Paul McCartney, nouveau prix Wolf, devrait venir en Israël
Rechercher

Paul McCartney, nouveau prix Wolf, devrait venir en Israël

Cette icône des Beatles est l'un des neuf lauréats du "pré-Nobel" ; Il recevrait des mains du président son prix en mai à Jérusalem

McCartney plays in Tel Aviv in 2008. (photo credit: Nati Shohat/Flash90)
McCartney plays in Tel Aviv in 2008. (photo credit: Nati Shohat/Flash90)

L’auteur-compositeur britannique légendaire Paul McCartney a été désigné comme étant l’un des lauréats du prix Wolf dans la journée de lundi, ce qui annoncerait une visite de l’ancien Beatles en Israël à la fin du mois de mai.

La fondation Wolf a également rendu publics les noms des huit autres lauréats de cette distinction annuelle, qui est également connue sous le nom de « prix Nobel israélien » dans la mesure où environ un quart des anciens lauréats ont remporté ultérieurement un Prix Nobel dans leurs disciplines respectives.

C’est le président Reuven Rivlin qui a annoncé le nom des lauréats lors d’un événement spécial qui s’est déroulé dans sa résidence de Jérusalem, disant : « Aux côtés de la commission chargée des prix, moi et de nombreux Israéliens partageons l’amour éternel des oeuvres de Sir Paul McCartney et des Beatles. »

Les cinq prix – remis dans les domaines de la musique, de l’agriculture, de la chimie, de la physique et des mathématiques – totalisant 100 000 dollars dans chaque discipline, seront partagés cette année entre neuf lauréats originaires de cinq pays, a fait savoir la fondation.

« Sir Paul McCartney est l’un des plus grands auteurs-compositeurs de tous les temps », a fait savoir la fondation dans un communiqué.

« Sa polyvalence met en exergue une envergure extraordinaire – d’un rock physique à des mélodies intimistes qui hantent et qui fendent le coeur. Ses paroles présentent cette même ampleur en termes de diversité, à la fois naïves et charmantes mais aussi poignantes et même désespérées. Il a touché les coeurs du monde entier, lorsqu’il était un Beatles comme dans les groupes qui ont suivi ».

Etablissant une comparaison entre le rockeur aujourd’hui âgé de 75 ans et les maîtres de la musique classique Franz Schubert, Johannes Brahms et Claude Debussy, entre autres, la fondation a ajouté : « Il y a peu de doutes sur le fait que ses chansons seront chantées et appréciées tant que des êtres humains feront entendre leurs voix ».

Les prix seront remis aux lauréats par Rivlin lors d’une cérémonie officielle à la Knesset de Jérusalem, fin mai. La fondation a indiqué que les personnalités qu’elle a distingué cette année « devraient arriver en Israël pour la cérémonie de remise des prix ainsi qu’une série d’événements associés à la fin du mois de mai ».

McCartney a l’obligation de venir en Israël s’il veut recevoir son prix. L’ex-Beatles avait donné un concert chaleureusement accueilli au parc Yarkon de Tel Aviv au mois de septembre 2008.

Avec environ 60 disques d’or et plus de 100 millions de singles au cours de sa carrière, McCartney est probablement le chanteur et le compositeur ayant réalisé les plus grands succès commerciaux de la musique populaire. Le titre des Beatles de 1965, « Yesterday », écrit par McCartney, a été diffusé plus de 6 millions de fois à la radio et à la télévision américaines. Avec plus de 3 000 reprises, c’est également la chanson qui a été la plus enregistrée de tous les temps.

« Plus qu’un musicien de rock, McCartney est dorénavant considéré comme une institution britannique », a estimé la fondation Wolf. « Comme la bière chaude et le cricket, il est devenu une part de l’identité britannique ».

Le seul membre des Beatles encore en vie à part Mc Cartney, le batteur Ringo Starr, a annoncé le mois dernier qu’il donnerait un concert en Israël au stade Menora Mivtachim de Tel Aviv le 23 juin avec son groupe All Starr.

Les Beatles (Crédit : Harry-Benson)

Aux côtés de McCartney, le prix Wolf de musique sera également remis au célèbre chef d’orchestre hongrois Adam Fischer, qualifié dans le communiqué comme « un chef d’orchestre inspirant et défenseur éloquent des droits de l’Homme ».

Le prix Wolf d’agriculture sera attribué au professeur Gene Robinsonde l’université de l’Illinois d’Urbana–Champaign pour avoir « dirigé la révolution génomique en biologie des organismes et des populations de l’abeille à miel », a noté le communiqué.

Le prix Wolf de chimie sera accordé au professeur Omar Yaghi, de l’université de Californie, pour « son travail de pionnier en chimie réticulaire via des structures métallo-organiques et des structures organiques covalentes » et au professeur Makoto Fujita, de l’université de Tokyo, qui a « conçu des principes d’assemblage orientés vers les métaux menant à d’importants complexes hautement poreux ».

Le prix Wolf de sciences physiques reviendra, cette année, au professeur Charles Bennett du centre de recherches d’IBM à Yorktown Heights, à New York, et au professeur Gilles Brassard de l’université de Montréal, au Canada, « pour avoir financé et fait avancer les domaines de la cryptographie et de la téléportation quantiques ».

Le prix Wolf de mathématiques sera partagé entre le professeur Alexander Beilinson et le professeur Vladimir Drinfeld, tous les deux de l’université de Chicago, « pour leur travail innovant en géométrie algébrique, en théorie de la représentation et en physiques mathématiques ».

Le prix Wolf est distribué chaque année dans cinq sur huit disciplines (qui changent sur une base tournante).

La fondation du même nom a lancé ses activités en 1976, avec un financement initial de 10 millions de dollars qui avaient été versé par la famille Wolf. Depuis sa création, la fondation a remis des prix à 329 lauréats, dont 14 femmes. Au cours des années, 21 Israéliens ont gagné le prix, et 176 lauréats sont issus des Etats-Unis – le plus grand nombre d’entre eux – et 29 personnalités du Royaume-Uni ont été récompensées, ce qui en fait le deuxième pays le plus distingué après les Etats-Unis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...