Rechercher
Imitation

Ouverture du premier musée de cire des « Select Few » d’Israël

Le musée, qui se situe tout au fond du premier étage du centre commercial Arena à Herzliya, a ouvert ses portes au début du mois d'octobre

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

L'ancien basketteur israélien d'origine américaine Tal Brody, sculpté en cire et en fibre de verre au premier musée de cire d'Israël, ouvert en octobre 2022 (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)
L'ancien basketteur israélien d'origine américaine Tal Brody, sculpté en cire et en fibre de verre au premier musée de cire d'Israël, ouvert en octobre 2022 (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Le premier musée de cire d’Israël consacré exclusivement aux personnalités israéliennes était sinistrement silencieux, effrayant et plutôt vide en ce récent lundi après-midi.

« The Select Few » est le nom donné à cette exposition de 50 figures en cire d’Israéliens célèbres, comme le célèbre animateur Guy Pines, la chanteuse vedette Rita et l’ancien président Reuven Rivlin, debout (ou assis) au garde-à-vous, figés dans leur position.

Le musée, qui se situe tout au fond du premier étage du centre commercial Arena à Herzliya, a ouvert ses portes au début du mois d’octobre. Jusqu’à présent, il a fait l’objet de quelques moqueries en ligne et dans les médias pour ce que certains considèrent comme un manque de réalisme des personnages, et ce n’est pas sans raison : si quelques-unes des figures de cire présentent une certaine ressemblance avec leurs originaux humains, nombres d’entre elles sont plus difficiles, voire impossibles à reconnaître.

La chanteuse Sarit Haddad aurait été si mécontente du faciès de sa figurine, que celle-ci a été renvoyée en Chine afin d’y être retouchée.

La fabrication des figures aurait pris trois ans et aurait été réalisée par 16 sculpteurs chinois et un Israélien en Chine à partir de photos de leurs sujets.

Les visages sont sculptés dans la cire, ce qui aurait pris au moins 14 mois, d’après les informations affichées par le musée. Les sourcils peuvent prendre jusqu’à huit heures de travail, tandis qu’une chevelure complète requiert quelque 60 heures.

Les corps ont été fabriqués en fibre de verre, moulés pour ressembler à la personne représentée, mais ils semblent tous avoir la même taille.

Bref, on n’est pas au musée Grévin.

La judoka israélienne Or Sasson et la gymnaste Linoy Ashram sculptées en cire et en fibre de verre au premier musée de cire d’Israël, octobre 2022 (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Un texte informatif affiché sur un mur situé à la fin de l’exposition explique que le choix des célébrités a été fait en tenant compte du fait que les enfants seront les principaux visiteurs du musée situé dans le centre commercial.

Les créateurs du musée ont d’ailleurs été aidés dans leur choix par des enfants impliqués dans Larger Than Life, une association à but non lucratif qui soutient les enfants atteints de cancer, et qui recevra une partie des bénéfices du musée.

Et de fait, certaines des figures en cire présentées au musée étaient totalement étrangères à cette journaliste d’âge moyen qui ne passe pas beaucoup de temps sur TikTok et ne regarde que rarement les émissions israéliennes pour enfants.

La galerie principale de The Select Few, l’exposition du premier musée de cire d’Israël, ouverte en octobre 2022 (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Les visiteurs ont la possibilité d’identifier et d’en apprendre davantage sur les personnalités grâce à une appli créée par le musée, et les codes QR affichés sur les murs à côté de chaque personnage.

Malheureusement, l’application ne fonctionnait pas sur mon iPhone acheté aux États-Unis. Attention, elle pourrait ne pas fonctionner sur les téléphones non israéliens.

L’ancien président Ruby Rivlin, sculpté en cire et en fibre de verre au premier musée de cire d’Israël, ouvert en octobre 2022 (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Avec un peu d’efforts, j’ai, cependant pu retrouver chaque personnalité sur Google, discerner leur identité et, parfois, ce qui les a rendus éligibles à faire partie de cette exposition.

Outre Pines, Rivlin et Rita, les galeries comprennent des sculptures d’Eyal Kitzis, l’animateur de l’émission satirique Eretz Nehederet, de l’ancien duo musical Static et Ben-El (Tavori), de David Blatt, ancien entraîneur de basket-ball du Maccabi, et de Tal Brody, basketteur d’origine américaine, de Yuval Hameboulbal, artiste de divertissement pour enfants, de la gymnaste Linoy Ashram, de l’astronaute israélien Ilan Ramon et de bien d’autres encore.

À la fin de l’exposition, les visiteurs découvrent une vidéo retraçant la création du musée, mais ceux qui espèrent y apprendre comment les figures de cire sont coulées et sculptées risquent d’être déçus. Le clip se concentre principalement sur la préparation des salles du centre commercial Arena, notamment la pose du vinyle noir brillant utilisé comme revêtement de sol.

La porte de sortie renvoie les visiteurs dans le centre commercial de la marina d’Herzliya, étrangement calme. Heureusement, il est situé à la marina d’Herzliya, à quelques minutes de marche de la côte.

Les billets pour « The Select Few » sont disponibles sur le site web du musée, qui propose également des liens pour télécharger l’application, recommandée pendant la visite du musée. Les billets coûtent 119 shekels lorsqu’ils sont achetés à l’avance et 149 shekels au guichet du centre commercial.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...