Pfizer demande à Israël de payer ses doses sous peine de perdre ses avantages
Rechercher

Pfizer demande à Israël de payer ses doses sous peine de perdre ses avantages

Une querelle entre Netanyahu et Gantz retarderait l'approbation du budget nécessaire pour acheter de nouveaux vaccins : "Nous ne sommes pas des philanthropes", aurait dit la firme

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de la réception des premiers vaccins Pfizer en Israël, le 9 décembre 2020. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de la réception des premiers vaccins Pfizer en Israël, le 9 décembre 2020. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Pfizer menacerait de retarder de nouvelles livraisons de vaccins au sein de l’État juif en raison d’un retard de paiement, et la firme aurait averti que l’État juif pourrait se retrouver dans la file d’attente si les versements nécessaires n’étaient pas faits, a fait savoir vendredi la Douzième chaîne.

Pfizer avait indiqué, lundi dernier, avoir terminé ses livraisons de vaccins à Israël dans le cadre de son accord initial, ajoutant que l’entreprise était en pourparlers concernant des approvisionnements supplémentaires à destination de l’État juif.

« La compagnie travaille actuellement avec le gouvernement israélien pour réactualiser les dispositions de l’accord dans le but de fournir des vaccins supplémentaires au pays. Les livraisons vont être réadaptées tant que cet accord restera en cours de négociation », avait déclaré Pfizer à l’agence Reuters.

Mais un retard de paiement aurait entraîné un avertissement sévère de la part de l’entreprise.

La Douzième chaîne a indiqué que la firme avait mis en garde Israël cette semaine, faisant savoir que si les paiements n’étaient pas honorés, alors les doses seraient envoyées ailleurs. Un responsable aurait déclaré au ministère de la Santé israélien que « nous ne sommes pas des philanthropes ».

Des avertissements similaires ont été lancés par Moderna.

Israël et Pfizer avaient conclu un accord sur l’achat de vaccins au mois de novembre. La compagnie pharmaceutique, ainsi que son partenaire BioNTech, avaient ainsi livré à Israël un nombre non précisé de doses et le ministère des Finances avait expliqué avoir déboursé la somme de 2,6 milliards de shekels.

Israël veut acquérir 36 millions de doses supplémentaires, a noté Reuters.

Une soignante israélienne administre une dose du vaccin de Pfizer-BioNtech à une femme enceinte dans un centre de la Clalit, à Tel Aviv, le 23 janvier 2021. (Crédit : AFP)

Ces vaccins seront destinés aux enfants – une fois qu’ils seront considérés comme éligibles – et pour les piqûres de rappel des Israéliens. Le responsable de la lutte contre le coronavirus au sein de l’État juif, Nachman Ash, avait déclaré dimanche dernier qu’il pensait qu’Israël pourrait commencer à vacciner les enfants au cours des prochaines semaines.

Pfizer a demandé vendredi l’autorisation Des États-Unis pour vacciner les jeunes de 12 à 15 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...