Paris : aide internationale au Liban sous réserve d’un gouvernement réformateur
Rechercher

Paris : aide internationale au Liban sous réserve d’un gouvernement réformateur

"Le seul critère doit être celui de l'efficacité de ce gouvernement au service des réformes attendues par la population", a déclaré Jean-Yves Le Drian

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, donne une conférence de presse avec son homologue marocain à Rabat le 8 juin 2019. (Crédit : FADEL SENNA / AFP)
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, donne une conférence de presse avec son homologue marocain à Rabat le 8 juin 2019. (Crédit : FADEL SENNA / AFP)

La communauté internationale conditionnera toute aide financière au Liban à la mise en place d’un gouvernement réformateur, a déclaré mercredi le chef de la diplomatie française à l’issue d’une réunion internationale à Paris pour aider ce pays à sortir de la crise politique.

« Le seul critère doit être celui de l’efficacité de ce gouvernement au service des réformes attendues par la population », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian en clôture de cette réunion.

« Seule cette voie permettra à l’ensemble des participants autour de cette table et au-delà de se mobiliser pour apporter au Liban tout le soutien dont il a besoin », a-t-il ajouté.

Cette réunion du Groupe international de soutien au Liban (GIS), co-présidée par la France – soutien traditionnel de Beyrouth – et les Nations unies, a été clôturée en fin d’après-midi par le ministre français.

Un manifestant libanais opposé au gouvernement fait le signe V de la victoire devant des pneus en feu utilisés pour bloquer un axe principal d’entrée à Tripoli, la capitale du nord Liban, le 13 novembre 2019. (Photo par Ibrahim CHALHOUB / AFP)

Depuis le 17 octobre, le Liban est en proie à une contestation sans précédent contre l’ensemble de la classe politique, jugée incompétente et corrompue.

Le mouvement, déclenché par l’annonce d’une nouvelle taxe, a entraîné la démission du Premier ministre Saad Hariri. Mais les tractations pour la formation d’un nouveau cabinet traînent, au grand dam des manifestants qui réclament une équipe de technocrates et de personnalités indépendantes.

La situation économique et financière du Liban, déjà très précaire avant le début de la contestation, s’est profondément dégradée depuis, avec des restrictions bancaires croissantes et une pénurie de liquidités.

Dos au mur, Saad Hariri, qui continue de gérer les affaires courantes, a demandé une aide financière d’urgence à plusieurs « pays frères et amis » (France, Arabie saoudite, États-Unis, Russie, Chine, Egypte et Turquie).

Mais la communauté internationale subordonne l’octroi d’une aide financière à la concrétisation de plusieurs réformes, d’une plus grande transparence des transactions publiques à l’indépendance de la justice.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...