Réactions à l’annonce de l’enquête de la CPI
Rechercher

Réactions à l’annonce de l’enquête de la CPI

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que l'enquête sur Israël est "l'incarnation de l'antisémitisme et de l'hypocrisie"

La Cour pénale internationale, le 24 septembre 2017. (Autorisation de la CPI)
La Cour pénale internationale, le 24 septembre 2017. (Autorisation de la CPI)

La Procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI) Fatou Bensouda a déclaré mercredi avoir ouvert une enquête sur des crimes présumés dans les Territoires palestiniens, une initiative à laquelle Israël est fermement opposé.

Gideon Saar : La CPI est prise en otage par les promoteurs du terrorisme

Le leader du parti Tikva Hadasha, Gideon Saar, a réagi à l’annonce faite par la Cour pénale internationale d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerre présumés commis par les Israéliens et les Palestiniens.

« La CPI s’est laissée prendre en otage par les commanditaires du terrorisme. C’est un jour honteux pour la cause de la justice », a déclaré M. Saar sur Twitter.

« Un gouvernement dirigé par moi travaillera avec nos alliés et amis dans le monde entier pour défendre notre armée morale et les braves soldats qui risquent leur vie pour nous garder en sécurité. »

Liberman : La décision de la CPI « est un cri d’hypocrisie et d’antisémitisme ».

Le leader d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a dénoncé la « décision délirante » de la Cour pénale internationale d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerre présumés des Israéliens et des Palestiniens.

Il a déclaré sur Twitter que cette initiative « est un cri d’hypocrisie et d’antisémitisme ».

« Au lieu d’enquêter sur les actions d’Assad en Syrie ou du Hamas à Gaza, ils contestent le droit de l’État d’Israël à se défendre », a-t-il ajouté.

Le chef de Meretz rejette la faute sur la construction d’implantations et les menaces d’annexion pour l’enquête de la CPI

En réaction à l’annonce du procureur de la CPI, le président du Meretz, Nitzan Horowitz, a déclaré que « la poursuite des constructions dans les implantations et les menaces d’annexion ont fait d’Israël un accusé de crimes de guerre ».

« Les implantations et la droite ont conduit Israël à La Haye », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Israël a besoin d’un gouvernement qui arrêtera la construction dans les implantations et qui relancera un processus de paix avec les Palestiniens », a-t-il ajouté.

L’AP se félicite de la décision de la CPI d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerre et offre « toute l’assistance nécessaire ».

L’Autorité palestinienne s’est félicitée de la décision prise mercredi par la Cour pénale internationale d’enquêter sur les crimes de guerre en Cisjordanie et à Gaza à partir de 2014.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères de Ramallah a indiqué qu’il serait prêt à fournir « toute assistance nécessaire … pour rendre justice au peuple palestinien ».

« Cette étape tant attendue va dans le sens des efforts inlassables de la Palestine pour obtenir justice et réparation, qui sont les fondements indispensables de la paix que le peuple palestinien exige et mérite », a déclaré le ministère des Affaires étrangères de l’AP.

« Les crimes commis par les dirigeants de l’occupation israélienne contre le peuple palestinien sont continus, systématiques et généralisés », poursuit le communiqué.

Yamina a qualifié la CPI de « organe antisémite imprégné de haine envers Israël ».

En réponse à la décision de la CPI, le parti Yamina a déclaré : « Le tribunal de La Haye est un organe antisémite imprégné de haine envers Israël qui encourage le terrorisme au lieu de le combattre.

« Alors que nos ennemis tirent des missiles, placent des explosifs, poignardent et tuent les Israéliens comme des animaux, la cour décide d’enquêter sur Israël au lieu des tueurs d’enfants et des kamikazes.

« Tsahal est l’armée la plus morale du monde et continuera à l’être. Aucune fausse enquête n’empêchera l’État d’Israël de protéger ses citoyens ».

La correspondante de la Knesset à la CPI juge « absurde » que le tribunal prétende que l’enquête sera impartiale

La députée Michal Cotler-Wunsh, coordinatrice à la Knesset pour les questions concernant la Cour pénale internationale, a déclaré que l’affirmation du procureur de la CPI selon laquelle l’enquête sur les crimes de guerre présumés sera « menée de manière indépendante, impartiale et objective, sans crainte ni faveur », est « absurde ».

Selon elle, cette décision est prise « après avoir ignoré des juristes de renom, les principes juridiques internationaux et les mémoires amicus curiae de sept gouvernements, et après avoir favorisé les informations fournies par des ONG liées au terrorisme et les résolutions juridiquement non contraignantes de l’Assemblée générale et du Conseil des droits de l’homme des Nations unies ».

« Tous les dépositaires du droit international et des droits de l’homme, ainsi que les États membres et les donateurs de la CPI, doivent reconnaître et remédier au préjudice que cette décision cause aux principes fondamentaux du Statut de Rome et au mandat qui lui a été confié, en sapant la capacité et la responsabilité de servir de tribunal de dernier recours pour les victimes des crimes les plus odieux qui ont besoin de sa protection », a déclaré Mme Cotler-Wunsh.

Le Parti sioniste religieux affirme que la CPI ne mettra pas fin à l’annexion ou aux nouvelles implantations

Le Parti sioniste religieux de droite a déclaré, en réponse à l’enquête de la CPI, qu’“aucune décision antisémite ne réussira à rompre le lien juif et historique du peuple d’Israël avec sa terre dans tout Israël, et en Judée et en Samarie [la Cisjordanie] en particulier”.

« S’il plaît à Dieu, après les élections, nous établirons un véritable gouvernement de droite qui continuera à veiller à ce que les Juifs s’installent en Judée et en Samarie, comme ils le font depuis des milliers d’années », a déclaré le parti.

