Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Nucléaire iranien : débat sur les centrifugeuses

Les négociateurs espèrent parvenir à un accord final d'ici le 20 juillet, à l'expiration de l'accord intérimaire

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, le 18 février 2014 à Vienne (Crédit : Dieter Nagl/AFP )
La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, le 18 février 2014 à Vienne (Crédit : Dieter Nagl/AFP )

Les discussions entre experts de l’Iran et des grandes puissances qui se déroulent à Vienne sur le programme nucléaire controversé de Téhéran ont été « utiles », a affirmé vendredi un responsable de la délégation iranienne.

« Toutes les parties impliquées considèrent que cette session est utile », a déclaré Hamid Baïdinejad, qui mène l’équipe d’experts iraniens, cité par l’agence officielle Irna.

Ces négociations techniques sont « sérieuses et complètes », a-t-il ajouté.

Selon l’agence Fars, cette session doit se terminer ce vendredi.

Les experts de l’Iran et du groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) sont réunis depuis mercredi à Vienne pour poursuivre leurs négociations en vue de régler définitivement leur conflit sur le programme controversé de Téhéran avant une réunion politique le 17 mars.

Les Occidentaux et Israël soupçonnent l’Iran de vouloir se doter de l’arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil. Mais Téhéran dément farouchement, affirmant que son programme nucléaire est exclusivement pacifique.

Le 24 novembre 2013, l’Iran avait conclu avec les grandes puissances un plan d’action sur six mois, appliqué depuis le 20 janvier, prévoyant un gel de certaines activités nucléaires sensibles en échange de la levée d’une petite partie des sanctions qui étranglent son économie.

La question des centrifugeuses, utilisées pour enrichir l’uranium, et le sort du réacteur à eau lourde d’Arak, actuellement en construction, sont les points centraux des discussions de Vienne.

L’Iran refuse d’être privé du droit de remplacer les centrifugeuses existantes par des nouvelles dans ses sites d’enrichissement, et refuse la fermeture de ce réacteur qui inquiète les Occidentaux et Israël car il utilise la filière du plutonium qui pourrait servir à fabriquer une bombe atomique.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.