Israël en guerre - Jour 232

Rechercher
Opinion

Pessah 5784, revivre le passé

La haggadah nous commande de raconter l’exode comme si nous avions nous-mêmes été en esclavage. Cette fois, pas besoin de remonter des milliers d'années en arrière

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

L'intérieur d'un tunnel à Khan Younès, dans le sud de Gaza, où le Hamas aurait détenu les otages, une image diffusée le 20 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne )
L'intérieur d'un tunnel à Khan Younès, dans le sud de Gaza, où le Hamas aurait détenu les otages, une image diffusée le 20 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne )

Depuis maintenant plus de six mois, depuis l’invasion et le massacre perpétré par le Hamas, Israël tente de faire libérer les otages que le gouvernement terroriste de Gaza garde en captivité.

En novembre dernier, un cessez-le-feu d’une semaine a permis d’en libérer un grand nombre, mais 129 d’entre eux sont encore aux mains du Hamas, dans des conditions épouvantables, après tous ces jours, toutes ces semaines, tous ces longs mois. Nombre d’entre eux ne sont plus en vie.

Lorsqu’Israël et le peuple juif tout entier, partout dans le monde, prendra place autour de la table du Seder de Pessah cette année, personne n’aura besoin de s’entendre rappeler la pertinence de l’exode et de sortie de l’esclavage. Personne n’aura besoin de s’entendre rappeler l’obligation que nous fait la haggadah de raconter, année après année, l’histoire de ce sauvetage comme si nous étions nous-mêmes réduits en esclavage puis libérés.

Cette année, nous n’aurons pas à faire preuve de beaucoup d’imagination pour remonter le temps, tout au plus parcourir l’actualité.

Nous serons de tout cœur avec ceux qui nous manquent lorsque nous dirons : « Cette année, nous sommes là ; l’année prochaine, en terre d’Israël. Cette année, nous sommes des esclaves ; l’année prochaine, nous serons libres. Rarement ces quelques lignes auront été prononcées avec autant de ferveur nationale.

Un poisson avale un soldat égyptien sur une mosaïque montrant la scission de la mer Rouge au cours de l’Exode, dans la synagogue du 5e siècle de Huqoq, au nord d’Israël (Crédit : Jim Haberman/University of North Carolina Chapel Hill)

En outre, des dizaines de milliers d’Israéliens célébreront Pessah, cette année, avec un profond sentiment d’exil intérieur – forcés de quitter leur maison, dans le nord du pays, ou incapables de retourner chez eux dans le sud.

Nous commençons à peine à nous faire à l’idée de la mort de ceux qui ne reviendront jamais – ceux qui ont été massacrés le 7 octobre ou ceux qui ont perdu la vie dans la guerre qui fait rage. Nous ne pouvons pas rester indifférents à la mort de ces personnes prises entre deux feux – tout du moins, celles qui ne sont pas complices de l’invasion, non provoquée, de notre patrie juive ressuscitée.

Le peuple d’Israël moderne a rarement, sinon jamais, été confronté à ce point à la mort, au terrorisme psychologique et au risque de disparaître. Pour le meilleur ou pour le pire, nous n’avons jamais eu besoin de l’intervention directe d’autres pays pour déjouer une attaque ennemie – comme nous l’avons fait dans la nuit du 13 avril, lorsqu’une coalition remarquable, dirigée par les États-Unis avec le soutien de la Jordanie et de l’Arabie saoudite, nous a permis de sortir presque indemnes d’une attaque directe sans précédent de missiles et de drones lancés contre nous par le régime extrémiste islamique de l’Iran.

Un militaire de Tsahal se tient à côté d’un missile balistique iranien qui est tombé en Israël dimanche, lors d’une visite des médias à la base militaire de Julis, près de la ville de Kiryat Malachi, dans le sud d’Israël, le 16 avril 2024. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)

La nation d’Israël n’est pas, et ne veut pas, être seule au monde. Elle va avoir besoin de toute sa sagesse pour préserver et même faire fructifier des alliances littéralement vitales.

Elle aura besoin de toute sa sagesse, également, pour sortir de ces heures sombres, qui trainent en longueur. De sa sagesse, de sa résilience et de son unité. Et, à l’évidence, d’autorités intelligentes, expérimentées, avec du sang-froid.

L’intervention d’une puissance supérieure ? Eh bien, c’est peut-être ce qui aide le peuple juif, d’une manière réellement unique au monde, presque miraculeuse pour tout dire, et ce, depuis des générations, pour ne pas dire depuis les temps les plus reculés. Et peut-être, comme le suggère le Deutéronome 28 :8, que la puissance supérieure aide ceux qui s’aident eux-mêmes.

**

Lundi soir, j’ai interviewé Giora Eiland, un général à la retraite et ancien chef du Conseil de sécurité nationale. Il a présenté des propositions assez radicales pour faire face à la crise – rien qui soit de l’ordre de la panacée, mais plutôt ce qui lui paraît être les moins mauvaises options.

Je partage son dernier euphémisme : « J’espère que l’année prochaine, à la veille de Pessah, nous nous parlerons à nouveau et que cela ira mieux. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.