Première voie de circulation réservée au covoiturage pour réduire les bouchons
Rechercher

Première voie de circulation réservée au covoiturage pour réduire les bouchons

Le ministère des Transports a réservé une voie au co-voiturage sur un tronçon de l'Autoroute Ayalon et un tronçon entre Tel Aviv et Netanya

Des voitures coincées dans un embouteillage sur l'Autoroute 2 (route côtière) à la Veille de Pessah, le 19 avril 2018. (Meir Vaknin/Flash90)
Des voitures coincées dans un embouteillage sur l'Autoroute 2 (route côtière) à la Veille de Pessah, le 19 avril 2018. (Meir Vaknin/Flash90)

Le ministère des Transports a lancé vendredi la première voie réservée au covoiturage en Israël afin de tenter de réduire les embouteillages dans le centre du pays.

Dès le 4 octobre, les voitures avec plus d’un passager à bord seront autorisées à utiliser la voie des véhicules avec plusieurs passagers (HOV) sur un tronçon de 22 kilomètres de l’Autoroute Ayalon, et sur un tronçon de 30 kilomètres entre Tel Aviv et Netanya.

La voie HOV sera étendue à une date ultérieure à d’autres tronçons de l’autoroute, et elle concernera uniquement les véhicules avec trois occupants ou plus.

Les nouvelles voies ont pour vocation de réduire les embouteillages dans la zone urbaine de Tel Aviv en incitant les conducteurs à faire du covoiturage avec d’autres passagers.

Des bouchons sur l’autoroute Ayalon de Tel Aviv, le 18 juin 2012. (Uri Lenz/FLASH90)

Selon les données du ministère des Transports, les véhicules privés en Israël transportent en moyenne 1,2 personne (conducteur inclus), alors que la moyenne des pays de l’OCDE se situe entre 1,6 et 1,8 occupants par véhicule.

Le ministère estime qu’un taux d’occupation plus important de chaque véhicule réduirait significativement le temps et le coût du transport, ainsi que la circulation et les embouteillages.

« Dédier une voie au covoiturage permettra de fluidifier le trafic tout en utilisant les routes plus efficacement », a déclaré le ministre des Transports Bezalel Smotrich dans un communiqué. « Ceux qui voudraient continuer à utiliser les véhicules privés devront en payer le prix, parce que leur temps de voyage augmentera étant donné que moins de voies de circulation leur seront disponibles. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...