Rechercher

Pittsburgh enterre la plus âgée des victimes du tireur antisémite

Depuis mardi, la capitale de l'acier fait ses adieux aux victimes tuées par Robert Bowers, qui, arrêté et inculpé, encourt la peine de mort

Une photo de famille non-datée fournie par le centre médical de l'Université de Pittsburgh de  Rose Mallinger, 97 ans, l'une des victimes tuées par un homme armé dans la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, le 27 octobre 2018 (Autorisation de la famille Mallinger/UPMC via AP)
Une photo de famille non-datée fournie par le centre médical de l'Université de Pittsburgh de Rose Mallinger, 97 ans, l'une des victimes tuées par un homme armé dans la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, le 27 octobre 2018 (Autorisation de la famille Mallinger/UPMC via AP)

Pittsburgh a enterré vendredi la dernière victime de la pire tuerie antisémite jamais perpétrée aux Etats-Unis: Rose Mallinger, 97 ans, la plus âgée des onze fidèles tués dans une synagogue de la ville il y a six jours.

Des centaines d’habitants de cette grande ville de Pennsylvanie, dans le nord-est du pays, ont formé une longue file d’attente devant la synagogue Rodef Shalom, où son corps a été exposé avant ses funérailles, a rapporté la presse locale.

« Je suis venu pour la famille et par solidarité envers la communauté juive », a expliqué Mel Brody, 63 ans, au journal Pittsburgh Post-Gazette. « C’est surréaliste d’être ici, on n’aurait jamais cru perdre quelqu’un de 97 ans dans une fusillade », a ajouté Michelle Organist, citée par USA Today.

Rose Mallinger, née en 1921, est tombée sous les balles du tireur antisémite Robert Bowers lors de l’office du Shabbat, auquel elle assistait avec sa fille Andrea Wedner, 61 ans. Celle-ci a été blessée lors de l’attaque. Hospitalisée, elle se trouve dans un état stable, selon les médias locaux.

Rose Mallinger s’approchait des 100 ans, mais « a gardé sa vivacité d’esprit, son humour et son intelligence jusqu’au dernier jour », a souligné sa famille dans un communiqué.

L’endroit où a été inhumée Rose Mallinger, 97 ans, victime du tueur armé de la synagogue Tree Of Life, dans le parc du mémorial de la Synagogue, le 31 octobre 2018 (Crédit : Jeff Swensen/Getty Images/AFP)

La synagogue Tree of Life, où elle a été abattue, était au centre de la vie de cette habitante du quartier de Squirrel Hill, le coeur historique de la communauté juive de Pittsburgh.

« Son implication dans la synagogue allait bien au-delà de la religion juive », ont expliqué ses proches. « C’était le lieu où elle était sociale, active, où elle rencontrait sa famille et ses amis ».

Rose Mallinger, à droite, avait 97 ans quand elle a été tuée dans le massacre de la synagogue Tree of Life, le 27 octobre 2018. Sa fille Andrea Wedner, à gauche, a été blessée (Crédit : Katie Couric/Facebook via JTA)

Mère de trois enfants, elle avait cinq petits-enfants et un arrière-petit-enfant. « Elle nous aimait et nous connaissait mieux que nous-mêmes », ont-ils écrit dans leur communiqué.

Depuis mardi, Pittsburgh a fait ses adieux aux dix autres victimes de Robert Bowers, qui, arrêté et inculpé, encourt la peine de mort.

La ville meurtrie a aussi accueilli mardi le président Donald Trump et sa femme Melania. Venus témoigner de la solidarité des Américains envers la communauté juive, ils se sont recueillis à la synagogue Tree of Life.

Les personnes invitées aux funérailles de Rose Mallinger, 97 ans, victimes du tueur armé à la synagogue Tree of Life, réunies pour l’inhumation à la congrégation Rodef Shalom, le 2 novembre 2018 à Pittsburgh (Crédit : AP Photo/Keith Srakocic)

Plus de 1 500 personnes ont manifesté en marge de leur déplacement pour demander au locataire de la Maison blanche de renoncer à ses diatribes enflammées, accusées de désinhiber l’extrême droite.

A quelques jours des élections législatives cruciales pour la suite de son mandat, ces appels sont restés vains.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...