Israël en guerre - Jour 289

Rechercher

Paris : Sanctions prises à l’université suite aux propos « indécents » d’un professeur

Suspension d'un maître de conférences pour "propos indécents" à l'université Paris-Panthéon-Assas, "rappel à la loi" envers un syndicat étudiant de l'EHESS

Un tag antisémite sur un mur de l'université Paris 8, à Saint-Denis, le 12 mai 2023. Illustration (Crédit : Twitter/UEJF)
Un tag antisémite sur un mur de l'université Paris 8, à Saint-Denis, le 12 mai 2023. Illustration (Crédit : Twitter/UEJF)

Lundi soir, la ministre de l’Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, avait appelé les responsables d’université et d’établissements post-bac à « prendre toutes les mesures nécessaires » pour « veiller au respect de la loi et des principes républicains », face aux « dérives ».

Dans un communiqué, l’université Paris-Panthéon-Assas dit avoir « pris connaissance des propos indécents, dont certains à connotation antisémite, prononcés hier (lundi) par un maître de conférences pendant son cours de droit constitutionnel », précisant que « des étudiants présents dans la salle ont légitimement été heurtés par les propos tenus.

Parmi ces propos relayés lundi sur les réseaux sociaux et confirmés par l’université, figurent : « Si vous arrivez à nouveau en retard, je vous fais comme à la rave » (party) ou encore « il vous faut des tirs de roquettes ou de kalachnikov pour vous réveiller ce matin ».

Plus de 900 personnes ont été tuées en Israël depuis le début de l’offensive du Hamas samedi, 260 d’entre elles lors d’une rave party organisée dans le désert israélien, selon les autorités locales.

« Je condamne fermement et sans réserve ces propos indécents et choquants, incompatibles avec les exigences de notre mission d’enseignement », a réagi auprès de l’AFP Stéphane Braconnier, président de Paris-Panthéon-Assas, où sont enseignés principalement le droit, les sciences politiques et le journalisme.

« Après enquête et consultations, l’enseignant concerné a été suspendu à titre conservatoire et temporaire », a-t-il indiqué. La section disciplinaire de l’université a été saisie.

À l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), un établissement de recherche et de formation dans les sciences sociales, la section syndicale Solidaires étudiants (de tendance gauche) a publié dimanche sur le réseau X (anciennement Twitter) des messages de « soutien à la lutte du peuple palestinien ».

« Nous apportons notre soutien indéfectible à la lutte du peuple palestinien dans toutes ses modalités et formes de lutte, y compris la lutte armée », a-t-elle écrit.

« Les termes de la section syndicale m’ont choqués. Un rappel à la loi a été fait auprès du syndicat étudiant, ainsi qu’un signalement à Pharos », la plateforme dédiée aux signalements de contenus violents ou illicites circulant sur Internet, a indiqué à l’AFP Romain Huret, le président de l’établissement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.