Rechercher

Nouvelles discussions en Irak entre responsables iraniens et saoudiens

"Un responsable iranien a rencontré un responsable saoudien à Bagdad, dans la continuité des réunions précédentes entre les deux pays", a indiqué une source irakienne

Le nouveu président Iranien Ebrahim Raïssi (capture d'écran YouTube)
Le nouveu président Iranien Ebrahim Raïssi (capture d'écran YouTube)

Responsables iraniens et saoudiens se sont à nouveau rencontrés en Irak, ont indiqué mercredi trois sources irakiennes, les discussions entre les rivaux régionaux se poursuivant après l’élection à la présidence iranienne de l’ultra-conservateur Ebrahim Raïssi.

Lancés sous la présidence d’Hassan Rouhani et rendus publics pour la première fois en avril, ces pourparlers ont abouti à de « sérieux progrès » sur le dossier sécuritaire du Golfe, reconnaissait déjà le 23 septembre le porte-parole de la diplomatie iranienne, Saïd Khatibzadeh.

« Un responsable iranien a rencontré un responsable saoudien à Bagdad, dans la continuité des réunions précédentes entre les deux pays », a indiqué à l’AFP une source irakienne proche du dossier, sans identifier ces officiels ni la date de la rencontre, mais précisant qu’elle avait eu lieu ces derniers jours.

Une source gouvernementale et une source proche du gouvernement ont laconiquement confirmé la rencontre, sans fournir plus de détails.

La République islamique d’Iran, chiite, et le royaume sunnite d’Arabie saoudite, dont les relations diplomatiques sont rompues depuis janvier 2016, s’accusent mutuellement depuis des décennies de déstabiliser le Moyen-Orient.

Des Irakiens écoutent un discours télévisé du président Barham Saleh à Najaf, le 31 octobre 2019. (Crédit : Haidar HAMDANI / AFP)

Après la révélation en avril de la tenue de pourparlers, le président irakien Barham Saleh avait affirmé que l’Irak avait accueilli « plus d’une fois » des discussions entre Ryad et Téhéran, tandis que des sources diplomatiques avaient assuré que d’autres rencontres devaient suivre.

Les deux poids lourds s’opposent sur la plupart des dossiers régionaux, notamment la guerre au Yémen, et Ryad s’inquiète du programme nucléaire illégal de l’Iran.

« L’Iran est un pays voisin. Nous espérons que nos pourparlers aboutiront à des résultats tangibles qui permettraient d’établir la confiance » et de relancer « la coopération » bilatérale, a déclaré le roi saoudien Salmane dans son discours par visioconférence à l’Assemblée générale de l’ONU il y a une semaine.

Il avait de nouveau invité Téhéran à « cesser toute forme de soutien » aux groupes terroristes armés dans la région et réaffirmé le soutien du royaume aux « efforts internationaux visant à empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...