Rechercher

Réactions politiques suite à la validation du budget 2021

Alors que la coalition a célébré la nouvelle, l'opposition n'a fait que peu de commentaires et estime que la coalition resterait instable même après l'approbation du budget 2022

Naftali Bennett envoie un baiser à un député de l'opposition lors d'une séance plénière et d'un vote sur le budget de l'État à la Knesset, le 3 novembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Naftali Bennett envoie un baiser à un député de l'opposition lors d'une séance plénière et d'un vote sur le budget de l'État à la Knesset, le 3 novembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Pour la première fois en trois ans, la Knesset a voté et validé tôt ce jeudi le budget pour l’année 2021. Les discussions pour l’approbation du budget 2022 doivent désormais reprendre dans la journée.

« Jour de fête pour l’État d’Israël ! », a écrit sur Twitter le Premier ministre israélien Naftali Bennett.

« Après des années de chaos, nous avons formé un gouvernement, nous avons vaincu la variante [du coronavirus] Delta, et maintenant, Dieu soit loué, nous avons passé un budget pour Israël », a-t-il ajouté.

Le ministre des Finances Avigdor Liberman a également célébré la nouvelle sur Twitter : « Le budget 2021 adopté, place au budget 2022 ! »

« La dernière fois qu’un budget a été adopté en Israël, la France remportait la Coupe du monde de football, Spotify arrivait en Israël, Netta Barzilai remportait l’Eurovision, le coronavirus n’existait pas encore, et Harry et Meghan venaient de se marier », a ajouté Liberman. « 2018, c’était il y a longtemps. Il est temps de remettre le pays sur les rails et d’adopter un budget social et responsable pour l’avenir. »

Illustration : Le ministre des Finances Avigdor Liberman lors d’une première lecture du budget de l’État à la Knesset, le 2 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, qui est censé accéder au siège de Premier ministre en août 2023 conformément à son accord de partage du pouvoir avec Bennett, a également marqué l’évènement.

« Après une longue nuit, nous avons adopté le budget 2021 à la Knesset. Encore une longue journée nous attend. Un autre budget pour l’année prochaine. Nous sommes là pour apporter du changement », a dit Lapid.

Le ministre de la Justice Gideon Saar a qualifié l’adoption du budget « d’étape importante pour sauver Israël de la pire crise politique de son histoire, et pour la stabilité politique et économique ».

Le ministre des Transports Merav Michaeli, chef du Parti travailliste, a déclaré que « maintenant que nous avons un budget, nous pourrons investir dans des projets gouvernementaux, les transports publics et bien d’autres choses importantes à votre avantage ».

L’opposition, qui se prépare à se battre à nouveau contre le budget pour l’année prochaine, n’a fait que peu de commentaires.

Israel Katz, député du Likud, lors d’une conférence des chefs des autorités locales, à Ramat Negev, dans le sud d’Israël, le 22 juillet 2021. (Crédit : Flash90)

« C’est un très mauvais budget », a déclaré Israel Katz, député du Likud et ancien ministre des Finances, au site d’information Ynet. « Un budget avec des hausses d’impôts inutiles et sans raison. »

Il a allégué que les fonds supplémentaires seraient remis aux Frères musulmans, qui ont des liens avec le parti Raam, qui fait partie de la coalition.

« Ils adopteront un budget car il y a 61 législateurs qui ont peur de la dissolution de la Knesset, car la grande majorité d’entre eux n’ont pas d’avenir politique – du moins ceux d’entre eux qui viennent de la droite », a ajouté Katz.

« Je crois que ce gouvernement tombera un jour ou l’autre et nous ferons tout pour qu’il s’effondre le plus tôt possible », a déclaré Gadi Yevarkan, député du Likud, à Radio 103FM. Il a estimé que la coalition resterait instable même après l’approbation du budget.

Le projet de loi de Finances pour 2021 avait été adopté en première lecture en septembre par 59 voix contre 54, le budget 2022 par 59 voix contre 53.

Le budget prévoit des dépenses de 609 milliards de shekels en 2021 et de 573 milliards en 2022.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...