Présentant sa liste, Liberman jure de prôner un gouvernement d’unité
Rechercher

Présentant sa liste, Liberman jure de prôner un gouvernement d’unité

Le chef d'Yisrael Beytenu recommandera comme Premier ministre le politicien qui promettra le rassemblement. "Voter pour lui, c'est voter pour la gauche", dit Netanyahu

Le leader de Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, lors d'un événement de campagne pour son parti à Tel Aviv, le 30 juillet 2019 (Crédit :  Tomer Neuberg/Flash90)
Le leader de Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, lors d'un événement de campagne pour son parti à Tel Aviv, le 30 juillet 2019 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le leader du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman a annoncé la composition de la liste des candidats qui se présenteront pour sa formation aux élections du mois de septembre à la Knesset, mardi soir, disant à ses partisans qu’il programmait de soutenir la formation d’un gouvernement d’unité nationale avec le Likud et le mouvement centriste Kakhol lavan.

Au cours d’un discours prononcé au siège de son parti, à Jérusalem, Liberman a estimé qu’il y avait « essentiellement aucune différence » entre les deux factions et qu’il recommanderait que le premier responsable politique à appeler à un gouvernement d’unité soit chargé de la formation de la coalition.

« Si aucun des partis ne s’y engage, alors nous ne recommanderons personne au président », a-t-il ajouté, soulignant qu’Yisrael Beytenu ne siégerait que dans une coalition incluant le Likud et Kakhol lavan, qui est dirigé par l’ancien chef d’Etat-major Benny Gantz.

Il a également déclaré qu’en plus des portefeuilles de la Défense et de l’Immigration, il demanderait les ministères de l’Intérieur et de la Santé au cours des négociations de coalition.

Yisrael Beytenu exigera également que la coalition s’engage à procéder à une réforme complète des allocations familiales et à lier le financement des institutions d’éducation ultra-orthodoxes à l’acceptation par ces dernières du programme scolaire de l’Etat, a-t-il poursuivi.

Un sondage rendu public mardi par la Douzième chaîne montre que Yisrael Beytenu pourrait gagner dix sièges dans la prochaine Knesset, tandis que le Likud et Kakhol lavan en remporteraient 30 chacun. Dans l’ensemble, le bloc de droite (comprenant les ultra-orthodoxes), sans Liberman, recevrait 57 sièges contre 42 pour le centre-gauche.

Ce qui signifie qu’encore une fois, Liberman pourrait servir d’arbitre et que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne sera probablement pas en mesure de former une coalition en son absence.

Une telle configuration des événements placerait Liberman dans un rôle d’arbitrage pour la seconde fois, cette année. Au mois de mai, quelques semaines après le scrutin qui avait précédé, Netanyahu s’était trouvé dans l’incapacité de former une nouvelle coalition lorsque Liberman s’était refusé à rejoindre le gouvernement. Même si son parti n’avait remporté que cinq fauteuils à la Knesset, forte de 120 membres, cela avait été suffisant pour empêcher Netanyahu d’obtenir la majorité de 61 sièges dont il avait besoin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lève son verre pendant un événement de campagne dans un bar de Rishon Lezion, le 30 juillet (Autorisation)

Le point de friction avait été un projet de loi obligeant les hommes orthodoxes haredim à faire leur service militaire.

Les formations ultra-orthodoxes avaient voulu adoucir les termes de cette loi et Liberman avait indiqué qu’il ne rejoindrait pas le gouvernement si la législation n’était pas adoptée dans sa version actuelle.

La liste présentée mardi par Liberman et dont il occupe la première place est composée à sa suite du député Oded Forer, du député Yevgeny Sova, du député Eli Avidar, de la législatrice Yulia Malinovsky, de l’ancien député druze Hamad Amar, de l’ancien directeur-général du ministère de l’Intégration Alex Kushner, de Mark Efremov, maire-adjoint de Sdérot, de Limor Magen Telem, conseiller juridique de la municipalité de Migdal Haemek et de la consultante en communication de Liberman, Alina Berdach-Yalov.

Mardi soir également, s’adressant à un public constitué d’électeurs russophones à Rishon Lezion, Netanyahu a éreinté Liberman, affirmant qu’un suffrage en faveur de Yisrael Beytenu assurerait la défaite électorale de la droite.

« Hier, lors d’une interview accordée à la radio militaire, Liberman a dit qu’il recommanderait Benny Gantz au poste de Premier ministre », a dit Netanyahu. « Il veut Benny Gantz comme Premier ministre. Ceux qui voteront pour Liberman voteront essentiellement pour un gouvernement de gauche : Ehud Barak à la Défense, Yair Lapid aux Affaires étrangères. Pour ceux qui veulent garantir qu’il y aura un gouvernement de droite, il n’y a qu’un seul parti pour lequel voter : Le Likud. Seul un Likud fort pourra empêcher un gouvernement de gauche ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...