Procès des tueries de Merah : dans le box, un frère omniprésent et un second couteau
Rechercher

Procès des tueries de Merah : dans le box, un frère omniprésent et un second couteau

Abdelkader Merah et Fettah Malki sont tous deux accusés d'avoir participé aux 'actes préparatoires' de la tuerie

Mohammed Merah. (Crédit : capture d'écran France 2)
Mohammed Merah. (Crédit : capture d'écran France 2)

Un frère aîné, Abdelkader Merah, qui n’a pas réussi à effacer son rôle de mentor, et un petit délinquant, Fettah Malki, qui devra répondre de son aide logistique : deux accusés comparaîtront au procès des tueries de Mohamed Merah, prévu du 2 octobre au 3 novembre devant la cour d’assises spéciale de Paris.

ABDELKADER MERAH, 34 ans

Jugé pour complicité d’assassinats terroristes, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Aux yeux des juges anti-terroristes, il est « le seul » avec qui son frère « avait partagé ses intentions » et qui « a été associé à certains des actes préparatoires » aux tueries.

D’après les magistrats qui l’ont renvoyé en procès, « ses nombreux séjours linguistico-religieux au Caire », « sa volonté d’instauration d’un État islamique », les documents retrouvés chez lui « sur la manière opérationnelle de concevoir en Occident un attentat ou une action armée » semblent « difficilement compatibles avec ses assertions selon lesquelles il n’adhérait pas au passage à l’acte de son jeune frère ».

Ils le soupçonnent aussi d’avoir participé le 6 mars 2012 à Toulouse avec son frère au vol du scooter utilisé par Mohamed Merah pour se déplacer sur les scènes de ses crimes. Abdelkader Merah ne nie pas avoir été présent, mais assure que son frère a agi à son insu.

L’enquête a mis en avant les nombreuses rencontres entre les deux hommes « les jours ou veilles de jours où Mohamed Merah commettait ou préparait » ses attaques, listant au moins cinq rencontres entre le 11 mars, jour du premier assassinat, et le 18 mars, la veille de la tuerie à l’école juive de Toulouse.

Mais son avocat, le ténor du barreau Eric Dupond-Moretti, a l’intention de démontrer au procès qu’aucun élément matériel ne relie Abdelkader Merah aux crimes de son frère.

FETTAH MALKI, 33 ans

Né en Algérie, connu pour des faits de délinquance de droit commun, il sera notamment jugé pour association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Il a reconnu avoir fourni le pistolet mitrailleur Uzi que portait Mohamed Merah à l’école juive, et le gilet pare-balles qu’il a endossé lors du siège de son appartement.

Compte-tenu de « sa proximité » avec Mohamed Merah, « il ne pouvait ignorer que ce dernier était dans une démarche et une optique de radicalisation », selon l’ordonnance de mise en accusation.

Mais l’instruction n’a pas démontré qu' »il avait la connaissance de la volonté et de la décision de Mohamed Merah de se livrer » aux tueries, notent les magistrats qui n’ont pas retenu le chef de « complicité d’assassinats ». Il encourt vingt ans de réclusion criminelle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...