a obtenu le soutien de 58 députés et a été rejetée par 56 autres. Gotliv a été soutenue par 15 députés et contrée par 59. Au total, 115 députés ont voté. Ce résultat signifie que plusieurs membres de la coalition ont voté pour Elharrar.

Avant même l’annonce des résultats, les députés de l’opposition ont commencé à féliciter Elharrar, alors que des rumeurs circulaient sur le fait que suffisamment de voix avaient été exprimées en sa faveur.

Ce résultat marque une victoire pour l’opposition, qui avait conditionné la poursuite des négociations sur la réforme judiciaire à la sélection de l’un de ses membres au sein de la commission – comme le veut la tradition.

Alors que la Knesset continuait d’attendre les résultats du vote, certains députés faisaient allusion à ce qui pourrait se produire à la suite du vote.

« Le résultat n’a pas d’importance mais plutôt le fait que Netanyahu a donné [sa] parole et l’a violée au dernier moment », a tweeté le député Boaz Toporovsky (Yesh Atid).

La députée Gotliv, qui a refusé de se retirer de la course pour tenter de forcer un nouveau vote, avait prédit que la candidate de l’opposition Elharrar serait choisie, bien qu’il ne fut pas clair sur quoi elle avait fondé cette évaluation alors que le dépouillement des bulletins de vote se poursuivait.

« J’espère me tromper », avait-elle ajouté.

Le député Gideon Saar (HaMahane HaMamlahti) a, quant à lui, déclaré que les représentants du parti d’opposition ne prendront pas part aux négociations menées par le président Isaac Herzog avec la coalition tant qu’un deuxième député n’aura pas été élu à la commission de sélection des juges.

Le député Gideon Saar lors d’une réunion de faction du parti HaMahane HaMamlahti à la Knesset, le Parlement israélien à Jérusalem, le 20 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Nous devons maintenir la protestation », a déclaré l’ancien ministre de la Justice au site d’information Ynet. « Je suggère de ne pas relâcher la pression. Nous ne poursuivrons pas les négociations tant que l’ensemble de la commission n’aura pas été choisi. »

Lors d’une conférence de presse, le chef de l’opposition Yair Lapid a salué la victoire d’Elharrar. Mais le chef du parti centriste déplore que le panel ne puisse pas se réunir avant qu’un deuxième membre ne soit choisi après que la députée Gotliv a été rejetée comme candidate.

« Autrefois, Netanyahu était un imposteur et fort. Aujourd’hui, c’est un imposteur et un faible », a affirmé Lapid aux côtés de Gantz. « Sans comité, il n’y a pas de pourparlers, » a-t-il prévenu.

S’exprimant après Lapid, le chef de HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz a déclaré « qu’il n’y a aucune raison » de poursuivre les pourparlers tenus sous l’égide du président Herzog jusqu’à ce qu’un autre membre du comité soit sélectionné.

« Ce qui s’est passé aujourd’hui, c’est que le Premier ministre a décidé d’aller contre le pays », a déclaré Gantz. « Il a essayé et a échoué. »

Il a également salué les personnalités inconnues de la coalition qui ont voté pour Elharrar, avant de fustiger Netanyahu.

« Netanyahu a cédé face aux extrémistes », a-t-il déploré, ajoutant que la conduite du Premier ministre « soulève un point d’interrogation majeur quant à son jugement sur des questions critiques ».

Un nouveau vote est nécessaire dans les 30 jours pour l’autre membre de la commission.

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir (Otzma Yehudit), a de son côté appelé à l’adoption « immédiate » de la loi visant à donner à la coalition le plein contrôle sur la nomination des juges.

Le texte était sur le point d’être adopté mais a été gelé fin mars pour permettre des négociations – des pourparlers dans l’impasse.

« Le fait que certains membres du Likud aient voté contre la position de la coalition est très troublant et soulève un gros point d’interrogation pour savoir si tous les membres du Likud sont attachés à la réforme judiciaire », a déclaré Ben Gvir dans un communiqué.

« Lors d’un vote public, nous verrons si tout le Likud est engagé pour la droite ou non », a-t-il proposé. Le vote de ce mercredi était effectué dans le cadre d’un scrutin secret.

« Aujourd’hui, il est finalement devenu clair que Gantz et Lapid cherchaient un moyen de faire exploser les pourparlers », a réagi Netanyahu dans une déclaration vidéo, ses premières remarques publiques depuis le vote.

Netanyahu a déclaré que les représentants de l’opposition aux pourparlers à la résidence du président « ont rejeté toutes les propositions – même les plus limitées » que la coalition a avancées.

« Gantz et Lapid ne veulent pas de vraies négociations », a-t-il estimé. « Je vous promets que contrairement à eux, nous agirons de manière responsable pour notre pays. »

Dans des remarques faites à la télévision israélienne, un député anonyme du Likud affirme avoir voté pour Elharrar. « Netanyahu savait qu’elle serait choisie et n’a pas été surpris par le résultat », a-t-il déclaré à la Douzième chaîne. « Nous avons sauvé Netanyahu de Yariv Levin. » « Si Karine Elharrar n’avait pas été choisie, il y aurait eu [un autre] incident Gallant », a-t-il précisé, en faisant référence aux manifestations spontanées qui ont éclaté fin mars après que Netanyahu a annoncé le renvoi de son ministre de la Défense, un limogeage sur lequel il est ultérieurement revenu.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.