Rechercher

La Knesset passe le budget 2021, – le premier depuis 3 ans

Les débats doivent reprendre plus tard dans la journée de jeudi en vue du vote du budget 2022 et du projet de loi sur les Arrangements

Naftali Bennett envoie un baiser à un député de l'opposition lors d'une séance plénière et d'un vote sur le budget de l'État à la Knesset, le 3 novembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Naftali Bennett envoie un baiser à un député de l'opposition lors d'une séance plénière et d'un vote sur le budget de l'État à la Knesset, le 3 novembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

La Knesset, parlement israélien, a adopté jeudi le budget pour l’année 2021, premier budget d’Israël voté en trois ans, les discussions pour l’approbation du budget 2022 devant reprendre dans la journée.

« Jour de fête pour l’Etat d’Israël ! », a écrit sur Twitter le Premier ministre israélien Naftali Bennett.

« Après des années de chaos, nous avons formé un gouvernement, nous avons vaincu la variante [du coronavirus] Delta, et maintenant, Dieu soit loué, nous avons passé un budget pour Israël », a-t-il ajouté.

Le vote du budget est considéré comme le premier vrai test pour la coalition de Naftali Bennett qui a succédé en juin à Benjamin Netanyahu à la tête du gouvernement israélien.

Même si les débats à la Knesset se sont prolongés dans la nuit de mercredi à jeudi et que le vote pour le budget 2021 n’est intervenu qu’à 5 heures du matin (03h00 GMT), les commentateurs soulignaient jeudi matin que le budget pour 2021 avait été passé sans grande difficulté ou retard notable.

Les débats doivent reprendre plus tard dans la journée de jeudi en vue du vote du projet de loi sur les Arrangements, qui détaille la mise en œuvre du plan financier, suivi d’un vote sur le budget de 2022, estimé à 573 milliards de shekels.

Avec des centaines d’articles et des dizaines d’objections déposées par l’opposition, le vote devrait prendre jusqu’à jeudi soir au plus tôt.

Bien qu’elle n’ait qu’un seul siège d’avance sur l’opposition, la coalition a réussi à remporter la totalité des centaines de voix tenues mercredi soir et jeudi matin. Bennett avait prédit plus tôt que la coalition aurait un record de 780-0, se référant au nombre de voix qu’elle devrait prendre pour adopter l’ensemble du paquet.

Dans ses remarques sur le podium de la Knesset avant le vote, Bennett a déclaré que l’adoption du budget était « le moment le plus important depuis la formation du gouvernement ». Il a déclaré que le nouveau budget présenté intervient « après trois ans et demi de chaos, de gestion ratée et de paralysie, des années où le pays était un outil dans un jeu personnel, des années de quatre campagnes électorales successives dans une impasse ».

Certains législateurs ont utilisé la petite marge de 61 sièges de la coalition à la Knesset de 120 personnes pour résoudre des problèmes, comme Zvi Hauser, qui a menacé de boycotter le plénum à moins que plus d’argent pour la Bibliothèque nationale ne soit inclus dans le budget.

Le ministre du Logement Zeev Elkin a lui accepté de reporter et de reconsidérer l’expulsion prévue d’une famille d’un logement public dans la ville de Gan Yavne, après que deux législateurs de la coalition ont annoncé qu’ils quitteraient le plénum jeudi matin pour observer l’expulsion de la famille.

Au début de la session marathon, il est devenu clair que la Liste arabe unie votait avec le reste de l’opposition contre le budget, ce qui signifie que la coalition aurait eu besoin de tous ses législateurs présents pour l’ensemble du processus de vote. Toutefois, la Liste arabe unie a voté avec la coalition sur des objections soulevées par le Likud, donnant à la coalition un peu de répit.

Le président du parti Shas et ministre de l’Intérieur Aryeh Deri (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une cérémonie marquant le sixième anniversaire de la mort du rabbin Ovadia Yosef, à la Knesset, le 4 novembre 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a également aidé la coalition à un moment donné, votant accidentellement avec le gouvernement. La même erreur a également été commise par le chef du Shas, Aryeh Deri, bien que leurs votes n’aient pas changé le résultat dans les deux cas.

Tout au long de la nuit, les députés ont consommé des bonbons et des sucreries pour rester éveillés et alertes, tout en continuant à se lancer des accusations amères.

Dans un discours avant le vote, Netanyahu a salué les manifestants antigouvernementaux qui se sont rassemblés mardi sur la place HaBima de Tel-Aviv, affirmant qu’ils étaient venus pour « chasser les ténèbres » du gouvernement actuel.

Netanyahu a dénoncé le « gouvernement de mensonges » qui, selon lui, augmenterait le coût de la vie des Israéliens.

Le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman pendant une réunion de faction à la Knesset, le 4 octobre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Plus tôt, le ministre des Finances Avigdor Liberman avait déclaré que ce serait le premier budget adopté en trois ans et demi « à cause des intérêts personnels d’un homme, qui était prêt à sacrifier l’économie d’Israël » pour cet intérêt – une autre référence à Netanyahu.

Netanyahu est largement soupçonné d’avoir torpillé le le plus récent budget de son gouvernement de partage du pouvoir avec Benny Gantz, afin de faire tomber cette coalition et d’éviter de lui transmettre le poste de Premier ministre comme cela avait été convenu entre les deux dans le cadre de leur accord.

Ce combat a conduit directement à la chute du dernier gouvernement et aux élections les plus récentes, dont les résultats ont vu Netanyahu évincé de ses fonctions. De décembre 2018 à juin dernier, Israël a en effet été plongé dans une crise politique sans précédent qui a conduit à la tenue de quatre élections anticipées et empêché les parlementaires de s’entendre sur un budget. La coalition menée par Naftali Bennett, chef du parti de droite radicale Yamina, et le chef de la diplomatie Yaïr Lapid, dirigeant du parti centriste Yesh Atid, a succédé en juin 2021 au dernier gouvernement de Benjamin Netanyahu pour mettre un coup d’arrêt à cette crise.

Les délibérations de la Knesset sur le budget ont commencé mardi avec des discours des législateurs, qui ont chacun eu 30 minutes pour s’adresser au Parlement.

Le projet de loi de Finances pour 2021 a été adopté en première lecture en septembre par 59 voix contre 54, le budget 2022 par 59 voix contre 53.

Le budget prévoit des dépenses de 609 milliards de shekels en 2021 et de 573 milliards en 2022.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...