Rechercher

Plus de 2 500 internes en médecine démissionnent

Les internes protestent contre les conditions de travail qui les obligent à travailler 26 heures d'affilée et jugent la proposition du ministère insuffisante

Des internes en médecine manifestent pour de meilleures conditions de travail devant le ministère de la Santé à Tel Aviv, le 7 octobre 2021. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des internes en médecine manifestent pour de meilleures conditions de travail devant le ministère de la Santé à Tel Aviv, le 7 octobre 2021. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Malgré une proposition de compromis soumise mercredi soir, 2 590 internes en médecine ont remis jeudi en début d’après-midi leur lettre de démission au ministère de la Santé.

Les internes protestent contre les conditions de travail qui les obligent à travailler 26 heures d’affilée.

Les ministres avaient suggéré un accord prévoyant la réduction de leurs gardes à 18 heures d’ici 2026, mais cet accord a été immédiatement rejeté par les représentants des médecins en formation, qui ont déclaré qu’il n’allait pas assez loin.

La démission des internes devrait prendre effet dans deux semaines.

Selon la proposition, seuls les internes de dix hôpitaux situés dans des zones périphériques verraient leurs gardes de 26 heures réduites.

La mesure serait étendue à tous les hôpitaux par la suite, mais uniquement si le budget nécessaire est trouvé et si une commission chargée d’examiner la question constate qu’il n’y a pas eu de détérioration du niveau des soins médicaux.

L’organisation Mirsham, qui regroupe les internes en médecine, a déclaré que la proposition n’améliorerait dans un premier temps que les conditions de travail de 10 % des internes en médecine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...