Nucléaire iranien : Moscou salue les efforts « utiles » de Macron
Rechercher

Nucléaire iranien : Moscou salue les efforts « utiles » de Macron

L'Iran s'est déjà affranchi progressivement de certaines obligations de l'accord et menace de continuer le 5 septembre prochain

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov tient une conférence de presse lors de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, le 28 septembre 2018. (Crédit : Stephanie Keith / Getty Images / AFP)
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov tient une conférence de presse lors de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, le 28 septembre 2018. (Crédit : Stephanie Keith / Getty Images / AFP)

La Russie a salué lundi les efforts « utiles » du président français Emmanuel Macron pour tenter de convaincre Washington d’alléger les sanctions contre Téhéran et de sauver l’accord sur le programme nucléaire iranien, menacé depuis que les Etats-unis s’en sont retirés en 2018.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a affirmé, au cours d’une conférence de presse à Moscou avec son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, que la Russie soutenait « l’attitude du président français dans la mesure où celle-ci vise à remplir l’accord dans sa totalité, sans ajouts et sans exemptions ».

M. Lavrov a dit regretter les « actions destructrices » des Etats-Unis, qui se sont unilatéralement retirés l’année dernière de ce texte signé à Vienne en 2015 après de longues négociations et ont imposé de nouvelles sanctions à l’Iran.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a pour sa part brandi la menace d’une renonciation de son pays à de nouveaux engagements prévus dans l’accord si les Européens « ne remplissent pas leurs engagements » avant le 5 septembre.

L’Iran s’est déjà affranchi progressivement de certaines obligations de l’accord et tente depuis de convaincre les Européens parties à cet accord (France, Royaume-Uni, Allemagne) de prendre des mesures concrètes pour passer outre aux sanctions américaines.

Ces dernières semaines, le président français a multiplié ses efforts pour tenter de convaincre les Etats-Unis de desserrer l’étau autour de l’Iran, par exemple en laissant ce pays exporter une partie de son pétrole.

A Moscou lundi, MM. Lavrov et Zarif ont également évoqué la situation en Syrie, dénonçant la récente frappe américaine ayant visé des chefs jihadistes dans la région d’Idleb, où règne un calme précaire depuis l’instauration samedi d’un cessez-le-feu unilatéral par l’armée syrienne et son allié russe.

M. Zarif a regretté une frappe ayant créé une « nouvelle situation instable » dans la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...