Pourquoi les Simpsons avaient anticipé la présidence de Trump
Rechercher

Pourquoi les Simpsons avaient anticipé la présidence de Trump

Un membre de l’équipe déclare que l’épisode était « un avertissement » et le scénariste de « Retour vers le futur II » admet avoir basé le personnage du méchant sur le président-élu

Un ancien épisode de la série à succès « Les Simpson » avait prédit l’ascension de Donald Trump à la présidence des États-Unis, et avait dépeint son mandat comme celui qui avait conduit l’Amérique au bord du gouffre.

Dans la version américaine d’un épisode intitulé « Les Simpson dans 30 ans », diffusé en 2000, on voit Lisa Simpson entrer dans la Maison Blanche dans un contexte épouvantable, prenant la succession du président sortant Donald Trump.

Alors qu’elle demande à son administration à quel point les choses vont mal, Président Simpson s’entend répondre que le pays est en faillite, parce que l’administration précédente a créé une « génération de super-criminels superpuissants ».

Au début de l’année, les créateurs de la série ont déclaré que cette utopie se voulait être un « avertissement pour l’Amérique ».

« Ce qui compte, c’est que Lisa devienne présidente dans une Amérique au bout du rouleau, et c’est dans cet état que le pays est laissé après le mandat de Trump », explique Dan Greaney, dans The Guardian jeudi. « Nous avions besoin que Lisa résolve des problèmes au-delà de sa portée, que les choses se passent de la pire façon qu’il soit possible d’imaginer, et c’est pour cela que nous avions mis Trump comme son prédécesseur. »

Trump au poste de président « semblait être la dernière étape logique avant de toucher le fond », explique Greaney. « Cela allait de pair avec la vision d’une Amérique en train de devenir folle. »

Lorsque Trump a officiellement annoncé sa candidature, la série a diffusé un clip vidéo se moquant de Trump, de son autobronzant, de sa coiffure, et de la taille de ses mains, son point sensible.

Parallèlement, Bob Gale, coscénariste de Retour vers le futur II a déclaré au quotidien The Daily Beast l’an dernier que le personnage de Biff Tannen adulte, l’ennemi du héros, était basé sur Trump.

Tannen, dans le second film, est devenu l’une des personnalités les plus puissantes des États-Unis. Il s’est enrichi en construisant un empire dans l’univers du jeu et des paris. Lorsque le film est sorti, Trump était déjà connu comme propriétaire d’un casino et magnat de l’univers des paris.

« Nous avons pensé à cela lorsque l’on a fait le film. Vous rigolez ? Regardez encore une fois le deuxième film, il y a une scène dans laquelle Marty confronte Biff dans son bureau, et il y a un énorme portrait de Biff dans son bureau derrière lui, et à un moment, Biff se lève et prend la même pose que dans son portait », analyse Gale dans une interview.

Le journaliste souligne que dans le film, Biff utilise les bénéfices de son casino pour perturber le parti républicain et prendre le pouvoir, transformant ainsi la ville d’Hill Valley en un « terrain vague anarchique dystopique où règne l’hooliganisme et où les dissidents sont supprimés », et les Américains sont encouragés à l’appeler « le plus grand héros vivant d’Amérique ».

« Oui, c’est à cela que nous pensions », conclut Gale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...