Plus de 1 000 Gazaouis rassemblés à la frontière ; des violences évitées
Rechercher

Plus de 1 000 Gazaouis rassemblés à la frontière ; des violences évitées

14 émeutiers blessés, suite à un événement similaire le week-end dernier, au cours duquel un tireur d'élite israélien a reçu une balle dans la tête

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des Palestiniens fuient les gaz lacrymogènes tirés par les forces de sécurité israéliennes le long de la barrière frontalière, à l'est de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 25 août 2021. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Des Palestiniens fuient les gaz lacrymogènes tirés par les forces de sécurité israéliennes le long de la barrière frontalière, à l'est de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 25 août 2021. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Plus d’un millier de Palestiniens ont manifesté mercredi soir à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, brûlant des pneus et se précipitant parfois sur la barrière de sécurité, bien que le niveau de violence ait été largement maîtrisé par les membres de ce que l’on appelle communément « la force de retenue » du groupe terroriste du Hamas, à la tête de l’enclave.

L’armée israélienne, qui a déployé des troupes supplémentaires le long de la frontière avant la manifestation, a utilisé des armes anti-émeutes moins meurtrières, comme des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes, ainsi que des balles réelles dans un petit nombre de cas.

Quatorze Palestiniens ont été blessés au cours de la manifestation, dont cinq par des tirs réels, deux par des balles en caoutchouc et sept par inhalation de gaz lacrymogènes, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas.

Les tensions le long de la frontière se sont accrues ces dernières semaines en raison de l’agitation croissante dans la bande de Gaza face à la lenteur de la reconstruction après le conflit de 11 jours du mois de mai, connu en Israël sous le nom d’opération « Gardiens des murs ».

Israël a sévèrement limité le transfert de matériaux de construction et d’autres biens vers Gaza afin de faire pression sur les dirigeants du Hamas pour qu’ils libèrent deux civils israéliens qu’ils détiennent, ainsi que les dépouilles de deux soldats israéliens.

Le mois dernier, on a assisté à un retour du lancer de ballons incendiaires depuis Gaza vers Israël, provoquant au moins neuf incendies pour la seule journée de lundi, ainsi qu’à une attaque à la roquette lundi dernier, apparemment en réponse à la mort de quatre Palestiniens lors d’une fusillade avec l’armée dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie, la nuit précédente.

Le rassemblement de mercredi, qui s’est tenu à l’est de la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, s’est en grande partie dissipé au coucher du soleil, sans incident majeur ni explosion de violence.

Lors d’un événement similaire samedi, des dizaines d’émeutiers se sont rués sur la barrière de sécurité, prenant apparemment au dépourvu les troupes israéliennes qui y étaient stationnées. Un homme armé d’un pistolet a ouvert le feu sur une position de sniper de Tsahal le long de la frontière, a touché un garde-frontière à la tête et l’a grièvement blessé.

Quarante-et-un Palestiniens ont été blessés au cours de l’émeute de samedi, dont un membre du Hamas qui a succombé à ses blessures mercredi.

À la lumière de la manifestation généralement pacifique de mercredi, les médias palestiniens de la bande de Gaza ont rapporté que l’Égypte devrait rouvrir au moins partiellement son point de passage de Rafah avec l’enclave, après que Le Caire a fermé le terminal dimanche en réponse à l’émeute de la veille.

L’Égypte a joué un rôle actif dans le maintien du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, après le conflit de mai. Mercredi, des responsables du Hamas avaient indiqué à l’armée égyptienne qu’ils comptaient maintenir l’ordre lors de la manifestation à la frontière, selon un article du journal palestinien Al-Ayyam.

Des membres des forces de sécurité palestiniennes montent la garde au poste frontière fermé de Rafah vers l’Égypte, dans le sud de la bande de Gaza, le 23 août 2021. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Des séquences vidéo du côté gazaoui de la frontière montraient des membres du Hamas vêtus de gilets jaunes s’efforçant d’empêcher les manifestants de se précipiter à la frontière.

Les États-Unis ont également envoyé des messages au Hamas pour exiger que l’organisation cesse ses provocations le long de la frontière, a déclaré un responsable israélien aux journalistes mercredi.

https://jwp.io/s/TRtOQHAR

L’armée a envoyé des renforts à la frontière de Gaza avant les manifestations, dont deux unités des forces spéciales, une compagnie de chars et un certain nombre de tireurs d’élite.

« Ces derniers jours, les troupes se sont préparées massivement, puisque des plans spécifiques ont été approuvés, des exercices ont été effectués en différents points et des examens ont eu lieu sur le terrain. Les troupes de Tsahal agiront de manière agressive contre les tentatives de terrorisme le long de la frontière », a déclaré l’armée dans un communiqué mardi.

Lazar Berman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...