Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Nouveau féminicide en Egypte

Il s'agit du quatrième féminicide fortement médiatisé dans le pays où, selon l'ONG Idrak, 296 femmes ou jeunes filles ont été tuées en 2020 et 415 agressées

Illustration : Une femme regardant par la fenêtre de sa chambre dans un refuge pour femmes maltraitées, le 15 juillet 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Illustration : Une femme regardant par la fenêtre de sa chambre dans un refuge pour femmes maltraitées, le 15 juillet 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le parquet égyptien a annoncé mardi l’arrestation d’un homme accusé d’avoir tué sa fiancée qui s’éloignait de lui, un nouveau féminicide dans le plus peuplé des pays arabes où plusieurs meurtres similaires ont récemment défrayé la chronique.

Selon le quotidien d’Etat al-Ahram, Khouloud al-Sayyed, 21 ans, a été étranglée lundi par son fiancé, également son collègue de travail.

Selon le parquet, l’accusé a agi après que la jeune Egyptienne a annoncé à ses collègues vouloir démissionner pour s’éloigner de son fiancé.

« Le corps de la victime a été découvert à son domicile à Port-Saïd », sur la côte nord-est de l’Egypte, après qu' »un voisin a rapporté avoir vu l’accusé entrer chez elle par la fenêtre », explique le parquet dans son communiqué.

Il s’agit du quatrième féminicide fortement médiatisé dans le pays où, selon l’ONG Idrak, 296 femmes ou jeunes filles ont été tuées en 2020 et 415 agressées. En 2021, ajoute l’ONG, le nombre d’agressions sexistes et sexuelles a doublé, atteignant 813 cas recensés.

Fin juin, le meurtrier d’une étudiante qui refusait ses avances avait été condamné à mort, alors que le même jour la justice annonçait le meurtre d’une présentatrice de télévision par son époux magistrat.

Deux mois plus tard, ce juge était également condamné à la peine capitale, alors qu’un tribunal réclamait la diffusion des exécutions d’auteurs de féminicides en direct à la télévision pour « dissuader le plus grand nombre ».

Le meurtre est passible de la peine capitale en Egypte, qui a procédé en 2021 au troisième plus grand nombre d’exécutions au monde selon Amnesty International.

En Egypte, si les femmes votent depuis 1956, elles restent soumises à une législation patriarcale vieille d’un siècle et sont les premières victimes, selon les féministes, de la propagation d’un islam rigoriste associé à l’enracinement du conservatisme.

Selon les autorités, près de huit millions de femmes ont subi des violences en 2015 de la part d’un époux, d’un proche ou d’un étranger dans l’espace public.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.