Plan Trump : Zarif s’entretient avec Abbas, le Hamas et le Jihad islamique
Rechercher

Plan Trump : Zarif s’entretient avec Abbas, le Hamas et le Jihad islamique

Le chef de la diplomatie iranienne leur a souligné l'opposition de Téhéran du plan de paix américain

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, prononce une allocution lors de la Conférence de Munich sur la sécurité à Munich, en Allemagne, le 17 février 2019. (AP Photo/Kerstin Joensson)
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, prononce une allocution lors de la Conférence de Munich sur la sécurité à Munich, en Allemagne, le 17 février 2019. (AP Photo/Kerstin Joensson)

Mardi, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a appelé le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pour réitérer l’opposition de Téhéran au plan de paix israélo-palestinien du président américain Donald Trump.

S’entretenant avec Abbas, Zarif a exprimé son soutien aux « droits du peuple palestinien et son droit à l’auto-détermination et à l’incarnation de la création d’un État indépendant avec Jérusalem est comme capitale », a déclaré Wafa l’agence de presse de l’Autorité palestinienne.

Zarif a également déclaré que l’Iran travaillait pour forger « un consensus international » contre le plan Trump et a appelé à des efforts renouvelés pour une unité palestinienne entre le Fatah, basé en Cisjordanie, et le groupe terroriste du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza. Téhéran soutient depuis longtemps le Hamas, qui a pris le pouvoir à Gaza au Fatah après un coup d’Etat sanglant.

Le ministère des Affaires étrangères iranien a ensuite démenti que le plus haut diplomate du pays ait fait référence à Jérusalem-Est lors d’un appel téléphonique avec Abbas. Le porte-parole du ministère Abbas Mousavi a en effet écrit sur Twitter que le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a dit « Holy Quds » quand il a parlé avec Abbas et non « Eastern Quds ». Al-Quds est le nom arabe de Jérusalem.

L’Iran ne reconnaît pas Israël et nombre de ses dirigeants appellent à la disparition de l’État juif.

Zarif et d’autres responsables iraniens ont exprimé leur opposition à l’accord, et le ministre iranien des Affaires étrangères l’a qualifié de « trahison du siècle ».

« L’objectif [de Trump] est l’application du projet des croisés et des Sionistes », a déclaré Ali Akbar Velayati, un proche conseiller du Guide suprême l’Ayatollah Ali Khamenei, lors d’une conférence de presse à Téhéran la semaine dernière.

Le plan américain, très largement perçu comme en étant favorable à Israël, a été fermement rejeté par les Palestiniens.

Mohammad Javad Zarif a également téléphoné aux chefs des groupes terroristes palestiniens du Hamas, Ismail Haniyeh, et du Jihad islamique, Ziad al-Nakhala, pour aussi souligner l’opposition de Téhéran au plan de Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...