« Malgré la haine des détracteurs d’Israël, nous allons régulariser les nouvelles implantations et imposer la souveraineté, et aucune enquête antisémite ne pourra l’empêcher ».

Gabi Ashkenazi : l’enquête sur des crimes présumés est une « décision politique »

Le lancement d’une enquête de la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes présumés en Cisjordanie et à Gaza est une « décision politique » qui consacre la « faillite morale et juridique » de cette cour, a affirmé mercredi le chef de la diplomatie israélienne, Gabi Ashkenazi, qui a appelé les alliés israéliens à la rejeter.

« Il s’agit d’une décision politique d’un procureur à la fin de son mandat (…) qui transforme la cour en un instrument aux mains d’extrémistes et d’organisations antisémites », a déclaré dans un communiqué M. Ashkenazi, peu après l’annonce du tribunal de La Haye.

Selon lui, la cour est devenue « une institution biaisée qui a perdu toute légitimité, et fonctionne comme un organe politique et non judiciaire ».

Ashkenazi a déclaré : « Le fait que l’organisation terroriste meurtrière, le Hamas, se félicite de cette décision, indique plus que tout qu’elle n’a aucune validité morale ».

« La décision du procureur ne fera que contribuer à la polarisation entre les parties, et aliénera le dialogue nécessaire à la résolution du conflit », a-t-il déclaré. « Nous appelons les pays qui voient l’importance de protéger le système juridique international de la politisation à rejeter la décision du procureur et à ne pas coopérer avec lui ».

Le Premier ministre Netanyahu : « L’Etat d’Israël est attaqué »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que la décision de la CPI d’ouvrir une enquête sur Israël est « l’incarnation de l’antisémitisme et de l’hypocrisie ».

« L’État d’Israël est attaqué ce soir », a-t-il déclaré.

« Le tribunal mis en place pour empêcher la répétition des atrocités perpétrées par les nazis contre le peuple juif se retourne maintenant contre l’État du peuple juif », a accusé Netanyahu. « Bien sûr, il ne dit pas un mot contre l’Iran, la Syrie et d’autres dictatures qui commettent de véritables crimes de guerre ».

Le Premier ministre a promis d’agir « pour annuler cette décision scandaleuse ».

Le Hamas se réjouit de l’enquête de la CPI et défend ses propres actions comme une « résistance légitime ».

Le groupe terroriste palestinien du Hamas se félicite de la décision de la Cour pénale internationale d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerre en Cisjordanie et à Gaza, a déclaré le groupe terroriste à Reuters.

Le Hamas, cependant, est directement impliqué dans les crimes de guerre sur lesquels le tribunal cherche à enquêter.

Dans son communiqué, un porte-parole du Hamas a défendu ses actions comme de la « résistance légitime ».

Le président Rivlin a condamné la décision « scandaleuse » de la CPI d’ouvrir une enquête

Le président Reuven Rivlin a déclaré : « La décision de la Cour pénale internationale de La Haye d’ouvrir des enquêtes contre l’État d’Israël est scandaleuse ».

« Nous n’accepterons pas de plaintes contre l’exercice de notre droit et de notre obligation de défendre nos citoyens. L’État d’Israël est un État fort, juif et démocratique qui sait se défendre et mener des enquêtes lorsque cela est nécessaire », a-t-il souligné dans un communiqué.

« Nous sommes fiers de nos soldats, de nos fils et de nos filles, l’essence même de notre peuple, qui, génération après génération, montent la garde pour leur pays, un mur de défense contre tous ceux qui cherchent à nous nuire, » a déclaré M. Rivlin. « Nous monterons la garde pour nous assurer qu’ils ne seront pas affectés par cette décision. »

Human Rights Watch se félicite de l’enquête de la CPI

Human Rights Watch a salué la décision de la CPI comme un pas vers la justice pour les victimes israéliennes et palestiniennes.

« Le fait que le tribunal soit surchargé ne devrait pas dissuader le bureau du procureur de poursuivre avec acharnement les personnes impliquées de manière crédible dans de tels crimes », a déclaré Balkees Jarrah, directeur adjoint de la justice internationale à Human Rights Watch.

« Tous les yeux seront également tournés vers le prochain procureur, Karim Khan, pour qu’il prenne le relais et avance rapidement tout en faisant preuve d’une ferme indépendance en cherchant à demander des comptes même aux plus puissants », a ajouté M. Jarrah. « Les pays membres de la CPI doivent se tenir prêts à protéger farouchement le travail de la cour contre toute pression politique ».

Le chef adjoint du Fatah qualifie de « grande victoire » l’enquête de la CPI

Le chef adjoint du Fatah Mahmoud al-Aloul a qualifié de « victoire éclatante » la décision de la Cour pénale internationale d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerre en Cisjordanie et à Gaza.

« C’est un grand jour ! Une grande victoire pour la Palestine et la justice internationale ! Nous appelons tous les gouvernements à coopérer et à ne pas se joindre à une campagne visant à priver notre peuple du droit inaliénable à la justice », a écrit al-Aloul dans un tweet.

Après la condamnation par le secrétaire d’État américain Antony Blinken de la décision de la Cour pénale internationale d’enquêter sur les éventuels crimes de guerre commis par Israël et les Palestiniens, la députée Rashida Tlaib, d’origine palestinienne, a twitté : « Personne n’est au-dessus de la loi. »

La CPI « a l’autorité et le devoir de mener des enquêtes indépendantes et impartiales et de rendre justice aux victimes de violations des droits de l’homme et de crimes de guerre en Palestine et en Israël », a-t-elle déclaré. « Les États-Unis ne devraient pas interférer avec sa capacité à agir ainsi ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...