Pays-Bas : Une Juive expulsée d’un parti musulman pour des gâteaux classés X
Rechercher

Pays-Bas : Une Juive expulsée d’un parti musulman pour des gâteaux classés X

Les gâteaux pornographiques de Jolisa Brouwer ont été trop durs à assumer pour le parti de l'Unité, qui rappelle ses valeurs conservatrices

Un gâteau en forme de torse fabriqué par la boulangerie-pâtisserie De Ouwe Taart aux Pays-Bas. (Autorisation :  Netherlands. Jolisa Brouwer via JTA)
Un gâteau en forme de torse fabriqué par la boulangerie-pâtisserie De Ouwe Taart aux Pays-Bas. (Autorisation : Netherlands. Jolisa Brouwer via JTA)

AMSTERDAM, Pays-Bas – L’intégration sur sa liste électorale d’une boulangère travaillant dans une petite ville visait initialement à changer l’image publique du parti de l’Unité néerlandais – mais tout ne s’est pas réellement passé comme prévu.

Dirigé par des fondamentalistes islamiques, ce parti minuscule n’a guère eu d’impact dans les urnes depuis sa création, en 2014. Mais les propos incendiaires de ses dirigeants lui ont rapidement taillé une réputation de formation antisémite qui soutient l’idéologie djihadiste.

Son dirigeant actuel, Arnoud Van Doorn, voulait prouver que cette renommée n’était pas justifiée lorsqu’il a choisi Jolisa Brouwer pour figurer à la troisième place de la liste électorale de son parti en vue des élections nationales du mois prochain.

« Nous avons été accusés d’antisémitisme et de salafisme », avait déclaré au journal AD Van Doorn, ancien politicien d’extrême-droite converti à l’islam. « Et nous avons ainsi voulu montrer que nous ne cherchons pas véritablement à exclure qui que ce soit ».

Mais il y a toutefois des limites : Cette semaine, Van Doorn a sorti Brouwer de sa liste après le refus opposé par la boulangère de cesser de vendre des pâtisseries pornographiques. La section « Interdite au moins de 18 ans » du site internet de sa boulangerie propose en effet des gourmandises classées X – avec notamment de multiples gâteaux ayant la forme de pénis en érection (un public – préalablement averti – pourra en avoir l’aperçu ici).

« Si nous avions su cela, jamais nous ne l’aurions intégrée sur la liste », a déclaré Van Doorm à AD dans la journée de lundi. « Nous prenons bien évidemment nos distances. Ces gâteaux ne correspondent évidemment en rien aux politiques conservatrices que nous défendons ».

Mardi, le parti de l’Unité a fait savoir dans un communiqué que la candidature de Brouwer n’était plus d’actualité.

Brouwer, mère de trois enfants, a expliqué au journal que ses gâteaux étaient largement connus et qu’ils reflétaient les valeurs de tolérance néerlandaises. « Nous vivons aux Pays-Bas, pas au Moyen-Age », s’est-elle exclamée.

Brouwer a indiqué à la JTA qu’elle était désolée que ses gâteaux et elle-même se trouvent ainsi sur le devant de la scène et non pas ce qu’elle perçoit comme étant le message de coexistence avancé par le parti, qu’elle dit encore soutenir.

Dans les médias, son conflit avec Van Doorn a « malheureusement » pris le pas « sur l’essence même du parti », a-t-elle continué. « Nous vivons ici, aux Pays-Bas, et nous pouvons être qui nous voulons être, sans racisme ».

Brouwer a déclaré avoir rejoint le parti de l’Unité parce qu’il incarnait pour elle la manière dont « les personnes issues de toutes les religions et non-religieuses peuvent vivre dans le respect, les unes à côté des autres ».

Ce qui concerne également sa ville de Waalre où, selon elle, elle compte un grand nombre de clients musulmans. Elle est Juive pour sa part – mais elle ne se considère pas comme religieuse – et elle présente son commerce comme étant à la fois casher et halal.

Sa boulangerie n’est toutefois pas certifiée casher par le grand-rabbinat hollandais.

Les parents de Brouwer étaient des descendants de Juifs allemands qui avaient fui en Hollande pendant la Seconde Guerre mondiale, a-t-elle expliqué à la JTA, et une partie de sa famille est originaire d’Israël. Elle ne sait pas grand chose de l’histoire de sa famille juive mais elle a ajouté que « ce sont malgré tout mes racines ». ’

Disant qu’elle n’avait pas apprécié la manière dont les médias néerlandais s’étaient intéressés à son identité juive, elle évoque « des mouches autour d’une m..rde ». « J’ai trouvé honteux d’être décrite comme l’alibi juif du parti de l’Unité », a-t-elle confié.

Arnoud van Doorn, député du conseil municipal de la Haye pour le parti islamiste pour l’Unité (Capture d’écran : YouTube )

La décision de Brouwer de rejoindre le parti et de figurer sur la liste avait pu être considérée comme surprenante au vu des propos antisémites présumés tenus par Van Doorn, membre du conseil municipal de La Haye et seul responsable élu de la formation, ainsi que ceux de son prédécesseur qui avait été également le fondateur du mouvement politique.

En 2018, Van Doorn avait écrit, avant Yom Kippour, que les Juifs d’Israël devraient jeûner pendant un mois parce qu’ils « réfléchiront un jour à toutes les erreurs du pays et que de simples regrets ne seront pas suffisants ». Plus tôt, cette année -là, il avait écrit sur Twitter : « Qu’Allah extermine les sionistes ».

Abderazaq Khoulani, fondateur du parti, avait pour sa part qualifié les enfants israéliens de « terroristes sionistes en formation » et de « futurs assassins d’enfants et occupants » en 2017. Il avait aussi laissé un message vocal lourd de menaces à un journaliste pro-israélien, le qualifiant de « pu..te blonde » et « d’ordure sioniste. » Il avait également écrit sur
Facebook : « Vive l’Etat islamique ».

Les médias néerlandais portent un intérêt considérable au parti de l’Unité, qui ne devrait toutefois gagner aucun siège à la Seconde chambre, soit la chambre basse du Parlement national.

Brouwer a dit avoir été surprise par l’attention que ses créations gourmandes – qu’elle présente comme idéales lors d’un enterrement de jeune fille – aient attiré l’attention au moment de son entrée dans la sphère politique hollandaise.

« Je m’entends très bien avec les musulmans ; ils représentent la plus grande partie de ma clientèle », a-t-elle expliqué à la JTA. Ces gâteaux explicites, a-t-elle ajouté, « n’avaient jamais été un problème, mais voilà que maintenant, les gens en font toute une histoire ! »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...