Oracle va installer un cloud center à Jérusalem
Rechercher

Oracle va installer un cloud center à Jérusalem

Le Data center sera installé sur la ferme d'hébergement des serveurs Bynet Data, à plusieurs mètres sous terre

Alon Ben Zur, PDG de Bynet Data Communications, de gauche à droite, Moshe Leon, maire de Jérusalem, et Uzi Navon, chef d'Oracle Israël (Crédit : Ezra Levy)
Alon Ben Zur, PDG de Bynet Data Communications, de gauche à droite, Moshe Leon, maire de Jérusalem, et Uzi Navon, chef d'Oracle Israël (Crédit : Ezra Levy)

Le géant de la Tech Oracle a déclaré mardi 9 février, qu’il allait installer un nouveau data center à Jérusalem dont l’objectif sera de fonctionner comme un cloud régional accessible aux clients israéliens.

Le centre de données, qui devrait être opérationnel dans le courant de cette année, s’inscrit dans un plan à l’échelle mondiale souhaité par Oracle dont l’ambition est d’installer 38 régions cloud à l’échelle internationale d’ici la fin de l’année 2021. Récemment, Oracle a ouvert un cloud center à Dubaï.

Le data center prévu à Jérusalem sera installé en collaboration avec Bynet Data Communication et il sera accueilli au sein d’une ferme d’hébergement de l’entreprise. Le Data center doit être installé au sein d’une installation souterraine grande de plusieurs milliers de mètres carrés, comprenant quatre étages disposés sur 50 mètres de profondeur (160 pieds). Dans un communiqué, Oracle a déclaré que le centre « sera construit selon les normes industrielles les plus élevées et sera l’un des plus sûrs au Moyen Orient ».

Le centre aura pour mission de fournir des services de cloud à plusieurs entreprises israéliennes issues de secteurs différents à l’instar de l’industrie de la défense; du gouvernement; de la banque et de l’assurance; des infrastructures; de la technologie ainsi que du commerce de détail.

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion a déclaré que « la mise en service du premier cloud public en Israël et plus précisément à Jérusalem, contribuera fortement au développement technologique de la ville ». « Il s’agit d’une réelle révolution informatique », a-t-il ajouté.

« Nombre d’entreprises et d’organisations, dont le gouvernement et les services de sécurité, soumises à des lois et règlements très stricts, considèrent qu’il est compliqué de migrer vers un cloud public parce que les serveurs sont en général hébergés à l’étranger, » affirme Eran Feigenbaum, vice-président du développement de produits au sein d’Oracle Cloud Infrastructure. « Un cloud opérationnel en Israël, doit répondre à ces défis, surtout lorsqu’il s’agit d’un cloud qui a pour mission principale de répondre aux exigences de sécurité les plus strictes » , a-t-il ajouté.

Les deux géants américains de la Tech, Amazon et Microsoft, prévoient eux aussi des centres de données régionaux publics basés sur le cloud en Israël, afin de répondre à la demande de certains ministères ou d’autres organisations publiques israéliennes.

En janvier dernier, le ministère des Finances a publié la première partie d’un appel d’offre pour la fourniture de services utilisant le cloud basés sur une plateforme publique afin de répondre aux besoins des ministères ou d’autres entités gouvernementales.

Établir un centre de données régional basé sur le cloud doit permettre aux administrations publiques d’avoir accès à de meilleurs services numériques de stockage, de base de données ou encore aux services d’application.

Les géants de la Tech comme Amazon, Microsoft, Web Service, Oracle, Google et IBM devaient participer à cet appel d’offre, car ils font partie des plus gros fournisseurs mondiaux de services en ligne. En revanche, les noms des participants à l’appel d’offre n’ont pas été communiqués officiellement.

Le fournisseur qui sera choisi pour mettre en place ce cloud public, devra installer son centre de données en Israël et devra « répondre aux exigences de sécurité, de durabilité et de continuité opérationnelle de la nation », selon le ministère. Cependant, l’appel d’offres précise que « l’infrastructure locale devra être opérationnelle séparément des services de cloud délivrés par le fournisseur dans toute autre région du monde ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...