Protestations contre les députés danois qui veulent interdire la circoncision
Rechercher

Protestations contre les députés danois qui veulent interdire la circoncision

Pour le chef de la communauté juive du Danemark, une loi rendant illégales les procédures non médicales est la pire menace pour les Juifs du pays depuis la Seconde Guerre mondiale

Photo illustrative d'une circoncision rituelle. (Yonatan Sindel/Flash90)
Photo illustrative d'une circoncision rituelle. (Yonatan Sindel/Flash90)

JTA – Le Parlement danois doit examiner un projet de loi proposant l’interdiction des circoncisions non médicales.

Henri Goldstein, le président de la communauté juive du Danemark, a déclaré que cette mesure représente « la pire menace depuis la Seconde Guerre mondiale » pour les Juifs du pays, qui circoncisent traditionnellement les bébés garçons le huitième jour de leur vie, un rituel connu sous le nom de brit milah.

Le Parlement danois devrait voter lors de sa prochaine session sur le projet de loi déposé le mois dernier par Simon Emil Ammitzbøll-Bille, ancien ministre de l’Intérieur et leader du parti de gauche « Forward ».

« Je ne pense pas que mutiler des petits garçons devrait être légal en relation avec un vieux rituel religieux », a écrit Ammitzbøll-Bille sur Facebook. « C’est ma position de principe. Que le corps d’une personne lui appartient et que les jeunes hommes devraient pouvoir décider s’ils veulent être circoncis. C’est pourquoi je suis en faveur de l’introduction d’une limite d’âge de 18 ans pour la circoncision non médicale ».

Les organisations juives, musulmanes, chrétiennes et autres considèrent la circoncision des garçons comme une liberté religieuse fondamentale. Mais divers efforts ont été déployés pour interdire cette pratique en Europe par un ensemble de groupes de gauche, invoquant les libertés individuelles, et de droite, qui disent défendre la culture locale.

Le rabbin Yitzi Loewenthal, l’émissaire du mouvement hassidique Habad Loubavitch au Danemark, a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency que le parti social-démocrate au pouvoir n’a pas dit quel serait son vote sur le projet de loi, « mais il y a un risque qu’il soit adopté, donc c’est assez grave ».

En 2018, un projet de loi visant à interdire la circoncision non médicale a été présenté en Islande, mais il a été abandonné au milieu d’un tollé international. Actuellement, la circoncision reste légale dans toute l’Europe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...