Pour Bennett, le scrutin électoral au Liban montre que « Hezbollah = Liban »
Rechercher

Pour Bennett, le scrutin électoral au Liban montre que « Hezbollah = Liban »

Le ministre de l'Education a déclaré qu'Israël continuerait à tenir le Liban responsable des actions du groupe terroriste chiite

Le ministre de l'Education Naftali Bennett prend la parole lors d'un événement à la Résidence présidentielle à Jérusalem, le 23 avril 2018 (Hadas Parush / Flash90)
Le ministre de l'Education Naftali Bennett prend la parole lors d'un événement à la Résidence présidentielle à Jérusalem, le 23 avril 2018 (Hadas Parush / Flash90)

Le ministre de l’Education, Naftali Bennett, a déclaré lundi que le succès apparent du Hezbollah aux élections libanaises validait la politique israélienne consistant à tenir son voisin du nord responsable des actions du groupe terroriste chiite.

« Les résultats des élections libanaises renforcent ce qui a été notre approche pendant un certain temps : le Hezbollah = le Liban », a déclaré Bennett, membre du cabinet de sécurité et leader du parti HaBayit HaYehudi.

« L’Etat d’Israël ne fera pas de distinction entre l’Etat souverain du Liban et le Hezbollah, et considérera le Liban comme responsable de toute action venant de l’intérieur de son territoire », a déclaré le ministre dans un communiqué.

Des élections ont eu lieu au Liban dimanche. La politique de partage du pouvoir fondée sur le sectarisme du pays a empêché toute grande alliance majoritaire au sein du parlement, qui compte 128 sièges. Ainsi, sans majorité stable, les analystes s’attendent à ce que le statu quo soit préservé.

Quelques heures après le début des élections, les estimations du Hezbollah ont vu le mouvement chiite arriver en tête partout où il présentait des candidats, bien que seuls les résultats officiels attendus tôt ce lundi confirmeraient le résultat du vote.

Alors que les estimations provisoires semblaient se confirmer, les partisans de certains candidats ont commencé à célébrer leur joie dans les rues du pays. Si quelques violations auraient été constatées dans le scrutin, aucun incident majeur n’a eu lieu.

Avec un nombre accru de sièges au parlement, le Hezbollah devrait avoir plus de facilité à constituer une majorité en sa faveur sur des questions clés telles que la question délicate des armes qu’il n’a jamais rendues après la guerre civile de 1975-1990.

Le Hezbollah, soutenu par l’Iran, qui aurait détenu un arsenal estimé à un peu plus de 10 000 roquettes durant la Seconde Guerre du Liban en 2006, posséderait aujourd’hui près de 150 000 roquettes et missiles selon l’armée israélienne. S’il était autrefois un groupe terroriste relativement mineur, le Hezbollah est maintenant considéré comme la principale menace pour les Forces de défense israéliennes. Fort de son expérience et de ses combats en Syrie, le Hezbollah est devenu l’ennemi face auquel l’armée israélienne mesure son niveau de préparation.

Néanmoins, Israël n’a pas connu d’affrontements majeurs directs avec le Hezbollah depuis près de 12 ans, depuis la Seconde Guerre du Liban.

Dimanche, les responsables de la Défense ont averti que l’Iran envisageait de riposter à de récentes frappes aériennes meurtrières en Syrie attribuées à l’Etat juif via ses groupes affiliés – y compris éventuellement le Hezbollah. Les Israéliens craignent que ceux-ci ciblent des sites militaires dans le nord d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...