Israël en guerre - Jour 289

Rechercher

Pas d’alternative à la paix pour le cinéaste israélien Amos Gitaï

L'idée de son dernier film est née pendant la réforme controversée du système judiciaire menée par le gouvernement Netanyahu en dépit de manifestations monstres de la société civile

Cette photo d'archives montre le réalisateur israélien Amos Gitai lors de l'inauguration de son exposition "Amos Gitai : Chronique d'un assassinat annoncé" au musée MAXXI à Rome, le 10 mars 2016. (Crédit : TIZIANA FABI/AFP)
Cette photo d'archives montre le réalisateur israélien Amos Gitai lors de l'inauguration de son exposition "Amos Gitai : Chronique d'un assassinat annoncé" au musée MAXXI à Rome, le 10 mars 2016. (Crédit : TIZIANA FABI/AFP)

« Il n’y a pas d’alternative à la paix » entre Israéliens et Palestiniens, a martelé lundi le cinéaste Amos Gitaï dont le dernier film, présenté à Berlin, est une charge contre la politique du gouvernement de Benjamin Netanyahu.

Le tournage de « Shikun », son long-métrage montré en avant-première au festival international de Berlin, s’est achevé en janvier 2023, bien avant l’attaque meurtrière menée le 7 octobre par le mouvement terroriste palestinien du Hamas contre Israël.

Figure de proue du cinéma israélien, Amos Gitaï a dit « espérer que de cette terrible tragédie (allait) émerger l’idée d’un modus vivendi entre Israéliens et Palestiniens ».

« Shikun », avec l’actrice française Irène Jacob, est une adaptation du « Rhinocéros », la pièce du Franco-Roumain Eugène Ionesco, parabole de la montée du totalitarisme.

Dans le complexe immobilier israélien « Shikun », on assiste à l’ascension d’une pensée autoritaire, où certains se transforment en rhinocéros tandis que d’autres décident de résister.

L’idée du film est née pendant la réforme controversée du système judiciaire menée par le gouvernement du Benjamin Netanyahu en dépit de manifestations monstres de la société civile.

Le réalisateur de 74 ans y voit un projet de transformation d’Israël en « un régime autocratique et autoritaire ».

Le Cour suprême israélienne a invalidé début janvier une disposition clé de la réforme.

« Pendant les grandes manifestations, la presse israélienne affirmait que le pays était en train de se transformer en rhinocéros. Donc je suis remonté à la source », a-t-il raconté.

Après l’attaque 7 octobre, qui a déclenché une offensive sans précédent d’Israël dans la bande de Gaza, Amos Gitaï a pensé écrire un épilogue à son film puis y a renoncé trouvant que c’était un peu « kitsch ».

Le cinéaste a dit être en train de préparer « une sorte de deuxième partie » à Shikun, basée sur un échange de lettres entre Albert Einstein et Sigmund Freud, intitulé « Pourquoi la guerre ? ».

Ces deux sommités de la pensée s’étaient penchées sur cette question qui leur avait été posée en 1932 par la Société des Nations (l’ancêtre de l’Onu). Selon l’actrice Irène Jacob, le tournage « pourrait commencer en mai ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.