Polémique sur le nom d’une station de métro de Berlin
Rechercher

Polémique sur le nom d’une station de métro de Berlin

D’un nom jugé raciste, le nom de la station devait être changé pour prendre celui d’un compositeur russe antisémite

L’entrée de la station de métro Mohrenstrasse, à Berlin. (Crédit : capture d’écran Google Maps)
L’entrée de la station de métro Mohrenstrasse, à Berlin. (Crédit : capture d’écran Google Maps)

Jugé raciste, le nom d’une station de métro de Berlin est amené à être changé. De Mohrenstrasse (« rue des Maures » – « maure » désignant les habitants de l’ancienne Mauritanie et du Maghreb), la station du quartier de Mitte devait être rebaptisée « Glinkastrasse ».

Ce nom fait référence au compositeur russe Mikhaïl Glinka (1804–1857), fondateur de l’école musicale russe moderne, dont l’œuvre est empreinte de nationalisme russe et d’antisémitisme selon l’hebdomadaire de la communauté juive, Jüdische Allgemeine, qui a jugé le choix « mauvais ».

Les Verts, qui siègent à la mairie de Berlin, ont eux déploré que d’un nom « insupportable et discriminant », soit choisi un autre « qui humilie et discrimine ».

Le parti Die Linke (gauche radicale) a lui estimé nécessaire une concertation avec les habitants de l’arrondissement et les associations qui luttent pour la suppression des noms de rues de personnages controversés.

À la place, le Jüdische Allgemeine a proposé le nom de Martin Dibobe, premier conducteur de train d’origine africaine qui exerça à Berlin de 1902 à 1919.

Decolonize Berlin, association anti-raciste, propose elle le nom d’Anton Wilhelm Amo, originaire de l’actuel Ghana, emmené de force en Europe par la compagnie des Indes néerlandaise, et premier érudit sorti des universités prussiennes au XVIIIe siècle.

La société des transports publics berlinois BVG a réagi en affirmant finalement que le nom « Glinkastrasse », qui se voulait définitif, n’était finalement qu’une option parmi d’autres. Le nom de la station devrait ainsi toujours être changé, et ne plus être « Mohrenstrasse » ni devenir « Glinkastrasse ».

Le mouvement Black Lives Matter a récemment provoqué un large débat à travers le monde sur la place qu’ont d’anciens personnages controversés dans les sociétés occidentales, notamment à travers des statues et des noms de rues.

A LIRE / Montréal: Un musulman veut débaptiser la station de métro honorant un antisémite

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...